Olivier Kaestlé

Diplômé d’un baccalauréat en littérature française (Université du Québec à Trois-Rivières) et d’un certificat en journalisme (Université Laval), Olivier Kaestlé a commencé à s’exprimer dès 2006 dans les tribunes d’opinion sur une pléthore de sujets. C’est en créant son blogue en 2009 qu’il a choisi de se consacrer presque exclusivement à la condition masculine et à la dénonciation des injustices et iniquités vécues par les hommes et les garçons, tout en se vouant à la lutte à l’intégrisme religieux, qui menace de plus en plus les femmes et les filles ayant la chance de vivre selon les valeurs civilisées du Québec. Olivier co-anime également avec Lise Bilodeau l’émission « Tant qu’il y aura des hommes…  » sur les ondes de Radio Média Plus.ca.

BLOGUE | Pervers et perverses narcissiques : peuvent-ils un jour guérir ?

Vous êtes aux prises avec un ou une perverse narcissique ? Ce billet pourrait vous être utile...

Pervers et perverses narcissiques

Si vous avez survécu à une relation amoureuse avec un pervers ou une perverse narcissique, vous connaissez déjà la réponse à cette question. Si vous soupçonnez que vous avez en ce moment maille à partir avec l’un de ces vampires relationnels, ce qui suit pourrait vous aider à y répondre vous-même.

Ainsi, vous avez pensé avoir gagné le gros lot, trouvé l’âme sœur, celle ou celui dont les complémentarités allaient combler vos lacunes et vice-versa ? Le temps passe et la lune de miel cède la place à la lune de fiel au cours de laquelle les incidents, comportements et commentaires décapants se multiplient en alternance avec les épisodes idylliques. Ces derniers moments vous paraissent justifier votre confiance envers cette personne si imprévisible jusqu’à ce que, soudainement, elle vous attaque à nouveau au moment même où vous commenciez à respirer.

L’empoisonnement affectif

Vous constatez que cette alternance d’agressions et de moments de grâce perdure et même, qu’elle s’aggrave. Vous prenez du recul et admettez la dégradation de votre relation au fil du temps. Essoufflé, vous décidez de prendre une pause et, du coup, vous retrouvez un semblant de sérénité avec, en prime, la sensation de vous désintoxiquer. Il n’y a pas à tergiverser, si vous vous reconnaissez dans ce portrait : vous subissez de l’empoisonnement affectif.

Mais d’où vous vient cette sensation si pesante ? De l’être aimé, de votre relation ou des deux ? Se peut-il que votre amoureuse, que votre prince charmant, soit un être sans malice et que ce soit la combinaison de vos deux personnalités qui provoque un tel état ?

À plusieurs reprises, vous avez tenté de régler vos différends avec votre « âme sœur », mais vous butez toujours sur les mêmes obstacles. Votre « tendre » moitié vous rend sans cesse responsable de ce qui ne va pas et vous accuse des travers et comportements qu’elle-même manifeste. En clair, elle projette sur vous ses propres tares.

À la croisée des chemins, vous vous demandez si le « jeu » de rester en vaut la chandelle. Vous vous trouvez tiraillé entre la perspective d’une rupture entraînant une sensation de vide intense et la poursuite d’une relation qui vous détruit à petit feu. Méchant karma !…

Plusieurs questions, une seule réponse…

Dans le but d’alléger le texte et pour faire changement du recours systématique au genre masculin dès qu’on parle de pervers narcissiques, j’utiliserai ici le féminin, mais il va de soi que les deux sexes sont concernés par les questions qui suivent et que vous pourriez vous poser.

« Pourra-t-elle changer un jour ? » Non.

« Sera-t-elle enfin capable d’empathie, de sollicitude ? » Non.

« Cessera-t-elle ses crises de jalousie ? » Non.

« Respectera-t-elle un jour mon individualité, mes choix ? » Non.

« Arrêtera-t-elle de dénigrer mes proches, parents et amis ? » Non.

« Cessera-t-elle ses incessantes critiques malveillantes, ses insultes ? » Non.

« Me considérera-t-elle autrement que comme son domestique ? » Non.

« Arrêtera-t-elle de chercher à m’isoler de mes amis, de mes parents ? » Non.

« Sera-t-elle un jour capable de reconnaître ses torts et de s’amender ? » Non.

« Agira-t-elle enfin en adulte responsable, autonome et en prise sur son destin ? » Non.

S’il existe un diagnostic unanime quant aux pervers narcissiques, c’est bien que leur trouble de la personnalité ou leur maladie mentale, selon les avis, est pratiquement irréversible. Tels ils sont, tels ils resteront. Alors, à la question : « Peuvent-ils un jour guérir ? », la réponse est inexorablement… non. Votre choix, alors, devient limpide : sauvez votre peau, ou bien…