Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE | Sournois, les rayons ionisants entraînent des mutations

Les mutations attribuables aux radiations ionisantes ont de multiples visages.

Des mutations chez les humains comme chez les animaux peuvent être provoquées par des agents chimiques, mais surtout physiques parmi lesquels figurent les rayons alpha, bêta et gamma émis par les corps radioactifs. Il y a aussi les rayons ultraviolets, cathodiques et cosmiques.

Par Ghislain Loiselle, blogueur

L’atmosphère de la Terre nous protège jusqu’à un certain point de tous ces agents physiques, de toutes ces radiations pouvant provoquer des mutations, bref, un changement brusque de l’état d’un gène se traduisant par une modification souvent légère qui est transmise héréditairement à toute la lignée issue du mutant.

Mais n’est-ce pas sous l’atmosphère, donc sous la protection atmosphérique, qu’on a fait exploser depuis 1945 2053 bombes atomiques qui ont produit des rayonnements très énergétiques et donc mutagènes? N’est-ce pas sous l’atmosphère qu’on entrepose des produits radioactifs, des déchets nucléaires, voire qu’on les a balancé dans le fond des océans? N’est-ce pas sous l’atmosphère qu’il y a eu des accidents de centrales nucléaires, par exemple celui de Tchernobyl? N’est-ce pas sous l’atmosphère qu’on va se faire bombarder de rayons UV dans les salons de bronzage? N’est-ce pas sous l’atmosphère qu’on a passé des heures et des heures devant nos écrans de télévision du temps des écrans cathodiques. N’est-ce pas sous l’atmosphère qu’on abuse des rayons solaires en se faisant bronzer durant la saison chaude alors que l’angle des radiations solaires est le plus direct (45 degrés et plus) et que l’ensoleillement dure le plus longtemps?

Tels des projectiles, les radiations ionisantes attaquent le plus petit dans notre organisme, les gènes, l’ADN…

Le mal des radiations… mutations, cancers

Ce danger des radiations est invisible et d’autant plus sournois que leur action ne provoque aucun symptôme immédiat de mutations et se manifeste, lorsqu’il y a eu mutation du ou des gènes, que sur la descendance.

Sans protection, les astronautes peuvent se trouver exposés à de redoutables radiations mutagènes, notamment les rayons cosmiques primaires, quoique leur densité hors de l’atmosphère est moins grande que ce qu’on avait prévu au début de l’exploration spatiale, à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Les rayons cosmiques sont dangereux, mais aussi tous les rayons dits durs. Dans la mesure où il y a une couche d’ozone dans l’atmosphère, en plus de la masse d’air, ils sont arrêtés, mais pas tous. Il serait préférable de dire que leur énergie est seulement atténuée par les couches atmosphériques. Il en parvient toujours au sol. Chacun de nous a été frappé par des rayons cosmiques un nombre considérable de fois dans sa vie sans s’en être aperçu. Et les générateurs utilisés en radiologie en produisent. Un fin pinceau d’électrons fortement accélérés heurte violemment une surface métallique en biais sur leur trajectoire et les atomes de métal ainsi excités énergétiquement émettent des rayons X. Ça se produit couramment dans les laboratoires de recherches nucléaires. Dans ces labs et à l’intérieur des usines atomiques, une dose hebdomadaire est légalement permise. Je ne dis pas qu’elle est pour autant bonne pour la santé. Nos récepteurs de TV ont aussi largement produit des rayons X dits mous même s’ils étaient peu nombreux et dirigés vers l’arrière de l’appareil. Le spectre ionisant se poursuit au delà des rayons röntgen dits X dans le rayonnement gamma dont l’origine est dans le noyau atomique lui-même, non dans les électrons l’entourant. C’est lors des transmutations des atomes radio-actifs que ces rayons sont émis.

Il faut donc se méfier des radiations ionisantes qui sont de minuscules projectiles ayant un grand pouvoir pénétrant attribuable à leur petite longueur d’onde ou, ce qui revient au même, à leur grande fréquence. Ces radiations ont en effet la propriété d’ioniser la matière. Elles arrachent des électrons aux atomes qu’elles frappent. Ces derniers ont alors un excès de charges positives, ce qui est de nature à déclencher ou à favoriser le développement de la leucémie et de tumeurs malignes. Tout en respectant la santé de l’individu irradié, les radiations ionisantes peuvent détruire l’édifice des gènes dans les cellules sexuelles et entraîner ainsi des malformations chez les enfants de l’irradié, infirmités qui peuvent s’inscrire définitivement dans le patrimoine génétique de toute sa lignée.

LES 10 MUTATIONS INHABITUELLES CHEZ L’ÊTRE HUMAIN