Samuel Fillion-Doiron

Étudiant en Enseignement de l’univers social et de l’éthique et culture religieuse au secondaire, vice-président régional de la Capitale Nationale et de Chaudière-Appalaches au Parti conservateur du Québec.

BLOGUE | Tricher

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 106 autres abonnés

Avez-vous déjà triché à un examen quand vous étiez à l’école? Copié sur votre voisin, écrit des notes sur votre pupitre avant un examen, sur votre calculatrice? Moi, je l’admets, je l’ai déjà fait quand j’étais au secondaire, ce qui m’a valu le droit de me faire traiter d’« o$(# de tricheur » pendant le reste de l’année scolaire par un de mes bons amis de l’époque.

Avez-vous aussi déjà rempli un test ou un sondage avec des questions de nature un peu privée, des questions dont les réponses véritables vous feraient honte si elles devaient se savoir? Avez-vous écrit la bonne réponse? Avez-vous inventé quelque chose parce que vous vous mentiez à vous-mêmes?

Croyez que le test des valeurs que propose la CAQ sera présenté sur du papier magique trempé dans le sérum de vérité? Pensez-vous que le test des valeurs se fera sur un écran avec un hypnotiseur caché derrière qui fera dire la vérité à ceux qui passent le test?

Come on, guys! Le mensonge est le pêché capital que nous avons tous commis au moins une fois… surtout les politiciens.

Bon bobo, mauvais pansement

Au fond, Legault pointe du doigt des problèmes réels, car la francisation est un échec monumental tout comme l’intégration, mais la solution qu’il apporte n’est que de la foutaise, de la poudre aux yeux qui se joue de l’ignorance de la plupart des Québécois et du nationalisme ambiant de ceux qui ont peur de l’envahisseur. Rappelez-vous que le nationalisme est toujours plus fort quand on a peur de l’envahisseur. Il n’y a qu’à voir la montée des partis d’extrême droite (identitaire) en Europe pour s’en rendre compte.

Mauvaise nouvelle pour eux : la culture est constamment en train d’évoluer

Le test des valeurs proposé par la CAQ ne fonctionnera pas et ne sert qu’à aller chercher un vote nationaliste et à donner un faux sentiment de sécurité aux Québécois. Au pire, il aura l’effet négatif de séparer des familles ou de faire partir des familles entières du Québec parce qu’un seul membre aura échoué le test.

Mais au Québec, donner des faux sentiments de sécurité pour faire des gains politiques, c’est la mode. Il n’y a qu’à penser au registre des armes à feu, à la législation sur les chiens dangereux, au nouveau couvre-feu pour les apprentis conducteurs, aux règlements concernant le flânage. Que des idées qui ne font que punir les bonnes personnes sans affecter les mauvaises.

Ce serait cependant être de mauvaise foi de dire que les Québécois sont racistes et que la CAQ l’est, comme se le plaisent à dire les libéraux de Philippe Couillard. Entendons-nous, il n’est pas raciste d’être effrayé. Ce qui effraie, c’est l’ignorance et ça, autant la CAQ que le PLQ s’amusent avec celle des Québécois.

Besoins économiques

Là se trouve le vrai besoin en matière d’immigration. Faire de la politique sur le nombre d’immigrants qui doivent être accueillis au Québec, c’est, encore une fois, se jouer de l’ignorance et de la peur des Québécois. Le nombre importe peu, ce qui compte, ce sont les besoins économiques, car il n’est absolument pas normal que les médecins qui immigrent ici chauffent des Uber ou des taxis, soient obligés de retourner faire presque un baccalauréat entier pour avoir le droit de pratiquer ou qu’ils se retrouvent simplement sur l’aide sociale.

Vous me direz que les besoins économiques, c’est important, mais « que fait-on de la capacité d’intégration? » Sachez que les deux sont liés, car il n’y a rien de mieux pour l’intégration que d’aller travailler chaque jour avec des occidentaux pour comprendre leurs valeurs et leur mode de vie. Ce n’est pas en étant sur le chômage et en passant tout notre temps à la mosquée, à la synagogue ou même à l’église que l’on s’intègre. Ce n’est pas non plus en demeurant continuellement entouré par d’autres immigrants de même origine qui vivent potentiellement les mêmes problèmes que l’on s’intègre, alors quoi de mieux que nous assurer que tous les immigrants qui entrent ici travaillent?

La francisation est un autre facteur important de l’intégration et là-dessus, je pense que Legault a raison. Il faut revoir notre système en entier, car il est actuellement un échec. Malheureusement, je n’ai que très peu d’espoir quand je constate qu’on arrive à peine à apprendre le français comme il se doit à ceux dont c’est la langue maternelle.

J’espère me tromper.