Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Latulipe, une précieuse entrée sur le lac des Quinze

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 111 autres abonnés

Quand on passe à Latulipe, il y a un pont et un quai. C'est la fameuse rivière Fraser qui donne accès au lac des Quinze.

Je n’avais jamais réalisé, avant ces dernières semaines, que Latulipe, Témiscamingue, Québec, est branchée au lac des Quinze et que c’est tout un atout pour une communauté de l’Est témiscamien! Pourtant, j’ai fait du kayak de mer sur la rivière Fraser et je concevais que cette dernière y débouchait!

Par Ghislain Loiselle, blogueur

D’où la différence entre concevoir quelque chose et le réaliser! Il faut juste comprendre les paramètres, les voir assemblés.

Ce qu’il faut savoir, c’est que cette entrée sur le lac des Quinze a une très grande valeur pour cette municipalité. Elle est précieuse parce que cela signifie que, de cet endroit, sur une grande distance, on peut faire du yachting, de la navigation de plaisance, et pas juste avec des chaloupes! Que non! Avec de gros bateaux, yachts, bateaux-maisons, tug boats, work boats, pontons, chalands, etc.

C’est le déversoir de la rivière Fraser dans ce plan d’eau (des Quinze) qui rend le transport maritime possible depuis Latulipe, autant que depuis la baie Gillies, qui se trouve entre Latulipe et Fugèreville. Sans l’aval de la Fraser, pas d’accès au lac des Quinze pour le coeur de Latulipe.

Comme on peut le voir sur cette photo, la rivière Fraser (qui est indiquée ici comme étant la rivière Outaouais, Google Earth mettant malheureusement la rivière Outaouais partout, même où elle n’a pas rapport, je ne sais pas pourquoi) atteint une telle largeur à son aval que la navigation avec des bateaux de grandes envergures y est possible.

Latulipe choyée

À Latulipe, on retrouve un quai public. Mais, contrairement à la baie Gillies, ce quai se trouve en plein village, ce qui signifie qu’on a accès à plein de services, comme une station d’essence, des magasins, un restaurant, une église, etc. et, qui sait, à d’autres services à être mis en place.

Quelle est l’importance du lac des Quinze pour Latulipe? Depuis ce village (le nom officiel de l’entité est municipalité de cantons unis de Latulipe-et-Gaboury), on peut rejoindre, avec un bon bateau, la baie Gillies, Angliers, Rémigny, sur le lac Barrière, Cloutier (une localité de Rouyn-Noranda), sur le lac des Quinze, Moffet et Grassy Narrows, sur le lac Simard, Laforce et l’établissement algonquin de Winneway. Aussi, on peut gagner les rapides de l’Esturgeon, au nord du lac Simard, endroit où on retrouve le seul sentier de portage qu’il y avait à franchir pour rejoindre Noranda et Rouyn lorsque ces deux villes se mettaient en place, au début des années 1920. Les villes-soeurs étaient approvisionnées par le Témiscamingue, grâce à un système de transport maritime et fluvial opéré depuis Angliers et la baie Gillies, d’un côté, et depuis Rouyn-Noranda, de l’autre. Il y avait un débarcadère à l’ouest du lac Rouyn. De là, on prenait le sentier des Pionniers pour gagner le Vieux-Rouyn et, plus au nord, de l’autre côté du lac Osisko, le Vieux-Noranda.

Latulipe et la baie Gillies, où on retrouve de nombreux quais, un camping je crois, et un commerce offrant de la restauration, des services, sont bien chanceuses d’être ainsi branchées au lac des Quinze, une nappe d’eau immense où on peut non seulement naviguer pour le plaisir, mais aussi pêcher, rejoindre des plages, se baigner, aller visiter famille et amis dans les localités installées sur les rives du grand lac, etc.

Latulipe : histoire et géographie

Voici des renseignements fournis par la Commission de toponymie du Québec à propos de Latulipe. Cette municipalité est un véritable carrefour du Témiscamingue. Par la route 382, elle constitue le coin d’un carré routier formé avec Moffet, Laforce et Belleterre. On retrouve Fugèreville, à l’ouest, sur la même route (382). Latulipe-et-Gaboury a été établie en 1921 (mais attention, il ne s’agit pas encore de la municipalisation), au sud donc du lac des Quinze, à 35 kilomètres au nord-est de Ville-Marie, le chef-lieu du Témiscamingue. Son développement a débuté en 1909 avec l’arrivée des premières familles. C’est ce qu’on appelle la fondation d’une place. Ça fait 109 ans cette année (2018). L’endroit était jadis surnommé le Petit village des Américains, parce que vers 1913, un certain nombre de Franco-Américains s’y étaient installés dans un mouvement de retour au Québec, sol francophone. La municipalité a officiellement vu le jour en novembre 1924. Cela fera 94 ans cet automne.