Pascal Bergeron
Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

Le système de la « gestion de l’offre » a fait son temps

Michel Morin estime que les producteurs laitiers devraient s’ouvrir à de nouvelles approches en matière de réglementation.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 529 autres abonnés

 

 

 

 

C’est un secret de Polichinelle de dire que les produits laitiers coûtent cher au Québec et plusieurs s’interrogent à propos du bien-fondé de maintenir l’actuel système de gestion de l’offre qui réglemente notre agriculture.

L’industrie des produits laitiers bat de l’aile

Le journaliste indépendant Michel Morin a, le 19 juin dernier, abordé cette épineuse question lors de la diffusion de l’émission « Maurais Live ». Morin nous rappelle que le système de gestion de l’offre « a été mis en place au début des années 70 » et qu’« il y a beaucoup de mythes qui l’entourent ».

En effet, même si ce système a été conçu pour stabiliser la production pour l’amarrer à la demande, cela n’a pas empêché les prix des produits laitiers de grimper en flèche et plusieurs fermiers ont été obligés de lancer la serviette.

Michel Morin se base sur certaines analyses bancaires pour souligner que « depuis 1970, 90 % des fermes laitières ont disparu au Canada. Alors, quand on dit que ce système-là protège les agriculteurs pour maintenir une ferme familiale autour, disons, de 60 à 80 vaches par unité, c’est pas tout à fait vrai ».

Des échanges commerciaux difficiles

Le principal intéressé nous rappelle l’agacement de Donald Trump face aux barrières tarifaires érigées par notre industrie laitière, dans un contexte où le Québec dépend toujours du libre-échange avec ses voisins du sud.

« Le système craque de toutes parts », n’hésite-t-il pas à avancer, soulignant qu’avec des « tarifs de 200, 300 % pour [nous] protéger contre l’invasion […] des produits laitiers concurrents, qu’ils viennent des États-Unis, qu’ils viennent de l’Europe, c’est toujours les mêmes problèmes. On comprend que les producteurs [soient] à fleur de peau ».

Des prix prohibitifs

Passant de l’économie à la politique, le journaliste pointe du doigt le fait que « tous les partis politiques fédéraux [fassent] bloc pour protéger ce système. Mais, ça coûte quelque chose ce système-là… il est vrai que le système, comme tel, n’est pas subventionné directement par le gouvernement, c’est nous les consommateurs qui payons ».

Ainsi, loin de protéger les producteurs laitiers et compliquant nos échanges commerciaux, ce système de gestion de l’offre fait en sorte que le prix des produits laitiers soit réellement prohibitif pour le consommateur moyen.

Se basant sur une étude de l’Institut économique de Montréal (IEDM), Michel Morin affirme que, dans un contexte de libre-marché réel, les consommateurs ne seraient plus obligés de débourser 5 $ pour un 2 litres de lait qui reviendrait à un peu plus de 2 $ ! Il s’agit donc d’une baisse radicale du prix et il nous rappelle que « pour une famille ça peut [faire] varier entre 330 $ et 550 $ le coût annuel supplémentaire des produits laitiers ».

Penser en dehors du cadre

Michel Morin avance qu’il faille « regarder la situation en face ». Il ajoute : « Ce que suggérait l’IEDM, c’est que l’on pourrait, compte tenu de la baisse du prix, imposer une taxe transitoire sur une période de dix ans. Une taxe qui serait autour de 20 à 30 cents, pour compenser les producteurs, à la hauteur de 1,6 G$ par année ». Il déplore que très peu de gens, au bout du compte, osent approcher ce problème tant il est complexe.

Conscient que le système actuel ne puisse pas être abrogé sans contrepartie, Morin souhaite que la classe politique ait le courage de mettre ses culottes.

Source de l’article : Patrice-Hans Perrier (Via Le Peuple – Les vrais enjeux)

Source de photo : Demnos0813, FlickrCC BY-SA 2.0