Ghislain Loiselle

Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Un voyage à la Lune au début de notre ère?

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 488 autres abonnés

 

 

 

 

Il faut dire que depuis que l'homme est homme, la Lune n'a pu que le fasciner et stimuler son imagination.

En quelle année peut bien remonter, selon vous, le premier roman traitant d’un voyage à la Lune?

Par Ghislain Loiselle, blogueur

Eh bien à 160 ans après Jésus-Christ! Ça fait une vingtaine de siècles de cela. Il s’intitulait Histoire véritable.

Mais qui donc peut bien avoir écrit une livre sur ce sujet au deuxième siècle de l’ère chrétienne? Lucien! Lucien de Samosate.

Voyage à la Lune

Son histoire véritable, où le personnage voyage sur la Lune, est parfois considérée comme une des premières œuvres de science-fiction. Même si c’est plutôt un conte facétieux et qu’il n’y a aucune référence scientifique. En tout cas, c’est certainement un roman. Tout y est inventé. Et ce bouquin a influencé l’Histoire comique des États et Empires de la Lune de Cyrano de Bergerac et de Micromégas de Voltaire.

Qui est Lucien?

Lucien de Samosate

Mais qui donc était Lucien? Il est né à Samosate, d’où son nom. C’était la capitale de la Commagène, province de Syrie. Ses parents le destinaient à la profession de sculpteur. Mais il a abandonné le maître à qui on l’avait confié, frère de sa mère, et ce, dès la première leçon. Il s’est donné tout entier à l’étude des belles-lettres. Et il a tiré parti de ses talents. Jusqu’à l’âge de 40 ans, il s’est borné à plaider ou à donner des leçons de rhétorique, d’abord à Antioche, puis à Athènes, en Grèce. C’est alors qu’il a commencé à écrire pour le public. Et à voyager. Il est allé en Italie et y a fait un assez long séjour. Il est passé de là dans les Gaules, puis en Asie Mineure. Enfin, il s’est fixé en Égypte, où l’empereur Marc Aurèle lui a assigné d’importantes fonctions administratives et judiciaires. C’est à Alexandrie, en Égypte, probablement, qu’il est mort, dans les premières années du règne de Commode.

Succès

Avant d’arriver aux honneurs, il avait déjà acquis fortune et renom. Ses écrits rencontraient du succès. Il recevait des sommes considérables pour les leçons et les déclamations qu’il faisait sur son passage, à la manière des sophistes et des rhéteurs du temps. Après avoir raconté le songe qui avait déterminé, disait-il, sa vocation littéraire, il ajouta : « Tel qui aura entendu le récit de mon songe sentira, j’en suis sûr, le courage renaître dans son âme. Il le prendra pour exemple ; il réfléchira à ce que j’étais, lorsque j’entrai dans la carrière et me livrai à l’étude sans rien redouter de la pauvreté qui me pressait alors ; et il voudra m’imiter, en voyant en quel état je suis revenu vers vous, non moins illustre qu’aucun sculpteur, pour ne rien dire de plus. »

Source : Dictionnaire de l’astronautique et Wikipédia, entre autres.