Pascal Bergeron
Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

Ottawa s’associe à la Banque mondiale pour aider les Rohingyas

Une enveloppe de 50 M$ a été débloquée afin d'aider le Bangladesh à accueillir les musulmans rohingyas.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 529 autres abonnés

 

 

 

 

Le gouvernement Trudeau a trouvé un autre moyen de servir la cause des Rohingyas. Cette fois, il s’est associé à la Banque mondiale pour fournir une aide financière de 50 millions « sous forme de dons afin d’aider le Bangladesh à répondre aux besoins des réfugiés [rohingyas] ».

À terme, le financement pourrait totaliser 480 millions. « Nous sommes heureux de nous associer à la Banque mondiale et au gouvernement du Bangladesh pour fournir un soutien supplémentaire aux déplacés [rohingyas] au Bangladesh », a déclaré Marie-Claude Bibeau, ministre du Développement international.

Il s’agit en effet d’un soutien supplémentaire puisqu’il y a un peu plus d’un mois, le gouvernement Trudeau a annoncé qu’il accordait une enveloppe de 300 millions de dollars sur trois ans « afin de répondre aux besoins humanitaires » des réfugiés rohingyas. Avant cette annonce, le Canada avait déboursé 46 millions $ pour résorber la crise qui sévit en Birmanie et au Bangladesh.

Et à l’époque où Ottawa signifiait son intention de débloquer 300 millions pour les Rohingyas, Amnistie internationale révélait que l’Armée du salut des Rohingyas de l’Arakan (ARSA), en Birmanie, s’était livrée en août 2017 à des massacres qui avaient fait plusieurs dizaines de morts. L’ONG disait avoir mené une enquête approfondie à partir de dizaines d’entretiens et de photographies analysées par des médecins légistes.

Sources de l’article : Banque mondiale, Twitter et Radio-Canada international (Via Le Peuple – Les vrais enjeux)

Source de la photo : Joshua R. M. Dewberry, U.S. Air Force, Domaine public