Dixquatre.com est une plate-forme d’information rapide et axée sur les faits-divers et le commentaire. Nous sommes une équipe de passionnés qui a le désir de vous informer sans contrainte et manipulation de quiconque. Notre seul objectif est de vous transmettre les faits tels qu’ils sont.

Trudeau bloque l’enquête indépendante sur son agression sexuelle et blâme les femmes

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 529 autres abonnés

 

 

 

 

L’attitude de Trudeau a peut-être fonctionné jusqu’à maintenant, mais lorsque des allégations sérieuses apparaissent, impossible d’y échapper simplement en réfléchissant, en pleurnichant ou en étant confiant dans ses actions.

Par : Alex Parent

Alex Parent

Il a une fois de plus fait la une des grands médias canadiens, américains et britanniques suite à son étrange point de presse tenu hier à Toronto. Les médias nationaux ont dénoncé son inconduite sexuelle sans remords, tout en exposant son hypocrisie, ses mensonges et son faux féminisme autoproclamé.

Même le Wall Street Journal l’a publié en première page jeudi (www.wsj.com/…/trudeau-says-he-doesnt-be…).

The Guardian l’a rapporté à Londres (www.theguardian.com/…/trudeau-i-apologi…), tout comme Reuters (www.reuters.com/…/canadas-trudeau-facin…), CTV et Global News au Canada.

Ces derniers ont publié une série de reportages questionant la crédibilité quasi inexistante de Justin Trudeau : (https://globalnews.ca/…/roy-green-form…/)

IL REFUSE DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS DES JOURNALISTES

Trudeau a fait face à une mêlée médiatique brutale jeudi en rencontrant le nouveau premier ministre de l’Ontario, Doug Ford. La réunion a vite été éclipsée par des questions entourant les récentes allégations d’agression sexuelle sur une journaliste nationale lors d’un festival, en 2000, et qui ont refait surface pour le hanter quelques mois après s’être lui-même déclarer la « féministe du monde » pour des votes.

La première question des journalistes qui a été posée au sujet de l’incident était la suivante : « Vous avez une politique de tolérance zéro en matière d’inconduite sexuelle au sein de votre parti. Il y a de sérieuses allégations contre vous en ce moment. Pourquoi ne pas appeler une enquête indépendante? »

Conformément aux interrogatoires antérieurs, Trudeau a été en mesure de contourner la question une fois de plus, car il était en mesure d’ignorer la question et de se soustraire à un examen plus approfondi.

Il n’a même pas mentionné la possibilité d’une enquête indépendante dans sa réponse, et il ne l’a pas non plus mentionné la deuxième fois qu’on lui a posé la question. Au lieu de cela, il a décrit comment il a fait beaucoup de « réflexion » sur les événements qui se sont produits ce jour-là, et qu’il est certain qu’il n’a pas tâtonné cette femme de façon inappropriée.

Pourquoi donnons-nous une carte gratuite à Trudeau ici? Surtout quand il est possible qu’il exploite son pouvoir en politique et sa position pour éviter ce cas #MeToo posé contre lui.

Selon Trudeau, « souvent, un homme éprouve une interaction en étant bénin ou pas inapproprié et une femme dans un contexte professionnel peut l’éprouver différemment et nous devons respecter cela et réfléchir à cela ».

Si cette femme estimait avoir été touchée de façon inappropriée par Justin Trudeau, il y a lieu, dans la plupart des cas, de mener une enquête équitable. C’est la question que se pose les journalistes à travers le pays.

Les mots d’une victime potentielle devraient être tenus à un niveau plus élevé que celui d’un agresseur potentiel, quand il s’agit d’ouvrir une enquête. Cette histoire ne prendra probablement pas fin si Trudeau se contente de réfléchir sur ses actions.

Comme l’a rapporté jeudi Warren Kinsella, avocat, auteur et ex-conseiller politique libéral pour l’ancien premier ministre Jean-Chrétien, « si ce n’était pas « inapproprié », pourquoi s’excuser? Parce que c’était inapproprié. » (http://warrenkinsella.com/…/if-it-wasn…/)

IMPORTANT

Cette semaine, l’épouse de Warren Kinsella a été menacée de viol par un fan de Trudeau simplement pour avoir dénoncé son inconduite sexuelle le 3 juin dernier.

Lire ici : (http://warrenkinsella.com/…/trudeau-fa…/)

Cela en dit très long sur l’étrange silence de la victime et sur la façon dont les « fans » de Trudeau opèrent pour faire taire les gens.

LE PIRE?

Lors d’une entrevue avec CBC publiée le 30 janvier dernier (www.cbc.ca/…/trudeau-careful-metoo-1.45…), Trudeau a affirmé que « la tolérance zéro à l’égard des femmes s’applique à lui aussi ».

« Il n’y a pas de contexte dans lequel quelqu’un n’a pas la responsabilité de ce qu’il a fait dans le passé », s’est-il vanté à CBC.

Lors de cette interview, il a exprimé sa confiance que personne ne pouvait l’accuser des types de comportements qui ont fait tomber plusieurs politiciens de haut niveau. « J’ai été très, très prudent toute ma vie pour être quelqu’un de réfléchi, pour respecter l’espace des gens et l’espace mental des gens », a-t-il clamé.

**** EXCLUSIF ****TRUDEAU BLOQUE L'ENQUÊTE INDÉPENDANTE SUR SON AGRESSION SEXUELLE ET BLÂME LES FEMMESL'attitude de Trudeau a peut-être fonctionné jusqu'à maintenant, mais lorsque des allégations sérieuses apparaissent, impossible d'y échapper simplement en réfléchissant, en pleurnichant ou en étant confiant dans ses actions.Il a une fois de plus fait la Une des grands médias canadiens, américains et britanniques suite à son étrange point de presse tenu hier à Toronto. Les médias nationaux ont dénoncé son inconduite sexuelle sans remords, tout en exposant son hypocrisie, ses mensonges et son faux féminisme autoproclamé.Même le Wall Street Journal l'a publié en première page jeudi (www.wsj.com/articles/trudeau-says-he-doesnt-believe-he-behaved-inappropriately-toward-reporter-1530839555?mod=e2tw).The Guardian l'a rapporté à Londres (www.theguardian.com/world/2018/jul/06/trudeau-i-apologised-at-once-to-reporter-behind-groping-claim-canada-2000-music-festival), tout comme Reuters (www.reuters.com/article/us-canada-politics-trudeau/canadas-trudeau-facing-groping-allegation-says-he-apologized-did-nothing-wrong-idUSKBN1JV33O), CTV et Global News au Canada.Ces derniers ont publié une série de reportages questionant la crédibilité quasi inexistante de Justin Trudeau: (https://globalnews.ca/news/4314161/roy-green-former-liberal-mp-finds-trudeau-pushing-the-bounds-of-credibility/)IL REFUSE DE RÉPONDRE AUX QUESTIONS DES JOURNALISTESTrudeau a fait face à une mêlée médiatique brutale jeudi en rencontrant le nouveau premier ministre de l'Ontario, Doug Ford. La réunion a vite été éclipsée par des questions entourant les récentes allégations d'agression sexuelle sur une journaliste nationale lors d'un festival, en 2000, et qui ont refait surface pour le hanter quelques mois après s'être lui-même déclarer la «féministe du monde» pour des votes.La première question des journalistes qui a été posée au sujet de l'incident était la suivante: «Vous avez une politique de tolérance zéro en matière d'inconduite sexuelle au sein de votre parti, il y a de sérieuses allégations contre vous en ce moment. Pourquoi ne pas appeler une enquête indépendante?»Conformément aux interrogatoires antérieurs, Trudeau a été en mesure de contourner la question une fois de plus, car il était en mesure d'ignorer la question et de se soustraire à un examen plus approfondi.Il n'a même pas mentionné la possibilité d'une enquête indépendante dans sa réponse, et il ne l'a pas non plus mentionné la deuxième fois qu'on lui a posé la question. Au lieu de cela, il a décrit comment il a fait beaucoup de «réflexion» sur les événements qui se sont produits ce jour-là, et qu'il est certain qu'il n'a pas tâtonné cette femme de façon inappropriée.Pourquoi donnons-nous une carte gratuite à Trudeau ici? Surtout quand il est possible qu'il exploite son pouvoir en politique et sa position pour éviter ce cas #MeToo posé contre lui.Selon Trudeau, «Souvent, un homme éprouve une interaction en étant bénin ou pas inapproprié et une femme dans un contexte professionnel peut l'éprouver différemment et nous devons respecter cela et réfléchir à cela».Si cette femme estimait avoir été touchée de façon inappropriée par Justin Trudeau, il y a lieu, dans la plupart des cas, de mener une enquête équitable. C'est la question que se pose les journalistes à travers le pays.Les mots d'une victime potentielle devraient être tenus à un niveau plus élevé que celui d'un agresseur potentiel, quand il s'agit d'ouvrir une enquête. Cette histoire ne prendra probablement pas fin, si Trudeau se contente de réfléchir sur ses actions. Comme l'a rapporté jeudi Warren Kinsella, avocat, auteur et ex-conseiller politique libéral pour l'ancien premier ministre Jean-Chrétien: «Si ce n'était pas "inapproprié", pourquoi s'excuser? Parce que c'était inapproprié.» (http://warrenkinsella.com/2018/07/if-it-wasnt-inappropriate-why-apologize/)IMPORTANTCette semaine, l'épouse de Warren Kinsella a été menacée de viol par un fan de Trudeau simplement pour avoir dénoncé son inconduite sexuelle le 3 juin dernier.Lire ici: (http://warrenkinsella.com/2018/07/trudeau-fan-calls-for-my-wife-to-be-raped/)En dit très long sur l'étrange silence de la victime et comment les «fans» de Trudeau opèrent pour faire taire les gens.LE PIRE?Lors d'une entrevue avec CBC publiée le 30 janvier dernier (www.cbc.ca/news/politics/trudeau-careful-metoo-1.4511093), Trudeau a affirmé que «la tolérance zéro à l'égard des femmes s'applique à lui aussi».«Il n'y a pas de contexte dans lequel quelqu'un n'a pas la responsabilité de ce qu'il a fait dans le passé», s'est-il vanté à CBC.Lors de cette interview, il a exprimé sa confiance que personne ne pouvait l'accuser des types de comportements qui ont fait tomber plusieurs politiciens de haut niveau. «J'ai été très, très prudent toute ma vie pour être quelqu'un de réfléchi, pour respecter l'espace des gens et l'espace mental des gens», a-t-il clamé.

Posted by Alex Parent on Friday, July 6, 2018