Homme d’affaires à Montréal, Raymond Ayas est directeur d’agence à Stratégique Solutions Immobilières Inc. Il a étudié la biochimie à l’Université McGill et a obtenu son B.Sc. Sciences en 2000. Engagé dans sa communauté notamment à sa commission scolaire et sa Caisse Desjardins ainsi que dans l’industrie immobilière notamment à l’OACIQ, Raymond s’intéresse à la politique, la culture et l’économie.

La police peut maintenant administrer des tests aléatoires sans motif

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 486 autres abonnés

 

 

 

 

Dixquatre.com

Alcool et cannabis : le gouvernement libéral accorde d’immenses pouvoirs aux institutions juridiques et pénales en autorisant les tests aléatoires tout en éliminant l’exigence minimale de soupçons.

Oh que ça va être amusant être policier sur la route maintenant! La saison de chasse et pêche pour les automobilistes n’a plus de restrictions.

Après avoir misérablement raté la légalisation de la marijuana, l’incompétence du gouvernement Trudeau est encore une fois mise en évidence par ses mesures de répression extrême contre les conducteurs.

Qu’est ce qui a changé?

Selon le projet de loi C-46 ayant reçu sanction royale le 21 juin 2018 :
Les policiers sont autorisés à exiger un test d’haleine (alcootest) de quiconque même sans soupçon raisonnable de facultés affaiblies. Citation de l’article 320.27(2) :

« L’agent de la paix qui a en sa possession un appareil de détection approuvé peut, dans l’exercice légitime de ses pouvoirs en vertu d’une loi fédérale, d’une loi provinciale ou de la Common Law, ordonner à la personne qui conduit un véhicule à moteur de fournir immédiatement les échantillons d’haleine que l’agent de la paix estime nécessaires à la réalisation d’une analyse convenable à l’aide de cet appareil et de le suivre à cette fin. »

  • Refuser un alcootest est un crime qui entraînera un casier judiciaire;
  • Les agents évaluateurs peuvent exiger directement des échantillons de fluides corporels (sang) sans soupçon raisonnable d’état d’ébriété;
  • Avoir entre deux et cinq nanogrammes de THC par millilitre de sang dans les deux heures suivant la conduite serait passible d’une amende de 1000 $;
  • Avoir cinq nanogrammes ou plus par millilitre de sang dans les deux heures suivant la conduite peut être considéré comme une infraction sommaire ou criminelle, passible d’une amende minimale de 1000 $ et à un maximum de 10 ans de prison pour les récidivistes;
  • Effet combiné d’alcool et de drogue : avoir de l’alcool et du THC dans le corps est une infraction hybride punissable sommairement ou au criminel et serait également passible d’une amende de 1000 $ au minimum jusqu’à 10 ans de prison.

C’est quoi le problème avec ça?

Les tests de salive au bord de la route ne sont pas fiables, selon la science. Ils peuvent détecter les niveaux de THC dans la salive, mais en aucun cas ne détectent-ils l’état d’ébriété.

Selon l’Association du barreau canadien, le consommateur expérimenté n’aurait pas nécessairement les facultés affaiblies sur le plan juridique à 5 nanogrammes, tandis que le consommateur occasionnel ou le débutant pourrait avoir les facultés affaiblies sur le plan juridique à une quantité beaucoup plus faible.

D’autre part, le THC est emmagasiné dans les cellules adipeuses (le gras). Par conséquent, le THC est libéré dans la circulation sanguine sur une période de temps. Cette vitesse de libération peut être différente pour chaque personne.

En d’autres mots : la police peut désormais exiger un test sanguin et de la salive sans motivation réelle, alors que les dispositifs utilisés à leurs fins sont inefficaces et donnent même des faux positifs.

Justin se fait conduire – alors lui pourrait fumer tranquille

Bizarre que les libéraux de Justin Trudeau libéralisent la consommation du cannabis alors qu’ils répriment son utilisation pour les citoyens ordinaires. Ce n’est pas tout le monde qui jouit d’une limousine ministérielle!

De plus, tout cela est assez intéressant lorsqu’on considère que Justin Trudeau a personnellement admis avoir fumé de la marijuana alors qu’il était député en fonction, donc bien avant la légalisation.

C’est quand-même spécial : le Canada légalise… sachant que les gens ne vont pas attendre des heures et des heures avant de conduire afin que le THC sorte complètement de leurs systèmes. Le gouvernement ouvre ainsi la voie à l’emprisonnement de milliers de personnes.

Un des buts de la légalisation n’était-il pas de désengorger les cours de justice et les prisons?
J’estime que c’est troublant que le gouvernement libéral se sente tellement à l’aise qu’il accorde autant de pouvoir aux institutions juridiques et pénales sans imposer de contraintes réelles.

À trois mois de la légalisation de la marijuana, j’imagine que c’est une question de temps avant que des milliers de personnes soient injustement emprisonnées.

Sûrement que j’exagère, je dramatise. C’est rendu normal en démocratie moderne d’arrêter le monde pour aucune raison. Allons, laissons la chance au coureur. Justin est un politicien professionnel – il sait ce qu’il fait. Le système judiciaire va se gérer tout seul… tout comme le budget fédéral que notre premier ministre affirme avoir le pouvoir magique de s’équilibrer de lui-même.