ACTUALITÉ

BLOGUE | Être dans la police est un privilège

Être dans la police est un privilège et non pas un droit. Ce privilège s’acquiert au prix de beaucoup de travail, mais aussi de divers sacrifices. Les policiers mettent leur sécurité en jeu. La plupart d’entre eux doivent porter un

ANNIE-ÈVE COLLIN

BLOGUE | Mon grain de sel sur la série Fugueuse

Je n’ai pas l’habitude d’écrire sur des questions de sentiments, ni même d’en parler avec mes proches : je ne suis pas douée pour le faire et ça me met mal à l’aise. Cependant, la série Fugueuse m’incite à le faire, exceptionnellement. Notez que ce que je vais écrire ne relève pas de la condamnation, ni n’exprime un inconfort. J’exprime plutôt de l’incompréhension… Il y a quelque chose qui me dépasse chez le personnage de Fanny. Dans le dernier épisode, juste de voir les scènes de chorégraphie pour le clip de Damien, la pensée qui m’est venue est que je ne comprends que des femmes se sentent vraiment fières de se placer dans des situations aussi humiliantes : à trois autour du dieu mâle… Elles sont des accessoires qui montrent sa gloire à lui ! Ce n’est pas une question de porter une petite tenue, ni de jouer sur la séduction, les femmes peuvent parfaitement faire l’un et l’autre sans se déshumaniser comme ça !

ANNIE-ÈVE COLLIN

BLOGUE Pourquoi « mégenrer »

Dans un autre billet, j’ai développé sur les définitions des différents concepts inclus sous le concept général de « trans ». Dans les départements d’universités qui traitent des questions de genre (et « d’identité de genre », bien que cette expression n’ait jamais eu de définition digne de ce nom), on appelle une femme trans une personne qui est née mâle, mais qui s’identifie comme une femme et un homme trans une personne qui est née femelle, mais qui s’identifie comme homme. Les travestis et les drag queens ne sont donc pas considérés comme des femmes trans. Certaines personnes, notamment mais pas exclusivement les féministes critiques du genre, refusent ces appellations, arguant qu’on est femme ou homme par son sexe. On préférera alors parler de trans passé de masculin à féminin, ou l’inverse (à l’écrit, on utilise les abréviations trans [email protected] ou trans [email protected]). D’autres iront jusqu’à dire personne passée d’homme à trans ou de femme à trans ([email protected] ou [email protected]). Il est assez commun aussi, chez ceux qui refusent que l’on puisse s’autodéterminer comme femme ou comme homme, de refuser de parler au féminin d’un mâle humain qui s’identifie comme une femme. On leur reproche alors de « mégenrer » les personnes trans.

ANNIE-ÈVE COLLIN

BLOGUE Vocabulaire de base lié au sigle LGBTQ

Dans l’actualité, il est souvent question des transgenres, que l’individu lambda ne distingue même pas des travestis, alors que ces deux termes réfèrent à des réalités fort différentes. Qu’est-ce qui distingue un transgenre d’un transsexuel? C’est quoi ça, le Q, dans LGBTQ? Queer? C’est pas une insulte homophobe, ça? Qu’est-ce que ça vient faire dans un sigle censé désigner les personnes homosexuelles?