BLOGUES

BLOGUE | Les aléas d’une vie de flic

L’après-midi ne fait que commencer, il fait si chaud que je pourrais faire cuire un œuf sur l’aile de la voiture. Marcel et moi sommes abrités sous un des énormes érables qui longent le petit parc Viger. On venait tout

BLOGUES

BLOGUE | La suicidaire

Mauvaise soirée, les appels n’arrêtent pas de se succéder comme un tir de mitraillette. Dès qu’on se met On, le répartiteur nous accroche pour un autre et, comme d’habitude, c’est à l’autre bout du secteur. Encore une fois, c’est une bagarre dans un chic bar du secteur. Cette fois, c’est le chic Grillon, un bar cinq étoiles où toutes les éponges du secteur viennent s’imbiber avant de se frapper.

BLOGUES

BLOGUE Pour en finir avec la fresque Villanueva

Cette semaine, j’étais invité à un poste de télé communautaire anglophone. Nous étions trois personnes à discuter de la fresque ou d’un monument à l’effigie de Fredy Villanueva. Sur le panel, pas un seul représentant latino. Nous avions une jeune journaliste et un jeune homme bien vêtu et structuré, qui ne laissait pas beaucoup de temps de réponse. Ce verbomoteur a bien tenté de monopoliser la scène. Mais, j’ai quand même donné mon idée sur la fresque : vous la faites, tout en marquant au-dessus et en gros : « On se fout des règles, mais on veut du respect ».

BLOGUES

BLOGUE Mais le métro, c’est dangereux !

Je me suis trouvé un job en or, je fais du recensement de commerce. Pas à dire, c’est un job du tonnerre. De jour, en civil, pas de bagarres, pas de putes, pas d’ivrognes, la vraie vie quoi. Tout ce que j’ai à faire, c’est me déplacer de commerces en commerces pour voir si les noms des personnes à appeler en cas d’urgence sont toujours les bons.

Claude-Aubin-debarque-sur-10-04
BLOGUES

BLOGUE Un gars qui aurait eu intérêt à fermer sa gueule

L’auto de police s’arrête dans un crissement de pneus et un nuage de poussière. Mon partenaire, Yves, sort pour chercher une chaise roulante. Le vieux bonhomme qui est dans l’auto, semble sur le point de nous lâcher. J’ouvre les portes de l’urgence et sans nous arrêter, nous nous retrouvons directement face au comptoir des infirmières.

BLOGUES

BLOGUE Il y a des moments dans une vie de flic où tu aimerais être ailleurs !

Depuis deux minutes, j’ai la désagréable impression que la voiture est devenue complètement incontrôlable. En fait, c’est juste Daniel qui conduit. On en est à notre troisième appel de bagarre. Celui-ci est au chic Lion D’or; la dernière fois, il y avait eu quand même un mort. Cette fois, ce ne sont que quelques ivrognes qui se tapent dessus Ils ont quand même cassé quelques verres, une vitre et deux chaises. La vitre… c’est avec les chaises !

BLOGUES

Des fois, un père a besoin de se faire brasser !

L’après-midi avait été chargée, Jean et moi on l’avait commencé par un incendie sur la rue René-Lévesque. En pleine heure de pointe, on est là à sortir le monde de la bâtisse, manger de la boucane, pousser le monde qui veut voir, pis arrêter des voitures qui veulent passer pareil.

BLOGUES

BLOGUE Quand tu es flic, tu es mieux d’avoir le sens de l’humour !

Nous avions débuté la journée avec un accident avec blessé au coin d’Ontario et Saint-André; la conductrice de la voiture qui descendait avait oublié qu’il y avait un feu de circulation et ça avait un gros bang. Le temps de faire transporter les gens à l’hôpital et de faire ramasser les débris, la matinée y était passée.

BLOGUES

BLOGUE Mon ami Maringouin !

Je n’avais que quelques semaines de faites chez la police quand, pour la première fois, j’ai rencontré Maringouin. Drôle de nom pour un bonhomme de deux cent vingt livres. Je venais de me retrouver au beau milieu d’un groupe de robineux qui buvaient du Saint-Georges agrémenté d’alcool à friction. Ils étaient six ou sept bonshommes, un peu ivres et très sales. Ils avaient tous au moins quarante ans, alors que je n’en avait que vingt. Ils en avaient vu passer des flics dans leur vie et je n’allais pas les impressionner.

BLOGUES

BILLET : À la ronde, il n’y a pas que des jeux

Je suis attablé comme de coutume à notre éternelle table de bluff. Pour une fois, je gagne, faut en profiter un peu. Depuis que le gros Yvon a été pris à tricher, il semble que la chance soit revenue. Bien oui, Yvon le magicien trichait. On ne peut même pas se fier à un flic.

BLOGUES

Une nuit dans le centre-ville

Bang ! Encore une fois, un homme vient tout juste de se jeter sur le capot de notre voiture. C’est pas du nouveau ça, mais ça surprend toujours un peu. Mon partenaire, toujours aussi nerveux, fait presque une embardée sur le trottoir.

BLOGUES

Le noyé : 1978 Terre des Hommes

Pour la deuxième fois cet après-midi, Jean et moi filons à vive allure. Cette fois, c’est pour une femme en pleine crise de cœur au beau milieu de La Ronde et on est en ville. On a beau y mettre la gomme, il reste que la circulation est dense et qu’il faut louvoyer et même grimper sur les trottoirs. Jean conduit en cascadeur et même le terre-plein devant le pont Jacques-Cartier n’échappe pas à sa conduite débridée et c’est la même chose pour l’entrée au site de La Ronde. Depuis quelques semaines, la Ville a engagé des étudiants qui gardent les portes avec consigne de ne laisser entrer personne, pas même la police. Alors, nous en avons défoncé une ou deux. Maintenant, quand ils nous voient, ils se précipitent pour ouvrir. Mais ça nous retarde quand même de quelques secondes qui pourraient être précieuses.