CLAUDE AUBIN

L’art de se faire des ennemis (Première partie)

Mon nouveau lieutenant détective, mon ami Maurice était mort. Quelle mauvaise idée d’aller se noyer à la chasse. Nous recevions donc un nouveau, nouveau lieutenant détective. Gilles, un bonhomme que je connaissais déjà pour avoir travaillé avec lui pendant les olympiques de 1976.

BLOGUES

Je serai candidat dans Gouin.

Je tiens d’abord à annoncer à tout ceux qui me suivent sur 10 04 que je serai le candidat du Parti Conservateur du Québec lors de l’élection partielle qui aura lieu dans Gouin au cours des prochaines semaines. En résumé, j’irai affronter Gabriel Nadeau Dubois. N’ayez crainte toutefois, car je continuerai à publier de façon hebdomadaire des chroniques sur mon blog.

BLOGUES

IL Y A 90 ANS, SIX MEMBRES D’UNE FAMILLE COULAIENT EN AUTO DANS LE LAC TÉMISCAMINGUE!

Le bonheur comme le malheur font partie de la réalité. Cela relève de la vie. Les faits ne peuvent s’inventer. Ils ne mentent pas. Ainsi, il y a longtemps déjà, le Témiscamingue a été le témoin d’un drame assez épouvantable qui est d’ailleurs inscrit dans des livres!

BLOGUES

MON EXTRAORDINAIRE TÉMISCAMINGUE!

Qu’est-ce que j’aurais aimé vivre au Témiscamingue comme homme adulte dans la dernière moitié des années 1800 et dans les premières décennies du 20e siècle! En particulier être présent dans ma région natale, mon beau Témiscamingue, quand la compagnie Canadien Pacifique a prolongé son chemin de fer de Matawa jusqu’à Témiscaming, au pied du lac Témiscamingue. Un parcours de 50 kilomètres le long de la rivière Outaouais!

BLOGUES

Bombardier : un malin canard boiteux

Le psychanalyste Sigmund Freud a développé une théorie disant que l’être humain se divise en trois. Le Ça (instinct), le Surmoi (la conscience morale) et le Moi, dont le rôle est de trancher lorsque les deux premiers entrent en conflit. Lorsque les conflits sont très forts, le Moi utilise des mécanismes de défense, notamment le refoulement. Le refoulement implique que la personne enfouit au plus profond de son inconscient ses souvenirs les plus douloureux afin de les oublier.  Je crois que les Québécois font du refoulement.

Claude-Aubin-debarque-sur-10-04
BLOGUES

Visite au petit matin.

Maintenant que nous avions frappé les  »taxeurs », Marty mon flic de Shawbridge, se concentrait sur un de ses pires ennemis, Geoff Carvery. Ce bonhomme était évadé de prison et sa mère en plus de le cacher, ramassait tous les jeunes qui s’enfuyaient de Shawbridge. Les mauvaises langues disaient qu’elle aimait la chair fraîche. Alors, régulièrement, nous allions faire une petite visite chez maman Carvery, avec plus ou moins de succès. Geoff était introuvable, mais nous savions qu’il était là tout près.

BLOGUES

Je crois rêver

Je suis tombé sur la chronique de Martineau de mercredi 29 mars, Le paradis des racistes qui parle du gouvernement Couillard qui va mettre en place une consultation publique sur «le racisme systémique».

BLOGUES

Arrêter un train pour des évadés

Ma soirée commençait mal, le gros Robert mon capitaine que j’appelais pas affectueusement du tout ‘’le gros graisseux’’, venait de demander à mon lieutenant de relève d’insister pour que je porte la cravate. J’avais toujours refusé de le faire car sur la route tu rencontres des gars qui n’ont pas envie de te suivre et quand tu parles à des gens ordinaires, un habit cravate fait monde à part pour eux. Gerry mon pauvre lieutenant était venu tout piteux m’annoncer qu’il devait m’aviser sévèrement et moi je venais de l’envoyer promener un peu trop durement.

BLOGUES

GND et l’éducation

L’éducation est actuellement l’enjeu politique ou le nanane électoral de ceux qui veulent faire croire qu’ils se démarquent des autres politiciens. François Legault et Gabriel Nadeau Dubois n’y échappent pas puisqu’ils ont tous les deux décidé de faire de l’éducation leur cheval de bataille. Lorsque j’entends leurs idées, je ne peux m’empêcher de penser qu’au fond, ils défendent la même idée : Investissons (dépensons?) davantage en éducation.

BLOGUES

Flic c’est aussi être travailleur social

J’étais au bureau, à trouver des témoins pendant que mes gars fouillaient les environs à la recherche de deux jeunes malfrats, qui se payaient des manteaux, des bijoux et des casquettes à la pointe du couteau. Ils en étaient à plus de dix attaques un peu partout dans le secteur. Je ramassai prestement le combiné du téléphone pour répondre à cette sonnerie qui me déconcentrait.