ANNIE-ÈVE COLLIN

BLOGUE Pourquoi « mégenrer »

Dans un autre billet, j’ai développé sur les définitions des différents concepts inclus sous le concept général de « trans ». Dans les départements d’universités qui traitent des questions de genre (et « d’identité de genre », bien que cette expression n’ait jamais eu de définition digne de ce nom), on appelle une femme trans une personne qui est née mâle, mais qui s’identifie comme une femme et un homme trans une personne qui est née femelle, mais qui s’identifie comme homme. Les travestis et les drag queens ne sont donc pas considérés comme des femmes trans. Certaines personnes, notamment mais pas exclusivement les féministes critiques du genre, refusent ces appellations, arguant qu’on est femme ou homme par son sexe. On préférera alors parler de trans passé de masculin à féminin, ou l’inverse (à l’écrit, on utilise les abréviations trans [email protected] ou trans [email protected]). D’autres iront jusqu’à dire personne passée d’homme à trans ou de femme à trans ([email protected] ou [email protected]). Il est assez commun aussi, chez ceux qui refusent que l’on puisse s’autodéterminer comme femme ou comme homme, de refuser de parler au féminin d’un mâle humain qui s’identifie comme une femme. On leur reproche alors de « mégenrer » les personnes trans.

ANNIE-ÈVE COLLIN

BLOGUE Vocabulaire de base lié au sigle LGBTQ

Dans l’actualité, il est souvent question des transgenres, que l’individu lambda ne distingue même pas des travestis, alors que ces deux termes réfèrent à des réalités fort différentes. Qu’est-ce qui distingue un transgenre d’un transsexuel? C’est quoi ça, le Q, dans LGBTQ? Queer? C’est pas une insulte homophobe, ça? Qu’est-ce que ça vient faire dans un sigle censé désigner les personnes homosexuelles?

BLOGUES

Un composé chimique qui tue des milliers de personnes n’est pourtant pas retiré

On retrouve sur Terre une substance chimique incolore et inodore qui cause la mort de milliers de personnes à chaque année. Elle peut entraîner la mort par asphyxie si on la respire. Son ingestion excessive peut causer des effets néfastes : sudation, nausées, vomissements, déséquilibre électrolytique corporel et même la mort. Le contact prolongé de cette dernière à l’état solide sur la peau peut provoquer des lésions des tissus. On l’a détectée dans des tumeurs et des lésions précancéreuses. Elle serait le principal agent à l’origine d’œdèmes. In vitro, elle provoque l’éclatement des cellules humaines.

BLOGUES

Le corbeau est un maître dans le royaume des animaux !

S’il est un animal sur Terre qui est doté d’une intelligence au-dessus de tellement d’autres bêtes, c’est bien le corbeau, l’oiseau du froid, le volatile qui a connu toutes les glaciations et tous les inter-glaciaires récents, montant et descendant les parallèles et franchissant toutes les longitudes, dans l’hémisphère nord.