BLOGUES

BLOGUE Mon ami Maringouin !

Je n’avais que quelques semaines de faites chez la police quand, pour la première fois, j’ai rencontré Maringouin. Drôle de nom pour un bonhomme de deux cent vingt livres. Je venais de me retrouver au beau milieu d’un groupe de robineux qui buvaient du Saint-Georges agrémenté d’alcool à friction. Ils étaient six ou sept bonshommes, un peu ivres et très sales. Ils avaient tous au moins quarante ans, alors que je n’en avait que vingt. Ils en avaient vu passer des flics dans leur vie et je n’allais pas les impressionner.