«Je ne suis pas coupable» – Lucian Bute

Le 12 août dernier soutenu par son équipe, Lucian Bute est venu affronter les médias et leur confirmer qu’il n’avait pas consommé volontairement de substances interdites. Dans l’embarras depuis qu’il a échoué un test anti-dopage, le boxeur espère ainsi laver son nom et sa réputation. Annabelle Boyer a décortiqué le langage corporel de Lucian Bute lors de son entrevue à la télévision.

Mais que dit son langage corporel?

Dès le début de sa prise de parole, on peut remarquer plusieurs éléments intéressants. Commençons par sa stature générale.

TVA SPORT
TVA SPORT

Tout d’abord, on remarque qu’il se tient très droit. Le haut du corps est rigide : la main droite agrippe le bras gauche, les épaules sont immobiles, les pectoraux sont contractés tout comme les muscles de son cou d’ailleurs. Cependant, on observe un balancement. Le poids est continuellement transféré d’avant en arrière et de gauche à droite. Il y a plusieurs raisons potentielles à cela : le besoin d’établir son rapport d’autorité face aux gens devant lui, le désir de ne pas se tromper et ne pas oublier d’éléments dans son discours, le stress ou plusieurs de ces réponses.

Continuons donc l’analyse.

Les jambes semblent face aux journalistes. Évidemment, il nous est impossible de voir la position précise des pieds. Pendant le discours d’Yvon Michel, Lucian Bute demeure plutôt immobile, mais il est possible de voir que son épaule gauche est surélevée si l’on compare avec l’épaule droite : stress émotif.

TVA SPORT
TVA SPORT

Le troisième degré d’analyse .

Le regard et ses fuites. Le regard part dans plusieurs directions ce qui est tout à fait normal : il est stressé, il réfléchit à ce qu’il dit dans une langue qui n’est pas sa langue maternelle et sa carrière est en jeu.

TVA SPORT
TVA SPORT

Les yeux ont donc tendance à chercher des sources de réconfort. Les fuites oculaires indiquent son malaise et le besoin de protéger sa bulle personnelle. Il parvient tout de même à lever le regard à quelques reprises. Par ailleurs, la délocalisation est passive, ça veut dire que, quand son regard change de direction, ce n’est pas acté.

Ce qui est intéressant, c’est qu’il cligne des paupières de façon plutôt régulière par moment et un peu moins dans d’autres moments. En situation normale, l’humain cligne des paupières environ 19 fois par minute. Il cligne moins

lorsqu’il est en mode vigilance (peur, mensonge, stress soudain, colère intense, concentration importante) et davantage lorsqu’il vit une émotion intense (tristesse, grande satisfaction, reconnaissance, joie intense) ou s’il y a un cil dans l’œil, une poussière, un facteur allergène.

TVA SPORT
TVA SPORT

Dans le cas présent, M. Bute cligne un peu moins (mais très peu) lorsqu’il parle de la bonne nouvelle… une bonne nouvelle d’ailleurs qui semble difficile à avaler. La déglutition est bien visible. Si l’on ajoute à cela, l’axe rotatif droit plutôt dominant, la microfixation de la main, la pointe interne des sourcils qui remonte beaucoup formant ainsi les rides horizontales dans le front à plusieurs reprises, l’apparition plus fréquente des dents de la mâchoire inférieure, nous nous retrouvons avec de nombreux éléments de peur.

TVA SPORT
TVA SPORT

C’est compréhensible : il doit convaincre pour blanchir sa réputation, mais ne sait pas s’il va y arriver. Les yeux sont très humides. Le stress qu’il vit est réel. La peur aussi.

On remarque aussi que la voix est plus audible lorsqu’il dit «Je ne me sens pas coupable du tout du tout». Les sourcils remontent très haut, il fixe alors son auditoire et le corps est bien de face avec un axe de tête rotatif droit : il veut convaincre.

Il y a aussi une répétition du mot «honnêtement». Dit-il la vérité? Possible. Est-ce qu’il a dit tout ce qu’il pense? Non et c’est logique considérant le contexte. On est dans une situation de gestion de crise.

Les discours sont préparés et appris. Il est difficile, avec cette entrevue, d’analyse la mémoire corporelle (cognition incarnée). Le corps est en contrôle pour demeurer dans le discours prévu. C’est ce qui lui a été montré et demandé. Ça aussi c’est normal en pareille situation.

Il aurait été intéressant de voir les réponses apportées aux questions des journalistes, car alors il aurait dû sortir de son discours et réagir de façon plus spontanée. Ce qu’il faut donc retenir de cette entrevue, c’est l’énorme stress visible et la peur de ne pas pouvoir convaincre son auditoire.

Annabelle Boyer, CRHA, experte en langage corporel (synergologue), en consolidation d’équipe (génagogue et M. Sc. Administration D.O.)

Coordonnées d’Annabelle Boyer
 www.annabelle-boyer.com
www.abcsolution.ca
www.abc-synergologie.ca
ca.linkedin.com/in/annabelleboyer
twitter.com/AnnabelleBoyer
Page Facebook Annabelle Boyer
Chaine YouTube d’Annabelle Boyer
 

 

 

L’équipe de rédaction de DixQuatre s’assure de respecter des hauts standards de rigueur journalistique. Nous sommes vos yeux et vos oreilles en Abitibi-Témiscamingue.

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus