Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

L’HIVER EST LE PREMIER SIGNE ANNONCIATEUR DU PRINTEMPS

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 752 autres abonnés

 

Un petit mot d’encouragement pour ceux qui trouvent la dernière des quatre saisons un peu difficile à vivre, à cause du manque de lumière et du coup de la rareté de la chaleur, mais aussi de cette couche de pellicules qui recouvre tout, à l’extérieur.
L’hiver est le premier signe annonciateur du printemps. C’est au moment du solstice d’hiver, le 21 décembre, que les jours commencent à rallonger.
L’air commence alors à se réchauffer de plus en plus, en commençant par les parties les plus au sud du Canada et des États-Unis d’Amérique.
On doit cependant vivre un décalage. Les grands froids surviennent après le début de l’hiver, même si le temps de clarté augmentent sans cesse jusqu’au solstice d’été où survient la journée la plus longue.
Autre point positif sur l’hiver icim même la partie la plus au nord du Québec est encore à quelques centaines de kilomètres du cercle arctique. Et, pour ce qui est de l’Abitibi, cette région n’est pas inclue dans le Nord, puisque le Nord commence au 49e parallèle. On pourrait toutefois dire qu’elle est la porte du Nord, la vraie. D’où le nom de Nord-du-Québec (région 10) pour désigner le territoire administratif situé au nord de la région abitibienne. Le Témiscamingue est encore moins dans le Nord. Il fait nettement partie du Sud-Ouest du Québec, tout comme l’Abitibi. On y retrouve trois régions naturelles qu’il n’y a pas en Abitibi: les Laurentides boréales, les Laurentides méridionales et les Basses-Terres-du-Témiscamingue. Oui, c’est vrai, il y a les Basses-Terres-de-l’Abitibi qui descendent avec la rivière Kinojévis, la rivière Outaouais le lac Simard, etc. Mais, malgré son nom, le Nord commence au 49e!
Regardez la courbe que forme le Soleil dans le Ciel, de son lever, à l’est, jusqu’à son coucher, à l’ouest, le 21 décembre, avant ou après. On remarquera que s’il n’y a pas de nuage, l’astre du jour plombe pas mal, pour ce temps de l’année. Au point de dégeler les lunettes des véhicules.
Enfin, même lorsqu’il neige beaucoup un hiver ou un autre, dans cette partie-ci du Québec, la couche de neige demeure toujours superficielle par rapport aux réalités climatiques du passé. Quelques coups de pelle et on atteint le sol. C’est la réalité. Que dire d’autres? Certains cours d’eau ne gèlent pas et d’autres ne gèlent que superficiellement en surface, d’où la nécessité de faire preuve d’une extrême prudence sur les rivières et ruisseaux l’hiver. On n’est pas au pays du pergélisol, en Abitibi et encore moins au Témiscamingue.
Il peut arriver qu’on ait beaucoup de -30 degrés Celsius et moins,, mais en moyenne, les températures ne sont pas si froides que ça, dans nos petits pays blottis à l’intérieur du continent. La preuve, c’est qu’il neige assez souvent. Ce qui est un signe de temps doux, durant l’hiver. Voilà. Bon hiver! et Joyeux Noël à tous!