PRINTEMPS FROID =INONDATIONS MOINDRES!

perreault-pieces

Des inondations, il aurait pu y en avoir bien plus, dans le Sud québécois, en particulier sur la rive gauche du fleuve St-Laurent, si ce n’avait été du temps frais qu’il a fait plus haut, cette année, celui auquel on goûte depuis quelque temps déjà, trop longtemps, diront plusieurs.

En effet, la neige n’est pas partie d’un coup, sinon pas très vite, aux plus hautes latitudes de ce fameux Sud du Québec, le Nord se trouvant au 49e parallèle pour la désignation des régions québécoises.

Le Sud québécois a eu la malchance d’avoir beaucoup de neige à la fin de l’hiver et au début du printemps, de la pluie au printemps et des températures trop chaude durant cette première saison.

La patience est toujours payante. L’humain est toujours porté à brûler les étapes. Il y a un prix à payer quand on veut aller trop vite. Dans le cas de la météorologie, on n’a cependant évidemment aucune emprise sur elle. C’est Dame nature qui décide. On ne sait pas toujours pourquoi le temps est comme ci ou comme ça. Mais on est sûrs que c’est dans la majorité des cas en lien avec l’ensoleillement, l’évaporation, la couverture nuageuse, qui garde à la fois la fraîche (il ne fait pas très chaud l’été quand il y a des nuages) et la douceur du temps (il fait moins froid l’hiver quand il y a des nuages), coupant les rayons solaires, la pluie, la neige, les masses d’air en circulation, les courants marins chauds et froids qui sont eux aussi dynamiques…

Ainsi, au printemps 2017, qu’on le veuille ou non, on aura plus goûté aux températures froides qu’aux chaudes. Ce qui fait que, rien n’arrêtant tout de même le printemps, on se sera débarrassé de notre neige au sol, et la glace sur les lacs, plus lentement. Tellement qu’il a encore neigé le 7 mai. Il est tombé quelques centimètres. Mais, somme toute, il n’a pas neigé tant que cela depuis le 20 mars. Le temps s’est maintenu froid. Plus frais, comme maintenant. Il fait 3 degrés Celsius à Rouyn-Noranda en ce dimanche (7 mai). L’avantage de ce printemps spécial? Beaucoup moins d’inondations. Même s’il y en a eu, aux parallèles plus bas surtout.

Il ne faut pas oublier que nous nous trouvons à la hauteur des terres, à la limite nord du réseau hydrographique du plus important affluent du St-Laurent au Québec. Des barrages retiennent beaucoup d’eau dans des lacs-réservoirs. Mais, comme il y a une limite de rétention, ces soupapes doivent laisser passer de l’eau. Ça n’aura pas été l’enfer à cet égard cette année.

Là où la configuration des cours d’eau met naturellement un frein à la vidange, sans arrêter l’eau totalement pour autant (ce qui serait impossible), des réservoirs naturels se créent temporairement, le temps que l’eau s’évacue. C’est le cas de la rivière Kinojévis après la baie Caron. Le passage devenant plus étroit à cet endroit, après une série de lacs (Beauchastel, Bruyère, Vallet, Kinojévis), l’eau, physiquement incompressible comme tout liquide, n’a d’autre choix que de s’accumuler à la porte étroite. Et elle occupe automatiquement son lit. C’est l’homme qui est alors en défaut s’il souffre d’inondations. C’est parce qu’il s’est bâti dans une zone naturellement inondable, qui fait partie du système du plan d’eau. On le voit par les lignes de niveaux laissées par l’eau calcaire sur les rochers. Il ne faut pas oublier qu’un lac, c’est en soi une inondation. In : dedans. Onde : eau. Tion : l’action.

Plus on descend le bassin versant, plus il y a d’eau. La rivière Outaouais est sans cesse enrichie en eau par rivières et ruisseaux qui lui payent tributs. Ce sont plusieurs tributaires qui forment légion. Et la plaine du St-Laurent est la zone d’évacuation suprême de toute cette masse liquide. Elle aussi a son principal goulot d’étranglement : Québec. Il y a aussi là où l’Outaouais et le fleuve se scindent en de plus étroites branches : rivière des Mille Îles, riv. Des Prairies. Les îles émergeant peu du fleuve constituent aussi des zones à risque d’inondations. Les endroits bas par rapport aux niveaux du St-Laurent et de ses affluents.

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus