Quand Dieu s’en mêle…

perreault-pieces

Je venais tout juste de régler les vols de jambon, dans la cuisine des pères de Loyola. Le prieur écrivait une très belle lettre de remerciement et selon lui, Dieu me le rendrait. Pour ça, pas si sur!

Le lendemain, je terminais les accusations pour mes jeunes effrontés du métro, quand Marty arrive au poste avec une de ses pensionnaires. Une jeune femme dont la figure semblait faire le double de volume et ressembler à une pizza. Rien n’avait été épargné, elle était à la fois rouge, bleue, jaune et verte. Les yeux étaient enflés au point de n’y voir que des fentes et les lèvres rejoignaient un nez devenu épaté à force de coups. La volée qu’elle à reçue n’a rien d’une claque. On voit bien que c’est à coup de pied au visage, qu’elle a été battue.

-C’est Gina.

Entre deux sanglots, la jeune femme me raconte qu’elle fait la pute pour ce mac, depuis plus d’un an. Mais il y a quelques semaines, elle rencontre un jeune homme, un jamaïcain de qui elle tombe amoureuse et ils s’enfuient. La fuite n’est pas très loin, le couple n’est pas très futé et c’est à quelques pas de son ex qu’ils décident de se cacher. Il ne faut pas une journée au grand Paul, surnommé Slim, pour tenter de récupérer sa poule aux œufs d’or. De là, le petit voyage à l’hôpital pour lui faire comprendre, qu’elle doit revenir à la maison. C’est simple et efficace. La jeune femme encore adolescente, s’était donc réfugiée dans un des abris de Shawbrige de la rue St Jacques ou Slim était venu pour faire des menaces.

-Ce gars là fait partie du gang à Ragga, ça me fera changement du métro.

Mon vieil ennemi allait me revoir la face, ce qui est assez mauvais pour le commerce. Il y perdrait un autre soldat et ça aussi, c’était mauvais pour le commerce.

Les jours qui suivirent, je fis quelques visites aux restos de mes revendeurs du coin. Bien sur, tout le monde sait que je cherche Slim. Pour ces gars là, ce n’est pas la joie.  »La police débarque dans ton commerce, ils regardent partout, les propos deviennent rapidement acerbes et le flic du coin te promet de revenir plus tard.  »Qui veut ça? Au Rainbow, un autre petit resto jamaïcain, je dois coucher par terre un des jeunes qui pense faire plaisir à Candy-man. Ce génie me repousse brusquement et hop, il perd pied.

Il aurait peut être dû penser à nettoyer le plancher crasseux, qu’il a subitement embrassé. Pas facile d’avoir l’air d’un dur avec un tas de poussière collé aux poils hirsutes d’une tentative de barbe.

-Je reviens plus tard et encore plus tard, je reviens aussi demain et après demain.

C’est du harcèlement, mais la tactique donne des résultats. Quelques minutes plus tard, une jeune femme, me renseigne sur un endroit plus que probable ou se terre mon matamore. Un caïd ne va pas donner d’informations, c’est une règle. Alors une des filles reçoit l’ordre de le faire. C’est comme ça!

Très vite, je forme une équipe pour me rendre sur la rue Girouard dans une tour de vingt étages. Je connais bien l’endroit, qui est aussi un point de vente. Il y a des guetteurs partout, peu de chance pour une surprise . Slim se terre au septième étage chez Little Tony, un nabot pas très futé, qui sert de coursier et homme à tout faire.

Il faut faire vite! Déjà les guetteurs s’affolent. Mes gars couvrent les ascenseurs et les escaliers, pour le reste, c’est la course vers l’appartement. J’imagine bien que Slim doit être au courant que nous y sommes, mais je n’ai pas le choix. Pas de temps pour la dentelle. Je grimpe jusqu’au 706 et frappe aussi fort que je peux en criant POLICE. De son côté, Little Tony prend tout son temps pour ouvrir cette porte. Finalement, c’est avec un large sourire que ce petit bout d’homme m’accueille.

-Tu veux quoi cop?
-Slim
-Pas ici!

Je n’ai pas le temps de répondre, que j’entends un bruit de porte qui claque brusquement à l’arrière. Je pousse le nain et m’élance vivement vers le balcon de ciment. Stupéfaction! Je regarde totalement médusé, le grand Slim descendre les sept étages de balcon en balcon, tout comme l’aurait fait un grand singe dans les arbres d’une forêt. L’homme se balance avec une aisance et une élégance digne du cirque du soleil. Je ne peux qu’assister impuissant, à cette folle et dangereuse désescalade.

-Merde!

Piquant un colère du diable, je réalise que je n’avais personne à l’arrière, le suspect était au septième étage. Quel idiot je fais! Marty tente bien de me consoler, mais rien n’y fait. J’ai commis une grossière erreur, ça c’est dur à avaler. Les gars n’osent dire un mot, ils comprennent ma frustration.

Je retourne au poste pour tenter de calmer une sourde colère en replongeant dans les plaintes qui continues à s’accumuler. Dans trois semaines, je serai en vacances, alors faut vider le bureau. J’ai la tête entre deux plaintes, quand le téléphone résonne. Je reconnais immédiatement la voix chantante d’une autre de mes informatrices.

-Tu veux savoir ou est Slim?

À suivre…Services Multiblast Inc

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus