La matière sans vie semble bien vivante avec la gravitation universelle

perreault-pieces

Qu’est-ce qui caractérise la mort ? Quel est le caractère de la vie ? Pour simplifier au maximum, c’est lorsque ça ne bouge pas et quand ça bouge !

Par Ghislain Loiselle

Devant ce constat, il est assez étonnant de constater, c’est le cas de le dire, que de la matière morte, absolument pas vivante, prend d’une façon généralisée le visage de la vie, dans ce qu’il y a de plus petit (l’atome, par exemple, avec les électrons qui tournent autour des protons) comme dans ce qui est le plus grand (la Voie lactée, par exemple, voire l’ensemble des galaxies de l’Univers, qui sont animées de mouvements célestes).

Tout bouge dans le cosmos. La Terre qui tourne sur elle-même. La Lune qui fait 12 fois le tour de notre planète sur une année tout en gravitant, comme la Planète bleue, autour du Soleil. Les autres planètes qui orbitent autour de notre étoile commune, entraînant avec elles – celles qui en ont – leurs lunes. Le Soleil qui se dirige vers son apex, bref, est entraîné dans la spirale de notre galaxie. Notre galaxie qui se dirige vers une groupe galactique. Et toutes ces galaxies qui suivent le mouvement d’expansion d’un univers marginalement ouvert, c’est-à-dire qui est juste au-delà de la marge où se produirait un phénomène de retour à la case départ (centre du Big Bang) par une contraction universelle, mais continuera plutôt son mouvement expansionniste pour toujours parce que l’Univers n’atteindra jamais le point zéro, le stade d’arrêt. Comme jamais on ne pourra atteindre le zéro absolu en matière de température.

Tout cela pour en venir à poser la question qui tue. La vie elle-même, tout comme la matière inerte, a-t-elle finalement comme constituante de base quelque chose d’intangible, la Loi de la gravitation universelle ? La vie est-elle directement rattachée à cette règle universelle? La vie reste un mystère, c’est-à-dire quelque chose qu’on explique éternellement. On dit le souffle de la vie, comme l’air qui se met en mouvement sous les forces de la nature, chaleur et froid, lumière et noirceur, alors que l’air, ce n’est pourtant pas un être vivant. Mais on compare bien l’esprit à l’air, au vent.

Cette Loi de l’attraction universelle donne aux choses l’apparence de la vie. Il n’y a qu’à regarder aller le tsunami qui a frappé le Japon il y a quelques années pour avoir l’impression que l’eau est une créature impitoyable qui dévore tout sur son passage, lorsqu’elle conquiert le sol. Même chose pour l’inlandsis laurentidien, ce grand glacier nord-américain qui a littéralement labouré le Canada et le nord des États-Unis d’Amérique, entre -110 000 et -20 000 ans. Et ces ouragans, ces tornades, qui dévastent tout sur leur passage, tels des monstres en furie. Ces supernovae qui éclatent au terme d’une compression qui dépasse l’imagination. Ces chutes qui coulent, ces maelströms qui tourbillonnent, ces falaises qui s’effondrent, ces météorites qui frappent les planètes, cette eau qui monte évaporée et retombe condensée, cette lave que les volcans projettent, ces comètes qui voyagent sur leurs routes elliptiques, ces avalanches sur les pentes abruptes des montagnes, ces glaçons qui se forment au printemps, ces stalactites qui coulent tellement lentement qu’on ne peut percevoir leur croissance, etc. Je ne tomberai pas dans le panthéisme, une véritable hérésie, mais il n’en demeure pas moins que c’est à se demander, quelque part, si le cosmos dans son intégralité n’est pas un être vivant, colossal. Je crois que la matière, poussière d’étoiles et énergie, sont la création de Dieu et que cette matière évolue de deux façons : en se transformant comme êtres variés habités par la vie et en subissant des transformations comme matière non animée, non vivante. Et je pense que la vie, comme la matière, est la création de Dieu, que toute vie lui appartient, comme la mise en place de lois régissant tout l’Univers dans ses moindres recoins, lesquelles existent déjà, à la base, et qu’on doit découvrir. L’homme ne crée rien, comme éléments. Mais on lui doit, comme à Dieu, la pensée, les artefacts pour l’humain, quoique ce que la nature crée est souvent supérieur aux oeuvres de l’homme. On ne fait que découvrir ce qui est déjà. Mais on contribue à l’édification de l’Univers, à notre échelle, en composant avec la matière, par exemple en lui procurant le mouvement, imitant la vie. Ce qui fait que si un être extraterrestre se pointait sur Terre, si ça existait, il pourrait croire, à première vue, qu’une automobile, une motocyclette, un avion, un sous-marin, une fusée, sont des créatures de notre planète, alors que ce sont les homo sapiens sapiens qui les font. Nous-mêmes sommes de la matière assemblée, mais intégrant la vie. J’oublie la reproduction dans tout cela. Nous participons à la création, en donnant la vie. Même chose pour tous les animaux et plantes. Mais nous n’avons pas fabriqué les mécanismes de reproduction.Services Multiblast Inc

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus