Faussement accusé, il devient victime d’acharnement judiciaire…

perreault-pieces

L’événement a fait la manchette récemment : Pierre Turbide a été victime d’allégations mensongères flagrantes de la part de son ex-conjointe à trois reprises, mais le système judiciaire n’en a pas moins jugé indispensable de le juger les trois fois et de le garder incarcéré pendant quatre mois, la troisième en détention préventive. Nul doute que les magistrats à l’origine de décisions aussi aberrantes mériteraient de sévères sanctions. Il semble bien qu’ils bénéficient au contraire d’une immunité diplomatique éhontée.

Le Journal de Montréal relate ainsi les derniers développements de cette saga de 12 ans initiée et entretenue par une ex-conjointe manipulatrice et encouragée par un système judiciaire profondément sclérosé et féministement arriéré :

« À peine libéré des accusations de voies de fait et de menace qui pesaient contre lui, Pierre Turbide réalisait que sa victoire n’était que partielle jeudi matin en sortant de la Cour d’appel. Celui qui a fait quatre mois en détention préventive à la suite d’une troisième plainte pour violence conjugale déposée par son ancienne conjointe en 12 ans, se décrit comme une victime. »

Sa victoire est partielle puisque monsieur Turbide a été reconnu coupable d’avoir eu en sa possession un poing américain, une arme illégale dont il jure n’avoir jamais été le propriétaire. Qui aurait bien pu glisser cette arme dans ses affaires ?…

Une manipulatrice récidiviste…

Tout juge ou policier un tant soit peu alerte, compétent et intègre n’aurait jamais pris au sérieux les divagations d’une manipulatrice comme l’ex-conjointe de Turbide. Dès 2002, elle attaque ce dernier au couteau, est reconnue coupable, puis emprisonnée. Malgré les faits, notre système ouvrant la porte aux pires mensonges du moment qu’ils sont proférés par une femme, la brute porte plainte contre monsieur Turbide pour harcèlement et voie de fait grave.

Pierre Turbide se voit donc contraint de subir un procès, sur les simples allégations de madame. Celle-ci trouve opportun de lui sauter au cou et de lui demander de reprendre la vie commune en pleine salle d’audience et en présence des médias ! Comme il fallait s’y attendre, devant le caractère bidon de la cause, l’homme se voit acquitté.

Un an plus tard, même manège : fausses allégations de voies de fait et de harcèlement criminel, nouveau procès injustifié et nouvel acquittement. Encore là, on doit se demander sur quelles bases un nouveau procès a bien pu être initié, vu le précédent illustrant de façon on ne peut plus limpide la mauvaise foi de la plaignante.

Pour des raisons connues de lui seul, monsieur Turbide passe cependant l’éponge et reprend la vie commune avec cette conjointe toxique et mortifère. Il s’en mord les doigts aujourd’hui : « Je lui ai pardonné, j’étais en amour. Je sais que j’aurais dû la quitter. » Ah, l’amour…

Jamais deux sans trois…

C’est en 2014 que monsieur Turbide devait – enfin – décider de mettre un terme à sa relation avec sa tendre moitié. Il n’en fallait pas moins pour que cette manipulatrice dépose une troisième plainte contre lui et réussisse cette fois, on se demande comment, à le faire condamner. « C’est un coup monté qu’elle a préparé », a-t-il affirmé.

Confirmation que la parole d’un homme faussement accusé ne pèse pas lourd en comparaison de celle d’une femme et que la présomption d’innocence est devenue biodégradable au Québec, c’est grâce à un document signé par la plaignante dans lequel elle avouait avoir menti que son ex-conjoint a pu se voir libéré en appel des accusations pour lesquelles il a d’abord été reconnu coupable. Elle est bien gentille…

L’avenir professionnel de monsieur Turbide est cependant hypothéqué par la condamnation d’avoir possédé un poing américain : « « Quand le futur employeur va voir possession d’une arme prohibée, il va me refuser. C’est une épine dans le pied », plaide celui qui n’a pas fini de se battre. »

Pas de doute, Pierre Turbide n’en a pas fini avec notre douteuse justice. Il sera encore la proie d’un système qui prétend réparer les injustices, mais qui se nourrit trop souvent de la misère humaine qu’il entretient lui-même. De son côté, son ex-conjointe, qui aurait dû se voir accuser de méfait public pour avoir proféré de fausses allégations, en vertu de l’article 140 du code criminel, ne sera nullement inquiétée ni identifiée des médias. Normal, les femmes sont si vulnérables…

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus