Réjean Ducharme est décédé

L’auteur québécois Réjean Ducharme est décédé lundi le 21 août à l’âge de 76 ans, des suites d’un cancer du côlon. L’annonce de son décès a fortement secoué toute la communauté littéraire.

Un homme insaisissable

Réjean Ducharme fait son apparition dans le monde littéraire en 1966, alors que son premier roman, L’avalée des avalés paraît à la prestigieuse maison Gallimard, à Paris, après que plusieurs maisons d’édition québécoises aient refusé de le publier. À l’époque, on s’étonne de voir une œuvre d’une telle qualité écrite par un jeune inconnu, d’autant plus que l’auteur se plaît à fuir la plate-forme médiatique. Ducharme n’a donné que quelques entrevues au début de sa carrière et seulement quelques photos de lui prises à la même époque circulent encore aujourd’hui. Puis, il disparaît complètement de la sphère médiatique. Ses oeuvres qui continuent de paraître sont les seules nouvelles de lui qui parviennent au public. Ainsi paraîtront Le nez qui voque (1967), L’Océantume (1968), L’hiver de force (1973) et Les enfantômes (1976) – pour ne nommer que ceux-là – aussi publiés chez Gallimard.

Parallèlement à sa carrière de romancier, il a aussi exposé des sculptures composées de déchets et de débris trouvés dans les rues de Montréal sous le pseudonyme de Roch Plante et a écrit quelques  paroles de chansons, notamment Mon pays (ce n’est pas un pays c’est une job) pour Robert Charlebois.

À cause de l’anonymat dans lequel a demeuré Ducharme tout au long de sa carrière, on en est venu jusqu’à douter de son existence. Encore aujourd’hui, des rumeurs attribuent les romans de Ducharme à d’autres écrivains.

Une des seules photos répertoriées de Réjean Ducharme.

Une écriture bien à lui

Bien que l’homme se faisait plutôt discret, l’auteur a marqué son époque avec son style bien particulier où se côtoient mots anglophones francisés, traduction arbitraire de l’anglais au français, néologismes, calembours et métaphores. Contrairement aux autres écrivains des années 1960 qui écrivaient plutôt en joual, Ducharme utilise un lexique riche et diversifié dans lequel les mots rares côtoient les expressions populaires. L’écriture de Ducharme repose avant tout sur une écoute attentive et créative des langages du monde; il crée une langue bien à lui fondée sur le recyclage et le détournement plutôt que sur l’invention.

Faites pas les timides donnez votre avis !
Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus