Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

L’Univers, les univers…

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 755 autres abonnés

 

Notre univers à travers d'autres univers.
Je le dis, l’interprétation de l’expansion de l’univers par l’utilisation de la célèbre (en plus) analogie du pain aux raisins est l’une des choses les plus absurdes que j’ai entendues de toute ma vie.
Par Ghislain Loiselle
Pourquoi? Parce qu’il y en a qui confondent univers et espace, contenu et contenant. Cette analogie dit que c’est l’espace qui prend de l’expansion, que la matière est immobile par rapport à l’espace, que c’est l’espace qui gonfle. C’est ce que j’ai bel et bien lu dans un livre d’astronomie et d’astrophysique. Est-ce conforme à l’explication du physicien Albert Einstein? Je crois qu’on a ici affaire (encore) à une erreur d’interprétation.
Ce que je pense, c’est que l’espace étant le  »vide », n’étant pas de la matière, il est simplement un territoire allant dans toutes les directions, sans limites. C’est le  »contenant sans fin », sans murs, ni plancher, ni plafond. La matière, elle, bref, la masse, c’est le contenu. Aussi, exactement comme un gaz, cette dernière tend naturellement à occuper tout l’espace disponible. D’où le phénomène d’expansion de l’Univers. Comprenons-nous bien. L’espace est donc statique. En effet, c’est le vide, comme rien. Mais la matière, elle, est dynamique.
À l’échelle galactique, cosmique, on peut voir cette expansion. Et je pense que si l’Univers (le contenu) s’étend, c’est qu’il est attiré par de la matière qu’il y a aux confins du cosmos, dans toutes les directions, suivant la théorie de la gravitation universelle d’Isaac Newton. J’estime donc qu’il y a en fait une multitude d’univers, exactement comme il y a une abondance d’amas de galaxies, de galaxies, de systèmes solaires, de soleils, de planètes, d’atomes et de constituantes atomiques. L’analogie du Big Bang pour expliquer l’expansion de l’Univers met un centre à l’Univers.
Mais, suivant mon idée, il y aurait alors tout simplement une multitude de big bangs, comme une réaction nucléaire à l’échelle d’un cosmos infini, tellement grand qu’on ne peut pas tout voir. Ainsi, le cosmos visible et non encore vu pourrait bien avoir un âge inimaginable qui ramènerait 10 milliards d’années pratiquement à l’étape de la conception. Tous les univers seraient comparables à une multitude de sphères gonflant comme des ballons.