Il manque un pont routier ou un 3e viaduc au coeur de Rouyn-Noranda!

C’est fou comment des voies ferrées peuvent couper une ville en deux et empêcher une évacuation d’urgence si un événement tragique venait à se produire. C’est à Rouyn-Noranda que ça se passe!

Ghislain Loiselle

À la fin des années 1970 et au début des années 1980, on retrouvait deux passages à niveau, en ville, un sur l’avenue Murdoch et un autre sur la rue Gamble Ouest.

Après quelques années, on se retrouvait avec deux viaducs pour laisser passer les trains, ce qui éliminait les entraves que constituaient les passages de trains au niveau de ces artères urbaines.

Mais il n’en demeure pas moins qu’il n’y a pas d’autres endroits où il est possible de traverser à cause de ces voies ferrées quand on se trouve du côté est des viaducs. Outre la Murdoch et la Gamble, on n’a alors d’autre choix que d’emprunter l’avenue Québec accessible par quelques rues tributaires pour ultimement rejoindre le boulevard Témiscamingue ou la route 117 via l’alternative avenue Québec/boulevard Industriel. Sinon, on doit viser l’Est et sortir de la ville par l’avenue Larivière. Actuellement, l’extrémité de la rue Perreault qui permettait de faire le tour du lac et de déboucher sur le boulevard Saguenay est en chantier. On y réalise le tracé de la voie de contournement. Si le tunnel-viaduc était bloqué, il faudrait se rabattre sur le tunnel-viaduc Gamble pour sortir vite ou, tel qu’écrit plus haut, rejoindre Témiscamingue.

Je crois qu’il est assez facile de réaliser que, sur le plan de la sécurité civile, il y a de grosses lacunes à Rouyn-Noranda en terme de possibilités d’évacuation rapide de la population. Un internaute indiquait, ces derniers jours, suite à un article sur certains feux de circulation, qu’il manque de rues en ville. Effectivement. Dans le sens de rues est-ouest ou ouest-est si vous voulez.

Lorsque le  »tunnel » de l’avenue Murdoch s’est de nouveau rempli d’eau après une pluie diluvienne, l’été dernier, la traversée est-ouest depuis le Vieux-Noranda devenait limitée au tunnel-viaduc Gamble.

Rappelons qu’on retrouve une usine d’acide sulfurique sur les terrains de la  »Cité du Cuivre », la fonderie Horne. Des locomotives tirant des wagons-citernes d’acide circulent au nord du Vieux-Noranda et traversent ce viaduc, passent au-dessus de ce  »trou », au-dessus des automobilistes, camionneurs, motocyclistes, cyclistes, piétons, etc. Différentes situations peuvent nécessiter une évacuation rapide de la population, pour sauver des vies, pour des raisons de sécurité. Parmi elles, on retrouve aussi le feu, le principal ennemi toujours à craindre, partout.

Serait-il donc pensable d’envisager la construction d’un troisième  »tunnel-viaduc », sinon un pont routier, entre les deux infrastructures déjà en place, afin d’assurer une plus grande fluidité de la circulation? La question est lancée! Nul ne peut nier qu’il se forme de sérieux  bouchons de circulation aux heures de pointe aux entrées des deux tunnels-viaducs. Les files de véhicules sont souvent impressionnantes. Et ça passe beaucoup trop au compte-gouttes.

Pour ce qui est de savoir comment une troisième traverse pourrait se brancher dans le tissus urbain actuel, c’est aux ingénieurs d’analyser la situation et de trouver les solutions appropriées.

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus