J’ai abordé le marché du travail avec des idées préconçues, à l’effet que les patrons étaient des exploiteurs, que les normes du travail étaient instaurées pour protéger les droits des travailleurs et qu’on devait faire valoir ces normes «minimales». Au fil des années, j’ai constaté que ceux qui réussissaient là où j’échouais, tenaient un tout autre genre de discours, et j’ai décidé de m’en inspirer. Ce fut le début de mon virage à droite et, de façon étonnamment rapide, de l’augmentation de mes revenus et de ma qualité de vie. D’où ma devise : Toujours indulgente, jamais complaisante.
Espiègle et polémiste, j’aime le choc des idées.

Je suis impliquée depuis quelques temps dans le Parti conservateur du Québec, mettant ainsi en actions ma principale passion, la politique.

Gaspillage de fonds publics : quand le docteur se fait attendre

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 738 autres abonnés

 

Besoin d’une réforme importante dans la structure du système de santé.

J’avais un rendez-vous hier à 8 h 45. Au moment de prendre le rendez-vous, la dame au téléphone me dit que ça prend 20 minutes à partir du moment où je suis dans le bureau du médecin.

Mais son ton hésitant m’amène à poser plus de questions. Elle me dit qu’elle ne peut pas me garantir que l’heure du rendez-vous sera respectée.  »Mais ce médecin n’est pas celui qui a le plus de retard, en général. »

Alors je me présente à mon rendez-vous 15 minutes avant l’heure prévue, comme à mon habitude. La salle d’attente est pleine et les gens semblent impatients.

Une demie-heure après l’heure prévue de mon rendez-vous, je n’ai toujours pas été appelée dans la salle et les gens commencent à parler.

On comprend que les patients n’attendent pas tous le même médecin, mais certaines personnes attendent depuis plus d’une heure au-delà de l’heure prévue de leur rendez-vous.

C’est le système de santé, on a l’habitude d’attendre.

Je suis finalement appelée à la salle de rendez-vous avec 45 minutes de retard.

La technicienne est très avenante et comme l’examen est plutôt long, j’engage la conversation. Après quelques questions au sujet de son travail, je lui demande :

– J’imagine que vous avez du retard parce qu’il y a eu une urgence.

– Non, aucune urgence.

Vous auriez dû voir l’expression sur son visage au moment de me répondre… Je poursuis :

– Vous semblez contrariée.

– Non, je suis payée à l’heure, moi. Je suis ici depuis 8 h.

– C’est le médecin qui est entré au travail en retard?

– Les médecins s’en foutent, ils sont payés au patient. Ils entrent quand ils veulent et c’est nous qui subissons les foudres des patients.

– Le médecin est entré au travail avec 45 minutes de retard et c’est régulier?

– Exact. Et ce médecin n’est pas le pire de la gang. Et moi, je dois être ici à partir de 8 h, parce que je suis payée à l’heure. Et j’attends que le médecin daigne se pointer.

Wow! J’avais entendu à l’émission Enquête que certains médecins se faisaient attendre alors que le personnel de soutien était payé en attente de leur arrivée. Mais il semble que la chose soit largement répandue, ce qui signifie un gaspillage incroyable de fonds publics.

Non, il ne manque pas d’argent en santé. Il manque une utilisation efficace des ressources.

Il est plus que temps que ce système soviétique soit révisé. Il est temps que le système public soit en réelle concurrence avec le système privé, qu’on révise le mode de financement et que les médecins soient payés par les hôpitaux.

Heureusement, le Parti conservateur du Québec a prévu de s’en charger.
http://www.particonservateurquebec.org/sante

Faire la file pendant que des employés sont payés pour rien, ça ne sert personne.

L’hôpital gratis, c’est bien, mais ce n’est pas suffisant. Avec une bonne gestion, on pourrait faire mieux.