Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Le temps ne dépend pas du Big Bang ou de l’Univers…

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 748 autres abonnés

 

Ce n'est pas l'Univers qui fait que le temps existe.
Je lis présentement dans un livre d’astronomie et d’astrophysique un paragraphe qui me pousse à réagir, à apporter un point de réflexion qui me tient particulièrement à coeur.
Par Ghislain Loiselle

Voici d’abord le tiré à part en question :  »… l’instant de Planck (Big Bang) peut légitimement être appelé le temps  »zéro ». Ainsi, l’âge de l’Univers correspondant à 10 milliards d’années, le temps lui-même existe depuis aussi longtemps. Cette conception rejoint d’une certaine façon celle du philosophie chrétien saint Augustin pour qui il ne sert à rien de se demander ce que Dieu faisait avant de créer l’Univers : Dieu a créé le temps en même temps que l’espace et la matière, et, ainsi, il n’y a tout simplement pas eu d’avant! » Voilà! Mais je ne suis pas d’accord.

Accepter cette affirmation serait comme dire qu’il n’y a pas eu d’avant avant notre propre naissance comme personne qui lit actuellement ces lignes. Juste parce qu’on n’était pas encore au monde. Or tant qu’il y a quelqu’un, il y a un avant, selon moi. Dans la mesure où on est croyant, étant donné que Dieu était (forcément, avant de créer et de faire évoluer le monde et tous ses paramètres), il y avait. Il y avait du temps. C’est l’être qui fait le temps. Et là on parle de l’Être avec un grand E. Comme Dieu a toujours été, il y a toujours eu du temps, à mon point de vue. Nous n’étions juste pas là pour le vivre. Mais Dieu étant la vie, qui plus est, la Vie éternelle, il y a du temps depuis l’éternité, comme il y en aura pour toujours, pour l’éternité, même si l’humanité disparaissait à jamais et se retrouvait dans le néant. Car Dieu ne peut pas mourir. Il ne peut pas disparaître.
Car Dieu est, comme Il était, et comme Il sera, toujours. Même si on ne devait plus jamais être là, le temps continuera d’exister. Il est éternel, avant comme après notre venue. Si l’arrivée de l’humain sur Terre est comme une fraction de seconde par rapport aux 4,6 milliards d’années de notre planète, les 14 750 000 000 d’années de l’Univers dans lequel on est enchâssé n’est pas grand chose en durée, somme toute, face à l’éternité, à l’infini. C’est presque rien, en durée. Même comparé à l’instant ou temps de Planck (10 puissance -43 sec.)