Propriétaire de AGM Sécurité, Président du collectif Tous contre un registre québécois des armes à feu (TCRQ), candidat du Parti conservateur du Québec, formateur en maniement des armes à feu, passionné par les questions de sécurité publique et tout ce qui a trait à défense légitime avec arme à feu et ce qui l’entoure. Prône les valeurs de liberté et de responsabilité individuelles et qualifié d’anarchiste par le Ministre Martin Coiteux

BLOGUE Ne croyez pas au hasard; l’opportunité n’est pas au rendez-vous!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 752 autres abonnés

 

Ralph Goodale retarde son futur projet de loi sur le contrôle des armes à feu au printemps 2018.

Ne croyez pas au hasard! L’opportunité n’est pas au rendez-vous.

La raison principale est que les propriétaires d’armes à feu du Québec se sont sentis méprisés, insultés et ignorés par l’ensemble de la classe politique québécoise et de leur députation fédérale. Ils ont bien démontré leur colère, leur indignation et leur détermination à refuser l’imbécillité du registre québécois des armes à feu.

L’histoire du rassemblement du 2 décembre…

Pendant que nos petits politiciens et certains troubadours radiophoniques jouaient la symphonie de l’hypocrisie de la bienséance crasse, question de causer une crise d’hystérie et d’indignation collective…

Cette aventure a provoqué une crise pan-canadienne au sujet des demandes du lobby anti-armes.

Ce lobby bien organisé prend comme bouclier les victimes des tueries de masse au Québec depuis 28 ans pour passer l’agenda du désarmement citoyen. Rappelons ici que la quasi-totalité des tueries de masse au Canada sont en territoire québécois, plus précisément sur l’île de Montréal. Au lieu de décrier le manque de contrôle canadien des armes à feu, il serait plus à propos de vérifier la qualité de l’eau et de l’air de la ville de Montréal. Blague à part, le Québec est bon premier sur la prise d’anti-dépresseurs, ce qui n’est peut-être pas complètement étranger au bilan peu flatteur en matière de tueries de masse au Québec…

Pendant ce temps, Nathalie Provost s’époumonait à dire qu’ils (Polysesouvient) ne voulaient rien de plus qu’un registre et qu’elle ne comprenait pas pourquoi autant de hargne pour un simple enregistrement…

Heidi Radjen et les représentants des victimes de la Polytechnique, Concordia, Dawson, ainsi que leurs nouvelles recrues (Michel Leroux et les gens de la mosquée de Québec) étaient de passage à Ottawa pour exiger encore plus de mesures :

– Reclassement des carabines semi-automatiques dans la catégorie « restreinte » et celles appelés « Bullpup » dans la catégorie « prohibée ».

– Bannissement des armes dans les villes

– Plus de restriction sur l’utilisation, l’entreposage et le transport

Ralph Goodale veut gagner du temps, question que le mouvement de contestation s’essouffle et que la grogne s’estompe. Il sait trop bien que si les Québécois se tiennent debout de cette façon, les risques de dérapage dans l’ouest canadien sont plus que possibles.

Au mois de mars, il a prévu une conférence sur les gangs de rue et la violence armée dans les villes. Un spectacle qui serait bien orchestré avec des organismes publics, parapublics bien subventionnés et syndicaux. Les corps policiers comme la GRC, polices provinciales et municipales iront demander plus d’argent pour combatte la criminalité. Les maires des villes les plus à risque demanderont plus de moyen pour agir. Jusque-là, je n’y vois pas de problème…

Ce qui est problématique est que le lobby anti-armes sera la grande vedette de ce spectacle en demandant plus et encore plus de restrictions sur les armes à feu achetées et possédées légalement.

Nous savons tous que les criminels, ainsi que les détraqués respectent les lois et réglementations…

Hélas, un spectacle déjà vu…

Rappelez vous de la commission parlementaire biaisée sur l’immatriculation des armes longues au Québec. Pendant cette commission, les représentants des propriétaires ont été les seuls à respecter les règles de la démocratie, mais les seuls à être traités d’anarchistes par rien de moins que le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux.

Ne soyez pas dupes, les recommandations de cette conférence sont déjà prévues.

Si la tension ne baisse pas, il sera difficile pour les Trudoïstes d’aller en élection avec le bannissement des semi-automatiques et des armes de poing. Les Chrétien et Martin y ont déjà goûté en 2006…

Nous devons tenir la pression et continuer à démontrer que nous n’accepterons plus jamais d’être vus comme des criminels en devenir et des tueurs potentiels à cause à notre passion.

Ce n’est pas en rendant encore plus compliqué et en restreignant la possession et l’acquisition d’armes à feu achetées légalement par des honnêtes citoyens que la violence faite par les groupes criminalisés va réduire et encore moins disparaître.

Refusons d’être associés à des Lépine, Gill, Bissonnette. Ils ne sont rien de plus que des coucous que la société n’a pas su détecter à temps par son laxisme en matière de santé mentale.

Exigeons d’être respectés et traités à notre juste valeur. Nous sommes des citoyens honnêtes, responsables, 3 fois moins à risque de commettre un homicide que n’importe quel autre citoyen du pays.

Tenons nous debout, soyons unis et refusons de nous mettre à genoux devant cette mascarade de faux sentiments et de bonne conscience.