Jagmeet Singh apparaît dans une vidéo appelant à la violence et au terrorisme

perreault-pieces

Une deuxième vidéo de Jagmeet Singh a fait surface mercredi montrant le leader du NPD, qui se présente comme candidat aux prochaines élections fédérales, s’exprimer sur un panel axé sur la souveraineté sikh aux côtés d’un autre intervenant qui endosse la violence et le terrorisme pour parvenir au leadership sikh.

Cela exige la violence

« Pour soutenir la supériorité de notre culture, notre langue et nos idéaux. Il s’agit d’espaces sikhs et d’institutions sikhs. Et cela exige la violence comme une forme légitime de résistance et de survie », déclare l’extrémiste sikh, appuyé par Singh, lors d’un meeting.

Vous êtes indignes

« Ce sont des idées très gangsters. Les guerriers sikhs étaient des révolutionnaires ultimes », peut-on entendre dire Jagmeet Singh. « Cela a été asservi par un système de dictature. Et ils ont remis en question la légitimité des individus aveugles. Cela a été asservi par la société. Les sikhs ont été asservis par les dirigeants qui disent que vous êtes indignes. Que tu n’as pas de valeur. »

La vidéo datant de 2016 a été révélée alors que Singh prétend condamner « tous les actes de terrorisme » dans le sillage d’un reportage sur sa participation à un rassemblement sikh à San Francisco qui comportait des appels en faveur d’un État indépendant.

Tel que rapporté le 14 mars 2018

Selon le National Post, alors que Jagmeet Singh condamne le terrorisme, une deuxième vidéo le montre aux côtés d’un séparatiste sikh.

La question de la position de Singh sur le séparatisme sikh l’a harcelé puisqu’il a refusé de dénoncer Talwinder Singh Parmar, le cerveau de l’attentat terroriste contre Air India, lors d’une interview avec CBC/Radio-Canada.

Une deuxième vidéo de Jagmeet Singh a fait surface montrant le leader du NPD s’exprimer sur un panel axé sur la souveraineté sikh, aux côtés d’un autre intervenant qui endosse la violence dans la quête d’un État sikh indépendant.

Globe and Mail

Mercredi, le Globe and Mail a publié un article sur la présence de M. Singh à un rassemblement à San Francisco où certains intervenants ont appelé à la création d’un État indépendant, connu sous le nom de Khalistan, dans la région du Pendjab en Inde. M. Singh, alors député néo-démocrate de l’Assemblée législative de l’Ontario, a parlé de l’assassinat de Sikhs en Inde en 1984 à la suite de l’assassinat du Premier ministre d’alors, Indira Gandhi, l’accusant de génocide.

Le séparatisme sikh

La question de la position de M. Singh sur le séparatisme sikh l’a accablé depuis qu’il est apparu à CBC avec Terry Milewski peu de temps après avoir remporté le leadership fédéral en octobre dernier. Au cours de l’interview, Singh n’a pas réussi à dénoncer Talwinder Singh Parmar, considéré comme le cerveau de l’attentat à la bombe d’Air India en 1985.

Depuis lors, Singh a tranché la question de la souveraineté en défendant l’autodétermination tout en condamnant la violence.

Un communiqué envoyé mercredi

« Je condamne tous les actes de terrorisme dans toutes les parties du monde, quels que soient les auteurs ou les victimes », a-t-il déclaré dans un communiqué envoyé mercredi. « Le terrorisme ne peut jamais être considéré comme un moyen de faire avancer la cause d’un groupe. Cela ne mène qu’à la souffrance, la douleur et la mort », a-t-il ajouté. Singh n’était pas disponible pour une interview.

Sa déclaration de mercredi

Mais le rallye de 2015 à San Francisco n’est pas la seule fois où Singh a parlé lors d’un événement axé sur la souveraineté sikh. Et tandis que sa déclaration de mercredi maintient que « les questions concernant l’avenir de l’Inde ne sont pas à lui de décider », certains affirment que sa présence à de tels événements ne devrait pas être prise à la légère.

Un Khalistan indépendant

En février 2016, Singh est apparu lors d’une manifestation organisée par la Fédération nationale des jeunes sikhs (NSYF) basée aux États-Unis dans la banlieue de Londres et intitulée Sovereignty and Polity. Le NSYF préconise un Khalistan indépendant.

Une vidéo avec des clips de l’événement publiée sur YouTube par NSYF montre Singh s’adressant à un auditoire sur les principes sikhs de l’égalité et de « l’indépendance, de la souveraineté ».

« Ce n’est pas un hasard si les Sikhs ont été les plus sacrifiés, ou les personnes qui ont le plus souffert pour la liberté de l’Asie du Sud », a-t-il dit.

Shamsher Singh, un des autres conférenciers, a parlé de deux perceptions « diamétralement opposées » de l’identité sikhe.

Il s’agit d’espaces sikhs et d’institutions sikhs

« L’un concerne la souveraineté, explicitement et sans compromis », a-t-il déclaré. «Il soutient la supériorité de notre culture, notre langue et nos idéaux. Il s’agit d’espaces sikhs et d’institutions sikhs. Et il endosse la violence comme une forme légitime de résistance et de survie. » L’autre, dit-il, embrasse la conformité et la « marchandisation de notre culture ».

Dans une vidéo séparée publiée sur la chaîne YouTube de NSYF en novembre 2015, Shamsher Singh discute de la façon dont un état indépendant du Khalistan pourrait être atteint, et affirme que l’oppression étatique indienne rendrait la violence inévitable.

Prendre les armes

« C’est une réalité malheureuse et c’est quelque chose qui nous afflige en tant que communauté, parce que la communauté sikhe est une communauté épris de paix. Mais en même temps, nous ne sommes pas une communauté pacifiste», a-t-il dit. « Si vous voulez l’autodétermination, vous allez devoir prendre les armes … et c’est la seule voie vers l’indépendance.  »

Shamsher Singh était également attentif quand Jagmeet Singh a parlé à la CBC en octobre dernier, et était heureux que le nouveau chef n’ait pas lancé Parmar « sous le bus ».

« En tant que chef actuel du NPD, il a fait plus de trois minutes pour défier la propagande de l’État indien et tout dirigeant néo-démocrate ou dirigeant d’un parti politique colonisateur européen / européen », a-t-il écrit sur Facebook. Pas étonnant que l’Inde lui refuse un visa. Le gouvernement indien a refusé à Singh un visa en 2013.

Dans une déclaration, Shamsher Singh a déclaré que « les Sikhs n’acceptent pas que (Parmar) soit responsable de l’attentat contre Air India » et que les commentaires de Jagmeet Singh montrent qu’il « comprend la complexité de la question ».

Interrogé sur la présence de Jagmeet Singh lors d’événements promouvant la souveraineté, Shamsher Singh a déclaré qu’il « ne devrait pas être critiqué pour son soutien au Khalistan ou pour avoir exprimé sa dissidence contre l’Inde ».

Référendum 2020

D’autres exemples existent de Singh parlant de ses vues sur la souveraineté sikh. Dans une vidéo postée sur YouTube par l’animateur du talk-show Gurmeet Sodhi en mars 2016, Singh a répondu à une question sur Référendum 2020, une campagne visant à pousser l’Inde à donner aux habitants du Punjab le droit de voter sur la souveraineté.

« Je pense absolument que c’est un droit fondamental de tous les peuples de pouvoir s’autogouverner, d’avoir la souveraineté », a dit Singh à Sodhi. « C’est quelque chose qui est reconnu par les Nations Unies, et il ne devrait y avoir aucune crainte dans l’expression de votre position à ce sujet. Je soutiens le référendum, absolument. »

Chef du NPD

Depuis qu’il a été élu chef du NPD fédéral, M. Singh a maintenu sa position selon laquelle l’autodétermination est un droit fondamental, établissant des liens entre le Pendjab, la Catalogne et le Québec, qui ont tous connu des mouvements d’indépendance.

Balpreet Singh, conseiller juridique de l’Organisation mondiale sikh du Canada, a déclaré que de nombreux sikhs s’intéressent au concept de Khalistan, sans pour autant créer un État distinct. «Ce sont des discussions qui se produisent tout le temps, et il n’y a rien de mal à cela», a-t-il dit. « Ce n’est pas quelque chose de proche du radicalisme. »

Il a exprimé sa frustration face à l’accent mis récemment sur l’extrémisme sikh, et a déclaré que de nombreux sikhs sont venus au Canada dans les années 1980 et 1990 pour échapper à la persécution et ont transporté ce traumatisme avec eux. « Il a été difficile en tant que sikh de simplement voir ma communauté sous cet œil de suspicion », a-t-il dit.

Mais Shinder Purewal, professeur de sciences politiques à la Kwantlen Polytechnic University en Colombie-Britannique, a déclaré que la présence de Singh aux événements séparatistes le «hanterait».

« Ce sont des gens qui prônent encore la violence», a-t-il déclaré. «Ils essaient de troubler la paix dans l’Etat du Pendjab en Inde. »

Balpreet Singh et Purewal ont tous deux déclaré que seul un faible pourcentage de la population sikhe canadienne s’intéresse au séparatisme. «Donc, l’accent est mis sur une très, très petite minorité», a déclaré Purewal. « C’est la partie triste. »

Pour vos actualités c’est : DixQuatre.com

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus