Les libéraux veulent dépénaliser le cannabis pour les enfants de 12 ans

Mercredi, le sénateur Pierre-Hugues Boisvenu a accordé une entrevue à Isabelle Maréchal à la station radiophonique 98,5 FM. Il a souligné que malgré les promesses du gouvernement Trudeau, la légalisation du cannabis, telle que celui-ci la conçoit, n’allait pas en encadrer correctement l’accès, lui faisant appréhender les impacts de cette substance sur la santé des jeunes.

En effet, à l’article 8 du projet de loi C-45 sur la légalisation du cannabis, on spécifie qu’« il est interdit à tout jeune d’avoir en sa possession une quantité totale de cannabis […] équivalant […] à plus de cinq grammes de cannabis séché ». Il n’interdit toutefois pas la possession d’une quantité totale de cannabis équivalant à moins de cinq grammes de cannabis séché.

Or, ce qui a véritablement choqué plusieurs personnes, dont le sénateur Boisvenu, c’est qu’un « jeune » est défini comme étant un « individu âgé d’au moins douze ans, mais qui n’a pas atteint l’âge de dix-huit ans ». En d’autres termes, si le projet de loi C-45 du gouvernement Trudeau passe tel quel, les jeunes de 12 à 17 ans pourront avoir en leur possession une quantité totale de cannabis équivalant à moins de cinq grammes de cannabis séché.

En novembre dernier, un député conservateur, Kerry Diotte, s’en était indigné : « La ministre de la Justice ne cesse de nous dire que ce projet de loi vise à garder la marijuana hors de la portée des enfants. […] Comment les parents vont-ils pouvoir dire à leurs enfants que la marijuana est mauvaise pour eux quand le gouvernement dit qu’il n’y a pas de mal à ce qu’un enfant de 12 ans en ait cinq grammes en sa possession ? »

La ministre de la Justice, Jody Wilson-Raybould, avait justifié le choix de son gouvernement ainsi : « Rien dans le projet de loi C-45 ne rend légale la possession de cannabis par un jeune. En inscrivant cinq grammes dans le projet de loi, nous visons à trouver un équilibre entre la surcriminalisation des jeunes et la protection de leur santé et de leur sécurité par la restriction de l’accès. »

Mme Wilson-Raybould avait poursuivi : « Le projet de loi habilite les provinces et les territoires à mettre en place des mesures, comme elles le font pour le tabac et l’alcool, de sorte que les policiers puissent saisir le cannabis qu’un jeune a en sa possession, comme c’est le cas pour l’alcool et les cigarettes. »

Source de la photo : CC0

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus