Stéphane Blais, BA, CPA est chef par intérim du parti Citoyens au pouvoir du Québec depuis janvier 2018.

Fondateur et vice-président du mouvement intégrité Québec, Stéphane milite pour la démocratie directe (modèle suisse), la transparence totale des instances publiques, la saine gestion des finances publiques et la protection du citoyen. Il est reconnu par ses pairs comme étant l’une des personnalités publiques les mieux informées sur les sujets ayant trait au système bancaire, système monétaire et l’impact des paradis fiscaux sur nos politiques publiques.

Sur le plan professionnel, Stéphane est associé chez Blais CPA inc. et président de CanStar fusions acquisitions inc.

Formations académiques et professionnelles :

Licence en science comptable et baccalauréat en science politique.

Membre de l’ordre des comptables professionnels agréés du Québec.

Région d’origine : Abitibi-témiscamingue, Québec

Habite à : Lévis, Québec

BLOGUE | Il est temps de cesser ce tournage en rond et de reformer nos institutions politiques en profondeur

Nos solutions politiques, économiques et sociales passent-elle par des solutions qui relèvent des concepts de gauche/centre/droite?

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 768 autres abonnés

 

Stéphane Blais

La transparence totale, la compétence, le jugement appliqué à un contexte donné et un système conçu pour faire place à l’intégrité est un système-clé fondamental qui donne des résultats concrets.

Bien entendu, il faut y appliquer  le concept de démocratie participative. Mais tel n’est pas le sujet de ce billet.

Des pays comme les pays scandinaves (interventionnistes identifiés à la gauche) et la Nouvelle-Zélande (prônant l’intervention minimale de l’État, philosophie centre-droite) prouvent que tendre vers un système transparent, c’est payant économiquement et socialement.

Le modèle néo-zélandais

À titre d’exemple, la Nouvelle-Zélande a une dette nette parmi les plus basses au monde et une économie qui fonctionne avec très peu de recours aux subventions.

(Su ggestion : voir l’émission un « oeil sur la planète : Nouvelle-Zélande » sur YouTube). Quant au succès de l’État plus interventionniste, voir l’émission un « oeil sur la planète : Suède » sur YouTube.

Les modèles scandinaves

La Suède est modèle de contrôle des dépenses grâce à la transparence totale et la Norvège est un modèle de société qui pense à long terme en utilisant le pétrole (ressource naturelle) pour investir sur sa population actuelle et les générations qui vont suivre.

La dette nette de la Norvège était négative en 2015, ce qui veut simplement dire que ses actifs financiers (encaisse, recevables et placements) étaient supérieurs à la dette totale du pays. Pas mal pour un pays dit « socialiste ».

Et que dire du Québec actuel?

En fait, les Norvégiens ont compris la différence entre le socialisme et le « socialisme à crédit » ! Ce qui n’est pas notre cas au Québec… nuance!

Nous avons toutefois tout ce qu’il faut pour ressembler à la Norvège. Il ne manque que la volonté politique d’agir avec transparence, intégrité et avoir une vision du bien commun pour garantir un avenir aux générations qui vont nous suivre.

Il est temps de cesser ce tournage en rond et de réformer nos institutions politiques en profondeur!

Conclusion:

Faisons preuve de jugement, copions des modèles réels existants (et non théoriques) qui font leurs preuves puis agissons !

Donnez votre confiance à l’équipe de Citoyens au pouvoir du Québec. Donnez-vous la démocratie directe, la transparence totale et une réforme en profondeur de nos institutions dès cet automne. Mettons fin au débat stérile gauche/droite véhiculé par certains médias pour nous diviser entre nous.

Vous avez désormais une alternative pour changer les choses avec Citoyens au pouvoir du Québec. Agissons ensemble.