Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

Frankenstein a 200 ans en 2018!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 723 autres abonnés

 

Le monstre qui a pris le nom de son ''créateur''.

Frankenstein a 200 ans cette année, Mary Shelley ayant publié anonymement en 1818, le 1er janvier, cette oeuvre qui ne trépasse pas!

Par Ghislain Loiselle, blogueur

Son récit d’épouvante s’intitule Frankenstein ou le Prométhée moderne.

Mais, contrairement à ce qu’on pourrait croire, le monstre ne s’appelle pas ainsi. C’est plutôt le nom du jeune savant suisse, Victor F., qui l’a créé, à partir de morceaux de chairs mortes provenant de différents cadavres qu’il a collectés dans des cimetières.

Au fait, avait-il un nom? On ne dirait pas que M. Frankenstein ait eu le goût de le baptiser, car, horrifié par l’aspect hideux de l’être auquel il a donné la vie, V. Frankenstein a abandonné celui qu’il a engendré. Et ce dernier, doué d’intelligence, s’est vengé par la suite pour avoir été ainsi rejeté par son  »créateur » et persécuté par la suite par la société.

Meurtre après meurtre

La créature terrifiante, que le  »docteur » voulait humaine, a en effet assassiné le frère et l’épouse du professeur et a également d’une certaine manière entraîné ce dernier à la mort, parce qu’il était allé la rejoindre dans des régions désertiques de l’Arctique où elle s’était réfugiée. Son  »père » voulait l’y abattre, rien de moins, après ses deux meurtres, mais un mortel épuisement l’a emporté avant qu’il n’y parvienne en cours d’expédition.

L’  »animal », si on peut le désigner ainsi, doué d’une force prodigieuse, avait fortement ressenti sa différence irréductible par rapport à tous les êtres humains et avait été habité d’une forte pulsion de vengeance.

C’est une histoire extraordinaire et épouvantable, encore aujourd’hui en 2018.

Le monstre de Frankenstein est-il mort?

Frankenstein a 200 ans en 2018.

Mary Godwin, de son nom de fille, mariée au poète Percy Bysshe Shelley, a fait disparaître l’être horrible dans les terres du Nord après la commission de ses crimes. Le  »fils » de Frankenstein s’est-il immolé par le feu, comme il avait promis de le faire, pris de remors, après être disparu dans le brouillard? A-t-il survécu pour un temps, lui qui avait la constitution pour résister au froid?

Le retrouvera-t-on un jour congelé dans un glacier et le verra-t-on revenir à la vie pour poursuivre son oeuvre maléfique dans un nouveau film à sortir, qui sait, d’ici quelques années, sinon quelques décennies? L’histoire en vaut-elle encore la chandelle? Qui vivra verra! Il est clair que c’est un classique, un immortel. En attendant, il n’est pas interdit de lire le livre, écrit, bien sûr, en Angleterre. Des oeuvres cinématographiques ont déjà été réalisées à partir de ce roman.

Le point sur l’oeuvre

Voici ce qu’on dit de cette oeuvre. Depuis sa publication, elle a suscité de très nombreuses adaptations, tant pour la scène du théâtre ou du music-hall que pour le cinéma et la télévision. D’autres supports comme la bande dessinée ou les jeux vidéo se sont également emparés du sujet, l’ayant même déformé. Après avoir été un mythe littéraire, Frankenstein est ainsi devenu un mythe cinématographique et, plus largement, un élément de la culture populaire. Bien que souvent représentés sous des formes très éloignées du récit originel de Mary Shelley, l’histoire de Frankenstein et les personnages qui y sont associés demeurent des archétypes, voire des stéréotypes du fantastique, de l’épouvante.