Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

57 000 Honduriens pourraient venir illégalement au Québec

Les États-Unis leur donnent jusqu'au 5 janvier 2020 pour obtenir un statut d'immigrant valide ou pour retourner chez eux.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 764 autres abonnés

 

Aux États-Unis, le département de la Sécurité intérieure a annoncé qu’il mettait fin au statut de protection temporaire dont bénéficiaient environ 57 000 Honduriens. Ce statut leur permettait de vivre et de travailler en sol américain. Il leur avait été accordé en 1999 à la suite d’un ouragan qui avait dévasté le Honduras.

Désormais, les États-Unis jugent que le Honduras est suffisamment sécuritaire. Les Honduriens ont donc jusqu’au 5 janvier 2020 pour obtenir un statut d’immigration valide ou pour retourner dans leur pays d’origine.

Les Honduriens ne sont pas les seuls qui ne verront pas leur statut de protection temporaire être renouvelé. À titre d’exemple, le gouvernement américain a annoncé dans les mois précédents qu’il laissera expirer le statut de protection temporaire de 200 000 Salvadoriens et de 60 000 Haïtiens. Il est à craindre que tous ces gens puissent être tentés de franchir la frontière québéco-américaine plutôt que de retourner dans leurs pays.

D’ailleurs, on a appris récemment que le gouvernement canadien avait lancé un appel de propositions afin de faire l’acquisition « d’unités d’habitation temporaire » pouvant abriter 520 lits à Saint-Bernard-de-Lacolle. Le site actuel peut accueillir près de 300 migrants illégaux. Le gouvernement souhaite donc pouvoir héberger jusqu’à 820 personnes à Saint-Bernard-de-Lacolle.

La situation a poussé un groupe de citoyens à vérifier par eux-mêmes ce qui se passe à la frontière québéco-américaine. Toutefois, ils ont été refoulés par les autorités. Ils comptent siéger là-bas le 19 mai prochain jusqu’à ce qu’ils obtiennent des réponses des gouvernements au sujet de la crise des migrants illégaux.

Source de l’article : Le Peuple – Les vrais enjeux

Source de photo : Patrick Kelley, Domaine public