Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE | La falaise fossilifère de Miguasha, à découvrir!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 723 autres abonnés

 

Les fossiles sont dans un état de conservation remarquable. Photo Mathieu Dupuis

On retrouve au Québec une falaise qui contient des fossiles d’une telle valeur sur le plan paléontologique qu’elle apparaît dans la prestigieuse Liste du patrimoine mondial de l’Unesco! C’est la falaise de Miguasha.

Par Ghislain Loiselle, blogueur

Cet escarpement fossilifère, qui constitue un site de recherche, se trouve dans le parc national Miguasha, dans la région de la Gaspésie-Îles-de-la-Madeleine, mais sur le continent, entre Escuminac et Nouvelle, deux localités gaspésiennes, par la route 132.

Un patrimoine mondial dans notre cour, ici-même au Québec! Un véritable trésor sur le plan naturel et national!

Les fossiles de Miguasha sont du Dévonien

Les fossiles en question datent de la période géologique du Dévonien, laquelle se situe entre -410 millions et -360 millions d’années. C’est pas mal lorsque tous les continents étaient réunis en un seul appelé la Pangée. C’est à ce moment qu’était mise en place la faille de Logan. Et que les poissons ont fait leur apparition sur Terre.

Dans un état de conservation remarquable

Les poissons fossiles de Miguasha représentent cinq des six groupes de poissons qui vivaient au Dévonien. Le site est donc, à l’échelle mondiale, le plus représentatif de cette période. C’est le meilleur endroit au monde pour découvrir de façon ludique (par le jeu), dynamique et scientifique l’univers des poissons fossiles de la période du Dévonien. Ces fossiles sont dans un remarquable état de conservation.

Exposition permanente

Ce qui rend l’exposition permanente qui a cours à ce parc national du début de juin à la mi-octobre d’autant plus captivante. Elle présente un éventail diversifié de poissons et de plantes préhistoriques étonnants qui vivaient dans les eaux gaspésiennes. Celles-ci étaient alors tropicales. La collection complète compte quelque 9000 spécimens. À ce jour, on y a découvert 20 espèces de poissons, en plus d’invertébrés et de plantes-fossiles. On y apprend, entre autres, comment s’est fait le passage d’étranges espèces animales de la vie aquatique à la vie terrestre, bref, quelle est l’origine des premiers invertébrés terrestres.

La visite guidée permet d’en apprendre beaucoup sur les fossiles de la falaise de Miguasha.

Visite guidée

Une visite guidée est au programme, à ce parc. D’une durée d’une heure trente, elle commence avec la tournée de l’expo permanente. Vient ensuite une halte au laboratoire pédagogique. Puis, on se retrouve sur la plage, tout près, où un animateur fait l’interprétation géologique de la fameuse falaise.

Un petit sentier facile d’accès a été aménagé en haut de celle-ci. À son extrémité, un kilomètre plus loin, un escalier permet de descendre sur la plage puis, de là, de revenir au musée en longeant la falaise fossilifère. Des panneaux d’interprétation y expliquent l’histoire de la vie sur la planète, il y a 378 millions d’années.

Le parc national de Miguasha en est un de protection spécifiquement pour le site fossilifère qu’il recèle. Le premier fossile y a été découvert en 1842. Depuis 1880, des milliers de spécimens ont été récoltés dans la falaise de Miguasha. Le parc, créé en 1985, est administré, rappelons-le, par la Société des établissements de plein air du Québec. C’est en 1999 que ce lieu naturel a été reconnu par l’Unesco comme site naturel du patrimoine mondial.