Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

CBC attise le ressentiment contre l’homme blanc hétérosexuel

En ondes, une professeure de race noire a déclaré que Doug Ford a été élu parce qu'il est un homme blanc hétérosexuel.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 745 autres abonnés

 

Delores Mullings, une professeure de race noire à la Memorial University de St. John’s, à Terre-Neuve, a déclaré sur les ondes radio du réseau CBC que le nouveau premier ministre de l’Ontario, Doug Ford, a été élu parce qu’il est un homme blanc hétérosexuel.

« Je ressens beaucoup de désespoir pour la population de l’Ontario et pour le Canada en général », a-t-elle ajouté durant un appel qu’elle a effectué lors des lignes ouvertes de l’émission radiophonique Cross Country Checkup, animée par Duncan McCue.

Mme Mullings a répété la rhétorique favorisée par certains Noirs depuis quelque temps, celle du « privilège blanc ». « En tant qu’homme blanc et hétérosexuel, [Doug Ford] n’a pas vraiment besoin de se légitimer pour que les gens croient en son histoire et votent pour lui », a-t-elle dit.

Pourtant, elle a avoué elle-même que M. Ford a reçu l’appui des électeurs « racialisés » de l’Ontario, en particulier dans la banlieue de Toronto, là où les électeurs d’origine asiatique se seraient rangés du côté du nouveau premier ministre.

La question du « privilège blanc » a pris d’assaut le Canada au cours de la dernière année. Rappelons-nous cette prise de bec entre le député conservateur Maxime Bernier et la députée libérale Celina Caesar-Chavannes.

Sur le fil Twitter de CBC, les critiques n’ont pas tardé à s’imposer. Un internaute, par exemple, a écrit ceci : « Je pensais que Radio-Canada s’opposait à offrir une plateforme à des bigots haineux ».

« Bigote » est aussi le terme que la journaliste du Toronto Sun, Candice Malcolm, a utilisé sur Twitter pour décrire Delores Mullings. Elle a surtout blâmé la CBC de lui avoir accordé du temps d’antenne. « Un autre joyau du radiodiffuseur d’État, imposant toujours cette absurde politique de l’identité », a-t-elle écrit.

Source de l’article : Le Peuple – Les vrais enjeux

Source de photo : Chicoutimi, WikimediaCC BY-SA 3.0