Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d’obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l’un des grands problèmes est le manque de diversité d’information et d’opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.

Le Canada a laissé passer un dangereux criminel

La United States Customs and Border Protection l'a appréhendé à une centaine de kilomètres du chemin Roxham.

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 903 autres abonnés

Un membre d’un gang ultra violent d’Amérique centrale a été appréhendé samedi par des agents de la United States Customs and Border Protection, peu après son entrée aux États-Unis via la frontière canadienne.

Le ressortissant, un Mexicain, est membre du 18th Street gang, l’un des groupes criminels les plus violents de l’Amérique centrale avec le MS-13. L’homme a été appréhendé à Averill, au Vermont, à une centaine de kilomètres à l’est du chemin Roxham. Aucune information n’a été fournie sur le moment où il est entré au Canada et sur la durée de son séjour au pays.

Rappelons que le journal Toronto Sun, en mai dernier, avait mis la main sur une note confidentielle du Service canadien de renseignements criminels (SCRC) qui avertissait du danger de voir apparaître des membres du MS-13, originaire du Salvador, parmi les migrants illégaux.

Selon le SCRC, des membres de cet autre groupe violent pourraient être tentés de se faufiler entre les points de contrôle frontaliers pour se soustraire aux nouvelles politiques migratoires de l’administration Trump.

Ce que craint le SCRC, c’est que le nombre de migrants illégaux d’origine salvadorienne pourrait augmenter considérablement au cours des prochains mois puisque les États-Unis ont décidé de ne pas renouveler le statut de protection temporaire de ses ressortissants du El Salvador, du Nicaragua et du Honduras.

Source de l’article : The Toronto Sun (Via Le Peuple – Les vrais enjeux)

Source de photo : CC0