Ghislain Loiselle a été journaliste-photographe de début 1980 à fin 2008 dans trois journaux de Québecor à Rouyn-Noranda, un vendu, un gratuit et un électronique. Il a aussi écrit de nombreux textes pour d’autres publications. Demeure indépendant comme journaliste, rédacteur et photographe. Rédige aussi sur son web log (Le Blogue de GL) et sur Facebook. Affectionne le commentaire, mais aussi le rapport objectif sur un peu tout, étant avant tout un généraliste.

BLOGUE | La ville de Belleterre, ma bien-aimée!

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 903 autres abonnés

Belleterre, c'est deux cantons: Guillet et Blondeau, mais c'est aussi tout ce à quoi elle donne accès comme vaste territoire!

On m’a mis au défi d’écrire un article pour vanter la ville de Belleterre, Témiscamingue, Québec, comme lieu d’accueil pour des personnes qui voudraient, par exemple, y vivre leur retraite.

Par Ghislain Loiselle

Si j’avais à écrire sur ma ville natale, j’irais plus loin que de viser seulement les retraités.

Demeurer et s’épanouir au sein d’une municipalité concerne des gens de tous âges. Même que c’est souvent enfant qu’on prend racine à Belleterre. On ne peut pas ne pas y rester attaché. On y laisse toujours un peu beaucoup de son coeur. Belleterre est tellement aimée que même des Américains y installent leurs pénates! Et combien de gens de partout au Canada et aux États-Unis viennent y passer du temps plus ou moins régulièrement! Curieusement, une ville de l’État de New York s’appelle Belle Terre.

Je dirais qu’on retrouve déjà tous les incitatifs pour demeurer à Belleterre dans mon texte La Petite Histoire de Belleterre paru sur dixquatre.com, sous mon nom, en tant que blogueur.

Mais ça représente 50 pages à lire! Il y a beaucoup à dire sur cette petite ville où je suis né. Mais c’est quoi l’essentiel? Le monde! Il faut des hommes, des femmes, pour vivre.

Un petit aperçu Google Earth de la ville de Belleterre.

La ville de Belleterre, la bien-aimée

 

La première chose que je pourrais signaliser sur Belleterre, c’est que ce n’est pas que des coordonnées sur une carte géographique : 47° 23′ 32,2″ de latitude Nord et 78° 42′ 24,3″ de longitude Ouest. Elle est une porte d’entrée sur un immense territoire naturel. C’est tellement riche que c’est difficile à décrire. Belleterre est un tremplin pour accéder à la nature!

Et cette petite ville-base dispose de tout ce dont une communauté digne de ce nom doit avoir. Au premier stade, on y retrouve l’essentiel, comme partout ailleurs. Je parle des services. Belleterre n’est pas un camp de bûcherons qu’on pourrait fermer demain matin. Il y a des avenues, des rues, des trottoirs, des luminaires, un aqueduc, des égouts pluviaux et sanitaires, un bassin de traitement, Hydro-Québec, les télécommunications…

La ville de Belleterre est bien pourvue

Il y a en plus une école, une église, un magasin général (Hein), incluant épicerie, quincaillerie, station d’essence, société des alcools, etc. On y retrouve un resto-bar (le Belle City), un resto-gîte (le Paquin, qui constitue une auberge avec restauration), un bureau municipal, une bibliothèque, un bureau de poste. Il y a aussi une plage publique, un camping municipal juste à côté, un grand curling qui en plus de sa glace naturelle l’hiver est utilisé pour des réceptions de toutes sortes en toutes saisons. Puis un CLSC, un débarcadère donnant accès au lac aux Sables, des lacs de pêche et de sports nautiques, à commencer par le lac que je viens de nommer où on peut pêcher le doré, le brochet, etc. On ne doit pas oublier les rivières en plus des nappes d’eau, pour faire du canot, du kayak, etc. Des pourvoiries opèrent à Belleterre où il y a du territoire de chasse dont la Zec Kipawa avec point de service à Belleterre…

Certaines propriétés, maisons, terrains vacants, chalets, etc. sont à vendre, pour ceux qui voudraient se construire ou s’installer dans du déjà construit. Il y a du neuf, du à rénover, un peu de tout finalement sur le plan immobilier. Sans oublier des logements, appartements, chambres à louer.

Une route asphaltée mène jusqu’à Belleterre, la 382. Elle est en très bonne condition, sécuritaire, et il est agréable d’y conduire en respectant les limites de vitesse. Des chemins donnent accès à la forêt et aux plans d’eau de tout le Témiscamingue sauvage. Des sentiers de motoneige rayonnent autour de Belleterre. Le Trans-Québec passe par là. On peut pratiquer le tout-terrain, à Belleterre.

Sur le plan naturel

On retrouve les régions des Laurentides boréales et des Laurentides méridionales, à Belleterre. Au niveau géologique, les deux grandes provinces se rejoignent à Belleterre : les Grenville et du Lac-Supérieur. C’est une mine et ses failles aurifères et argentifères (la Belleterre Québec de la McIntire Porcupine Mines ltd), découvertes par William Logan en 1930, qui ont donné naissance à Belleterre, en commençant par le village de la mine, Mud-Lake et Gainsmore.

Depuis 2008, le Music Fest, un festival de musique, a lieu à Belleterre. On y rend hommage à de grands groupes et des formations s’y produisent, profitant d’une tribune exceptionnelle. Des centaines de personnes s’y attroupent à chaque année. L’édition 2018, 20e anniversaire, s’en vient. C’est prévu pour les 20 et 21 juillet.

Venez découvrir Belleterre pour tomber en amour avec elle!