Claude Aubin: Sergent détective à la retraite du S.P.V.M., il a travaillé sur les groupes organisés tels la mafia Russe, les groupes Jamaïcains, les Pakistanais et les gangs de rues. Il aura plus de 5,000 arrestations à son palmarès. Puis de 2003 à 2012 il devient chroniqueur au Photo Police, en plus d’écrire trois livres et faire un peu de cinéma. En 2014, il se retrouve blogueur au Huffington Post. Et devient collaborateur au Dixquatre.com

Une fille un peu folle

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 903 autres abonnés

Dixquatre.com

Notre-Dame de Grâce 1986

Paul passe près de bureau et tout à coup, en catimini, il laisse une nouvelle plainte qu’il glisse sur le tas.

– Tu te cachais, Paul ?
– Non, juste que tu étais occupé. Oh, faudrait y aller rapidement, il y a des possibilités d’empreintes.

Je regarde rapidement la plainte : ça ressemble plus à une chicane de voisins que d’une introduction par effraction, mais bon, je ramasse mon sac à pêche et file vers l’adresse.

Je me ramasse donc au coin Sherbrooke et Girouard devant une maison à appartements qui a connu des jours bien meilleurs. L’endroit, sans être à l’abandon, ressemble plus à un taudis. À la porte d’entrée, il y a des sonnettes qui ne fonctionnent pas et une serrure qui ne tient plus. Bien sûr, les escaliers sont en piteux état et je ne parle pas des graffitis. Je grimpe donc les étages pour arriver à l’appartement de ma plaignante.

Je frappe à quelques reprises et quand la porte s’ouvre, surprise ! Je me retrouve devant une jeune femme noire qui n’est pas très grande et semble plus large que haute. Cette femme est aussi ronde qu’un baril à qui on aurait ajouté des seins. La dame me toise de la tête aux pieds; j’imagine que je suis en train de faire la même chose, sauf qu’il est difficile de voir les siens.

– Bonjour, je suis l’enquêteur.
– Hum, joli garçon monsieur l’enquêteur. J’aime les jolis garçons.

Je n’ose pas répondre à cette affirmation, il me semble qu’il y ait un risque ici.

– Vous avez eu un vol?
– Oui, entre.

La maison est sens dessus dessous et je me dis que le voleur a bien voulu être méchant pour laisser tout ce remue-ménage.

– Ne fais pas attention au désordre, je n’ai pas fait le ménage cette semaine.

Ni les semaines précédentes, j’imagine. Finalement, la jeune femme me montre la vitre brisée où les policiers ont cru percevoir une empreinte.

– Ils ont volé quelque chose?
– Ma petite banque Piggy et une chaîne en or. Ce grand salaud va me le payer.
– Ce grand salaud?

Mon baril d’huile me regarde avec étonnement. C’est comme si je devais connaître sa vie depuis des lustres.

– Barry, mon chum… Mon ex-chum. C’est un junky, il vient chez moi pour tu sais quoi et il repart avec quelques dollars pour ses shoots. C’est un beau salaud.

Tout à coup, une jeune femme entre en coup de vent. Une toute petite jeune femme toute mince, toute blanche et toute blonde. Elle sautille comme un insecte qui se sent pris dans un coin.

– T’es qui, toi ?
– C’est l’enquêteur, Jenny.
– Ah, moi j’haïs la police.
– C’est ok, on ne va pas t’obliger à m’aimer.

La jeune femme finit par sourire.

– Toi, je t’aime bien.

Ouf, quelle chance! La voici assise en tailleur sur un tas de linge qui traîne sur le plancher de la cuisine.

– Tu vas l’arrêter, cette grande merde de Barry?
– Dès que j’ai de la preuve.
– Tu sais-tu que je me drogue?
– Maintenant oui.

La jeune femme est toute heureuse de m’avoir avoué qu’elle se dopait, un peu comme si elle venait de défier le monde entier.

– Ouais, pis tu peux rien faire.

Sur ce, elle quitte rapidement les lieux. Je ne me doute pas encore qu’elle sera une bonne informatrice au cours des prochaines années. Comme j’ai tous les détails, il ne reste plus qu’à quitter.

Au bureau, mon pauvre ami Harold, l’homme de l’identité, attend mon arrivée pour confirmer le besoin de couvrir la scène de crime.

– Et je t’avertis, tu prends une photo de ma plaignante, mais tu ne flirtes pas, celle-là est la mienne.

Harold qui n’est pas encore habitué à mon humour, prend immédiatement la mouche.

– Je n’ai jamais trompé ma femme, Monsieur.
– Tant mieux, je ne voulais pas de concurrence.

Ce n’est qu’à son retour de l’appartement qu’il me regarde avec un petit sourire entendu.

– J’ai pris les photos et une de la victime…
– Pas de flirt?

Harold ne peut s’empêcher de rire.

– Non Sir, pas de flirt, mais une folle est venue dans l’appartement, une hystérique. Elle n’a pas cessé de me harceler de questions. Pire, son chandail descendait tout le temps et elle avait les seins à l’air.

Harold venait de rencontrer Jenny, il n’en était pas revenu. Pauvre lui, il n’avait pas l’habitude des gens fêlés.

Finalement, le lendemain matin, le grand Barry viendra s’excuser auprès de ma plaignante qui n’ayant que peu de prétendants, acceptera avec plaisir d’oublier l’affaire. Elle filera le parfait bonheur pour encore trois autres semaines, avant l’arrivée du prochain chèque. C’est ça, la misère.

Libre édition Claude Aubin
Libre édition Claude Aubin