Pour en finir avec SLAV

Il y a quelques mois déjà, je me retrouvais à MATV pour débattre de la possible fresque Freddy Villanueva. Il y avait sur ce panel un certain Ricardo Lamour tentant de s’accaparer toute l’attention médiatique que peut fournir City Life. Le jeune homme mettait même en doute mes amitiés avec la communauté noire : « Comment un blanc, et policier de surcroît, pouvait-il prétendre avoir des amis noirs? » Que répondre?

Le débat se fit presque à sens unique et devint rapidement stérile. L’homme émet sans entendre, il aime bien le son de sa voix. Finalement, il sera très content de lui et de sa prestation. On lui avait accordé de l’attention. À ma sortie de l’entrevue, une chose me turlupinait : il n’y avait personne de la communauté hispanique. Ce jeune homme semble-t-il portait sur ses épaules la cause de Freddy.

Tout comme en 2013 sur un panel de Montréal Nord en compagnie du criminologue André Normandeau. Nous étions là pour l’affaire Villanueva. Au départ, sur douze personnes, pas un seul latino. Que des Haïtiens, oui, des noirs parlant au nom des latinos, nous traitant de racistes. Nous aurions peut-être dû exiger des latinos à cette table, car les Haïtiens en parlant au nom de Freddy, s’accaparaient outrageusement le malheur d’une autre communauté.

Et pour SLAV, revoilà monsieur Lamour tout feu tout flamme en porte-étendard d’un mouvement noir tout à fait groupusculaire, mais motivé à pourfendre la pièce et le monde blanc qui la compose, avec vigueur et véhémence, j’ajouterais même avec ignorance voulue et assumée de l’Histoire du monde en général et du Québec en particulier.

Comment ne pas comprendre que de tous âges, il y aura eu et il y a encore de l’esclavage? Cet esclavage fut autant blanc que noir, voire métis. L’auteur a choisi ses chanteurs et il en a le droit. Quand la cantatrice Marie-Josée Lord chante « Toréador » devrait-elle se désister pour qu’on y voit une Espagnole? « Othello » devrait-il être obligatoirement chanté par un noir? Devrons-nous remplacer tous les chanteurs d' »Aïda » par des Juifs et des Égyptiens?

Il est possible que monsieur Lamour soit en manque de visibilité. Comment tenter de défendre cette vision totalement régressive et réductrice de l’esclavage? Malgré la lâcheté des organisateurs du Festival du Jazz, Lamour et son groupe de support font fausse route. Nos activistes anonymes auraient même fait des menaces aux organisateurs du Festival du Jazz. Quel bel exemple de démocratie! Ces activistes ne vont pas s’arrêter là, ils ont maintenant leur 15 minutes de gloriole et je les imagine cherchant à poursuivre SLAV partout où la pièce sera présentée.

Il faudrait peut-être que ces chantres de la victimisation cessent d’admirer leur nombril et décident de passer à autre chose. En tant qu’ex-flic, j’ai eu l’occasion de travailler avec les gangs et quand on me parle de profilage racial, je rétorque profilage de la pauvreté blanche, latino, asiatique, métisse ou noire. Mais que voulez-vous, dans certains secteurs de la ville, il y a des concentrations. Notre-Dame-de-Grâce, Côte-des-Neiges : les Jamaïcains et les Russes. Dans Hochelaga-Maisonneuve, Saint-Henri et Pointe-Saint-Charles : des Blancs de souche. Dans Montréal-Nord, Saint-Michel et Saint-Léonard : des Haïtiens, des latinos et des Italiens. Dans le centre et la périphérie : des Asiatiques. Alors qui voulez-vous cibler dans ces secteurs? Profilage? Racisme? Ou juste un travail qui cible malheureusement le groupe du secteur.

Encore une fois, je blâme la pauvreté et le manque de moyens, pas le racisme.

Mais vous, chantres de la victimisation, croyez être victimes de racisme? Venez faire un tour de voiture de police dans certaines communautés. Racisme… Ouf, peu de policiers ont échappé aux insultes racistes, juste en intervenant dans des situations régulièrement bêtes, mais potentiellement dangereuses. Et on a les mêmes insultes de la part d’une certaine population blanche moins bien nantie et souvent moins bien éduquée.

Du racisme, il y en aura toujours, mais en vous attaquant à des œuvres musicales, vous faites totalement fausse route. Cette victoire sera pour vous courte et bien illusoire. Savourez votre 15 minutes de gloire, ça vous donnera peut-être un nom.

Ce qui me console un peu, c’est que SLAV vous survivra et vous tomberez fatalement dans l’oubli.

Le Festival de Jazz de Montréal annule un spectacle de chants d’esclaves

Libre édition Claude Aubin
Libre édition Claude Aubin
Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus