Aucun défibrillateur sur le site du parc d’Aiguebelle

Aidez DixQuatre en partageant et likant !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La rédaction
Suivez-moi

La rédaction

Éditeurs - Salle de rédaction chez DixQuatre
L'équipe de rédaction de DixQuatre s'assure de respecter des hauts standards de rigueur journalistique. Nous sommes vos yeux et vos oreilles en Abitibi-Témiscamingue.
La rédaction
Suivez-moi

Le mardi 17 juillet vers 13 h 30, les divers services d’urgence ont été appelés à intervenir auprès d’une femme qui se trouvait dans un sentier au parc d’Aiguebelle dans le secteur de Mont-Brun à Rouyn-Noranda. 

DIXQUATRE.COM

Malaise dans le parc

La dame en question aurait subi un malaise cardiaque. Des gens qui se trouvaient sur place ont effectué des manoeuvres de réanimation en attendant l’arrivée des secours.

Le Service de sécurité incendie a également été mobilisé sur place, muni de VTT et d’équipements nécessaires afin d’accéder à la victime qui se trouvait dans un sentier à environ 1 kilomètre du stationnement, non carrossable pour une ambulance.

DIXQUATRE.COM

Malgré les manœuvres qui ont été effectuées, la victime, une femme de 53 ans, est malheureusement décédée.

Pas de défibrillateur

Nous avons pu avoir un entretien avec André Despatie, directeur des opérations à la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq). Ce dernier nous a confirmé qu’il n’y a pas de défibrillateur externe automatisé (DEA) sur le site du parc d’Aiguebelle.

Il est a noter que le parc d’Aiguebelle se situe à près d’une cinquantaine de kilomètres du centre hospitalier de Rouyn-Noranda.

Nous attendons un retour d’appel de la responsable des communications à la Sépaq afin de savoir pour quelle raison le parc d’Aiguebelle n’a pas à sa disposition un appareil DEA  et si prochainement il en sera équipé.

DIXQUATRE.COM

Pourquoi un DEA est un atout

Dans un milieu de travail responsable en termes de sécurité et de prévention, il est clair que l’accessibilité à un appareil de défibrillation peut faire toute la différence lorsqu’il y a un cas de détresse cardiaque.

Dans l’attente de l’ambulance, cet équipement est un atout pour le personnel ayant reçu une formation en secourisme et RCR.

DIXQUATRE.COM

Selon la CNESST

L’arrêt cardiaque est l’une des principales causes de décès au Québec. La défibrillation rapide, une intervention visant à rétablir un rythme cardiaque normal chez un patient atteint de fibrillation, constitue l’intervention la plus apte à augmenter le taux de survie en cas d’arrêt cardiaque.

Le délai entre l’arrêt cardiaque et la défibrillation est le facteur déterminant de la réussite de la tentative de réanimation. En effet, la probabilité de survie diminue de 7 à 10 % par minute écoulée après un arrêt cardiaque.

Si la personne en fibrillation ne fait pas l’objet de manœuvres de défibrillation dans les 12 minutes qui suivent l’arrêt cardiaque, le taux de survie se situe à 5 %.

La présence d’un défibrillateur externe automatisé  en milieu de travail n’est pas obligatoire, mais est cependant suggérée.

Fondation des maladies du coeur

Selon la Fondation des maladies du cœur et de l’AVC, chaque année au Canada, ce sont jusqu’à 45 000 personnes qui sont victimes d’un arrêt cardiaque.

Importance d’un DEA

Dans la vidéo ci-dessous, nous pouvons voir un policier qui nous décrit  une intervention qu’il a dû effectué à l’aide du défibrillateur auprès d’un homme ayant subi un malaise sur les lieux d’un commerce.

Il est important de dire que chacune des autos-patrouilles est équipé d’un DEA, ce qui aide grandement les policiers lorsqu’ils sont les premiers à arriver sur les lieux où une personne es victime d’un arrêt cardiaque.

Tragique événement

Suite à ce tragique événement survenu au parc d’Aiguebelle, nous désirons transmettre nos sincères condoléances à la famille et aux proches éprouvés.

DIXQUATRE.COM