Le terroriste et le fou

perreault-pieces

Des milliers de gens ont demandé le nom du tueur de Danforth sur les médias sociaux hier matin. Pour bien des gens, ça devait être un Arabe, malgré qu’un témoin (une tatoueuse) a vu le tueur (et a soigné deux blessés dans sa place d’affaires). Elle a témoigné aux médias qu’il s’agissait d’un homme blanc « Wilson glimpsed a white man with longish hair, the shooter ».

Pourquoi cacher le nom alors qu’on publiait le sexe et l’âge du tueur? Dans les faits, les autorités devaient interviewer plusieurs de ses proches et amis dans la discrétion, un protocole habituel. Ce n’est pas un complot de taire un nom aux médias pour une certaine période de temps. Le but était sûrement d’éviter de contaminer l’enquête.

Le public n’avait pas raison de sauter aux conclusions, spécialement que la tatoueuse a vu un homme blanc. Le tueur pouvait être un Canadien de souche irlandaise ou française. Il souffrait peut-être de troubles mentaux.

Ensuite, en fin de journée les autorités ont publié le nom de Faisal Hussain. Le prénom et le patronyme ne sont pas tout à fait irlandais ou français.

Maudite sagesse populaire.

Le fou

Voici un extrait du communiqué publié par les parents de Faisal Hussain, la traduction est la mienne :

« Notre fils a eu de graves problèmes de santé mentale, luttant contre la psychose et la dépression toute sa vie. Les interventions des professionnels ont été infructueuses. Les médicaments et la thérapie étaient incapables de le soigner. Alors que nous avons fait de notre mieux pour lui obtenir de l’aide tout au long de sa vie remplie de lutte et de souffrances, nous n’avions jamais envisagé une fin aussi dévastatrice et destructrice. Nous sommes tous confrontés à cette terrible tragédie; nos cœurs sont en pièces pour les victimes et pour notre ville. »

La famille a dit que l’homme est fou. Mettons de coté pour l’instant le fait qu’un malade médicamenté souffrant de psychoses ne peut pas obtenir un permis d’armes à feu (une vérification complète est faite par les autorités, historique sur cinq ans). Ils ont dit qu’il est fou, point.

Un ami proche du tueur a dit qu’il avait un sourire à un million de dollars, qu’il était beau, qu’il était gentil, mais qu’il avait des troubles psychologiques. Donc, il est fou.

Il suffit que la famille et les amis le disent pour que tous les médias en parlent en boucle, et on s’attend à ce que je prenne ça pour du cash.

Pardon, je n’achète pas.

L’assassin tenait son arme à deux mains, et « TVA Nouvelles » a rapporté qu’il était entraîné et savait bien manipuler une arme à feu, selon l’ex-agent de la Sûreté du Québec, Paul Laurier.

Pendant ce temps, le « Toronto Sun » se demandait si l’attaque de Danforth était de la terreur ou du terrorisme.

Hussain, fou ou terroriste?

Le terroriste

Parlons d’Alexandre Bissonnette. Le maire Régis Labeaume avait dit qu’il n’était pas un terroriste, mais souffrait de maladie mentale. Un fou.

Son père a relaté ses problèmes d’anxiété. Son professeur d’école a témoigné qu’elle savait qu’il souffrait depuis l’enfance d’intimidation, lui bien plus que d’autres. Elle regrette ne pas avoir intervenu davantage.

Évidemment le lieu de son crime – une mosquée – y a joué un rôle, mais très vite (un an avant son procès) il semble que les médias ont décidé que Bissonnette était un terroriste islamophobe. Il était un monstre, et c’était la diffamation du Québec au complet. On a fait le procès public des Québécois de souche blancs et de culture catholique à cause de lui.

Les Québécois se sentaient coupables et se sont rassemblés par milliers fin janvier 2017 pour rendre hommage aux victimes. Les gens témoignaient aux médias «… je veux dire aux musulmans qu’on n’est pas comme ça ».

On pouvait lire des énormités dans Le Devoir telles que Bissonnette «  adhère à une version catholique intégriste liée à la race et à la nation québécoise ». 

Les médias et victimes l’ont tellement démonisé que ses parents ont dû lire un communiqué après le procès afin de dire au public que leur fils n’est pas un monstre. Selon les parents, il avait toutefois des « problèmes importants de santé mentale ».

Malgré cela, s’il y un UN exemple au Canada de terrorisme lié au « suprématisme blanc » c’est bien Alexandre Bissonnette, dixit le « Globe and Mail ». J’ai écrit à ce sujet il y a deux semaines dans ce journal, alors qu’un sondage public indiquait que les Canadiens ont plus peur des islamistes que des « suprématistes blancs ».

Hussain est fou parce que son père le dit, mais Bissonnette n’est pas fou malgré que son père le dit. Évidemment, ce qui est bon pour minou n’est pas bon pour pitou.

Alors je pose la question : Bissonnette, terroriste ou fou?

Ce qui m’écœure

Ça m’écœure que lorsqu’il s’agit d’un Québécois « blanc & de culture catholique » malade, on fasse le procès des Québécois blancs et de culture catholique.

Ça m’écœure que lorsqu’il s’agit d’un Torontois « musulman » malade, on fasse le procès des Musulmans.

Cela dit, ça m’écœure que ça ne prenne même pas 24 heures pour transformer le meurtrier de masse Hussain en victime. Comme quoi le pauvre n’a pas eu des soins adéquats.

Ça m’écœure qu’aucun journal de grande distribution sauf le « Toronto Sun » n’investigue la piste du terrorisme.

Ça m’écœure que le maire de Toronto instrumentalise cette tuerie pour serrer la vis davantage sur les honnêtes propriétaires d’armes à feu.

Ça m’écœure que les parents d’Hussain aient déjà publié un communiqué – à la fois pour se protéger et visant à disculper leur fils – alors que les parents de Bissonnette ont, peut-être par pudeur, porté leur douleur pour plus d’un an avant de briser le silence.

Finalement, ça m’écœure que tous les gens qui supposaient que le tueur était arabe / musulman avaient raison.

Post-scriptum pour tous ceux qui pensent m’envoyer promener : je condamne toute forme de violence, je ne justifie aucun comportement, la haine c’est mal, je ne défends ni Bissonnette ni Hussain, la maladie mentale existe et peut avoir des conséquences très graves, les deux tueries sont des tragédies immenses que l’on ne peut pas mesurer et je ne crois pas qu’il existe une hiérarchie dans la valeur humaine.

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus