BLOGUE | Quand la police manipule les médias

perreault-pieces

Si je vous dis que la police utilise les médias pour faire réagir le crime organisé en publiant des articles ou des reportages prescrits, me croiriez-vous ?

Par: Rodrigue Savard

PROPAGANDE ET OUTIL POUR LA POLICE

Tout le monde sait que la police alimente certains journalistes comme Félix Séguin de TVA Nouvelles et Eric Thibault du Journal de Montréal avec de l’information d’enquête ou autre qu’elle seule possède.

Capture d’écran

BUREAU D’ENQUÊTE, EXCLUSIF, PRIMEUR …

Messieurs Séguin et Thibault ont beau dire que ces informations viennent du bureau d’enquête, à toutes les fois qu’il disent ça, je m’étouffe quand même de rire, car la seule image qui me vient en tête, c’est Séguin et Thibault assis dans les toilettes de la SQ qui attendent que Lapointe vienne les retrouver pour leur donner des informations.

Ici, monsieur Séguin dit avoir été informé par son bureau d’enquête avec l’hélicoptère de TVA qui survole la scène d’une perquisition de la SQ.Capture d’écran

JEUX DE RÔLE

La fois où monsieur Séguin a fait rire bien du monde, c’est quand la SQ lui a fait jouer le rôle d’un policier poursuivi et menacé. Avec l’incomparable Richard Martineau comme compagnon de duo, ce fut un moment de télé incroyable. C’est le côté un peu gênant que la job de journaliste exige pour être dans les bonnes grâces de la Sûreté du Québec et ainsi pouvoir profiter d’exclusivités, être avisé en avance lors de perquisitions pour la prise d’images et pouvoir sortir la nouvelle en premier. Tu écoutes pas, ben ils te boudent, donc ils ne répondent pas à tes appels d’entrevues, donnent l’info à plus petit média que toi, etc. La liste est longue!

Capture d’écran Richard Martineau et Félix Séguin

UN TRÉSOR POUR UN JOURNALISTE

Quartier Général de la Sûreté du Québec

Tout ce dont un journaliste de faits divers rêve, la SQ peut lui donner en échange de sa docilité et de son écoute. Un journaliste m’a déjà raconté qu’il avait fait une erreur dans son texte et que Guy Lapointe était tellement fâché que ledit journaliste voulait donner sa démission. Toutefois, Lapointe lui aurait dit : « Tu m’en dois une. » Et je vous confirme que la semaine d’après, il y avait un bel article tout bien dicté par Lapointe. Vous pouvez voir dans divers reportages et articles tous les documents officiels qu’ils peuvent avoir entre les mains; c’est à en donner la chair de poule. TVA et le Journal de Montréal, et la police ne font qu’un; c’est un bel outil pour la SQ pour informer ou pour faire de la propagande.

Le livre noir des Hells Angels : superbe cadeau de la SQ pour nos 2 journalistes Thibault et Séguin Capture d’écran

Guy Lapointe, directeur des communications à la Sûreté du Québec

Capture d’écran Guy Lapointe

L’inspecteur Lapointe dirige et contrôle l’information d’une main de fer avec les médias. Médiatiser de l’information criminelle, ce n’est pas si simple que ça et c’est normal que certains journalistes qui ont été, disons, très complices et dociles et qui écrivent les bonne lignes  »peuvent avoir accès à de l’information privilégié » comme messieurs Séguin et Thibault,  ainsi que Monique Néron en plus de plusieurs autres.

Félix Séguin et Monique Néron Capture d’écran

NOTRE RELATION AVEC GUY LAPOINTE ET LA SÛRETÉ DU QUÉBEC

Nous sommes en relation avec monsieur Lapointe depuis 2015; il est venu personnellement me rencontrer à Rouyn-Noranda pour prendre connaissance du personnage de Dixquatre.com. Au début, j’étais impressionné, mais au fil du temps notre relation est devenue authentique et vraie.

L’inpecteur Guy Lapointe et Martin Prud’homme, DG de la Sûreté du Québec

Nous avons un énorme respect pour ce policier. Il a de belles valeurs; il est loyal et d’une tolérance que nous avons mise à l’épreuve très souvent (rire). Il n’est pas rare que monsieur Lapointe m’appelle et commence la conversation en me disant : « Rodrigue, c’est quoi que tu as fait encore ? J’entends parler de toi à toutes les semaines par mes gars. C’est quoi l’histoire ? »…

Moi, je lui réponds : « Ce sont tes policiers qui ne me lâchent pas… (rire) » Pour être franc, plusieurs policiers ne m’aiment pas alors que d’autres m’aiment bien, et c’est bien correct.

Me faire dire quoi écrire ou quoi prendre en photo par la police, c’est tolérancé zéro. C’est pour ça que ma relation avec la SQ est « outsider ».

Pour conclure, monsieur Lapointe est très fâché contre nous, suite à l’article dans lequel nous mettons en doute la véracité de la lettre de menaces de mort, cette lettre qu’auraient envoyée des motards, dans laquelle des menaces le visaient lui et son père. Pour une fois de plus, la Sûreté du Québec va nous bouder, car nous n’avons pas suivi leur ligne de pensée.

Guy Lapointe qui nous bloque sur Twitter

PRESSION POLICIÈRE

Pour en revenir à l’information police-média, il y a des fois où ça peut planter, comme cette semaine avec la fameuse lettre de menaces de mort qu’auraient envoyée les Hells Angel, ou un de leurs sympathisants, à la SQ le jeudi dernier, le 19 juillet 2018 et qui viserait l’inspecteur Guy Lapointe Jr. et son père, un ex-joueur du Canadien de Montréal.

Capture d’écran

Cette lettre peut être vraie, ce n’est pas la question. C’est plutôt comment cela a dérapé dans les médias. Médiatiser cette information par les médias sans voir la lettre ni en lire son contenu. C’est très inadéquat quand on cherche à en faire un article crédible,de plus la fameuse lettre aurait été envoyée en 2017.

Capture d’écran

De plus, monsieur Lapointe, en entrevue dans un autre média, est allé dire le contraire ou presque… Au Journal de Montréal ils ne doivent pas être de bonne humeur, mais Lapointe doit leur avoir promis de beaux bonbons pour se faire pardonner.

Capture d’écran

L’été passé (2017), il y a eu de la tension entre la SQ et certains sympathisants des Hells. Vous vous souvenez du kiosque « Support 81 Montréal » au Rockfest de Montebello et à l’Expo de Saint-Hyacinthe qui avait dû plier bagage après avoir reçu la visite des policiers?

Ces kiosques attirent beaucoup de gens avec leurs vêtements attrayants comportant des logos qui font de la publicité pour les Hells Angels. De notre côté, nous croyons que les motards s’affichent maintenant avec leurs couleurs en public et vendent de beaux vêtements, et cela rend la police très nerveuse. La popularité des motards attire beaucoup de gens qui veulent joindre ce monde pour plusieurs raisons. Ainsi, tous les moyens sont bons pour mettre de la pression sur ces groupes et en faire la promotion via les médias pour changer l’opinion publique.

BRISER L’OPINION PUBLIQUE EN MODE PANIQUE

Ce qui est incroyable dans cette lettre de menaces de mort, c’est que l’on voudrait la mort d’un joueur de hockey adulé de tous, l’ex-vedette du Canadien, Guy Lapointe (Pointu), qui a joué 14 saisons à Montréal et qui a vu son chandail (no. 5) retiré au Centre Bell, le 8 novembre 2014.

Capture d’écran

Membre du Temple de la renommée du hockey depuis 1993, Guy Lapointe père est âgé de 70 ans et travaille comme recruteur pour le Wild du Minnesota.

Les motards voudraient le tuer ? Pourquoi ? Pensez-vous que tuer une légende du hockey, du Canadien de Montréal qui plus est, serait l’idée du siècle ? Personne ne pardonnerait un tel crime.

Du côté des policiers, certains à qui nous avons parlé nous disent être sceptiques quant à la véracité de cette lettre, mais nous suggèrent que l’idée était probablement de faire aller les lignes téléphoniques (écoute électronique) afin de voir ce qui en sort .

GUY LAPOINTE ET SON PÈRE PEUVENT DORMIR SUR LEURS DEUX OREILLES

Selon les motards, rien ne serait vrai dans tout ça et, selon eux, c’est un stratagème pour avoir l’opinion publique et donner une légitimé aux arrestations abusives. Les policiers doivent être très nerveux concernant le Canada Run 2018 de cet été qui aura lieu à Saint-Hyacinthe les 9 et 11 août prochains.

L’événement qui se tiendra au Québec pourrait regrouper plus de 700 ou même 800 motards, dont les 450 membres en règle des Hells du pays, ainsi que des aspirants du gang et des porte-couleurs de ses nombreux clubs supporteurs.

Ce rassemblement n’a pas eu lieu au Québec depuis 10 ans. La pression policière et leur sortie dans les médias seraient une forme de réplique afin de démontrer leur force.

 

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus