Guy Morin dénonce le discours contre les armes à feu

perreault-pieces

Le président de Tous contre un registre québécois des armes à feu, Guy Morin, a dénoncé jeudi le « narratif des médias, des anti-armes et des politiciens urbains » à la suite de la fusillade sur l’avenue Danforth, à Toronto.

Rappelons que Faisal Hussain a fait feu dimanche soir dans le quartier Greektown, à Toronto, tuant deux personnes et faisant treize blessés. L’État islamique (EI) a revendiqué l’attaque et une fouille du passé de M. Hussain a révélé que celui-ci avait vraisemblablement des affinités avec la mouvance islamiste.

Mais voilà, les médias traditionnels ont choisi de pointer du doigt la maladie mentale et, surtout, les armes à feu. C’est dans cette optique que le conseil municipal de la Ville de Toronto a exhorté le fédéral et le provincial à interdire la vente d’armes de poing dans la métropole. Le ministre de la Sécurité publique, Ralph Goodale, s’est montré ouvert à l’idée, mais ne s’est pas engagé à quoi que ce soit.

Or, M. Morin estime qu’un « nouveau pas vers le désarmement des citoyens » a été franchi. Il écrit ceci sur sa page Facebook : « Les criminels continueront de se procurer illégalement des armes, tandis que les gens respectueux des lois seront criminalisés et se verront imposer de plus en plus de restrictions. En fin de compte, […] il n’y aura aucune amélioration des homicides et violence faites par les groupes criminalisés. »

M. Morin croit qu’il faut se détourner des actions qui n’occasionnent qu’un « faux sentiment » de sécurité. À la place, explique-t-il, il faut s’attaquer à la criminalité, aux drogues et à la pauvreté tout en agissant pour la santé mentale et l’intégration des immigrants. De cette façon, juge-t-il, il y aura véritablement une réduction de la violence liée aux armes à feu.

Sur Twitter, le député conservateur Maxime Bernier a eu un message similaire : « Les libéraux s’apprêtent encore une fois à restreindre les droits des citoyens honnêtes, au lieu de s’en prendre aux terroristes potentiels, aux trafiquants d’armes et aux gangs. Bannir complètement les armes de poing ne réduira pas la criminalité. S’attaquer aux criminels, oui. »

Sources de l’article : FacebookTwitterLe Journal de Montréal, The Toronto Sun, La Presse et Le Devoir (Via Le Peuple – Les vrais enjeux)

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus