Dixquatre.com est une plate-forme d’information rapide et axée sur les faits-divers et le commentaire. Nous sommes une équipe de passionnés qui a le désir de vous informer sans contrainte et manipulation de quiconque. Notre seul objectif est de vous transmettre les faits tels qu’ils sont.

Agressions sexuelles : Daniel Laframboise reste en détention

ABONNEZ-VOUS À DIXQUATRE.COM PAR COURRIEL!

Saisissez votre adresse électronique afin de vous abonner à Dixquatre.com. Vous recevrez une notification par courriel aussitôt qu’un nouvel article sera publié, vous permettant ainsi de demeurer à l’affût de toutes les dernières nouvelles!

Rejoignez 723 autres abonnés

 

Me Émilie Larose

Aujourd’hui, le mercredi 8 août, a eu lieu la comparution de Daniel Laframboise, 50 ans, au palais de justice de Rouyn-Noranda en lien avec un dossier de séquestration, d’agressions sexuelles et de voies de fait sur deux présumées victimes. 

C’était dans une salle bondée de gens qui assistaient à la comparution que Laframboise se tenait droit et fixait l’écran où se déroulait la vidéoconférence avec le juge Jacques Ladouceur.

Daniel Laframboise fait face à 16 chefs d’accusation pour :

  • Agressions sexuelles sur deux victimes
  • Agression sexuelle pendant laquelle des lésions ont été infligées
  • Séquestration
  • Voies de fait
  • Voies de fait graves
  • Menaces
  • Transmission d’images intimes de la victime
  • S’être frauduleusement fait passer pour une autre personne

Un danger

Considérant que Laframboise constitue un danger pour ses victimes dans ce dossier, une remise en liberté pour ce dernier n’était pas une option.

Les raisons pour lesquelles le ministère public demandait à ce que Daniel Laframboise reste en détention sont : la sécurité, la protection des victimes et de leurs proches et la confiance que le public a en l’administration de la justice, a indiqué Me Émilie Larose, de la poursuite.

Il restera donc détenu jusqu’à son retour en cour le 27 août prochain.

Suite à l’audience, une dame s’est écriée que ce dernier méritait d’être gardé détenu et a tenu également tenu des propos non flatteurs à l’égard de l’accusé. Elle a notamment qualifié ce dernier de monstre.