Déferlement de haine envers la mairesse Valérie Plante

perreault-pieces

Le statut agressif d’un certain Robert Deragon (4 août), laissant entendre que Mme Plante serait anti-patriotique, a été partagé près de 600 fois sur Facebook.

Dans les commentaires, on invitait à la violence physique contre la mairesse, on la traitait de tous les noms (« québécophobe », « raciste », « ordure salafiste », usant de tonnes de qualificatifs misogynes et vulgaires dont je vous ferai grâce).

Certains allaient jusqu’à lui souhaiter la prison ou la mort (« Tu crèveras avec tes immigrants pourrite »)…

Une manifestation de l’extrême-droite est d’ailleurs prévue le 26 août contre Valérie Plante, organisée par l’Union patriote (Donald Proulx) et le Front patriotique du Québec (ce dernier groupe, pro-péquiste, dit vouloir se dissocier de l’événement, en raison de la présence annoncée de partisans du parti « Citoyens au pouvoir »).

Pourquoi cette fronde ciblant la mairesse? Parce que la Ville de Montréal négligerait de poster des drapeaux du Québec dans toutes les institutions publiques, suivant un certain ordre, en respectant scrupuleusement la « Loi sur le drapeau ».

C’est bien beau tout ça, mais ça n’a rien à voir avec l’administration Plante, qui n’a bougé aucun drapeau depuis son arrivée à l’hôtel de Ville. En fait, c’était la même chose sous les autres maires tels Denis Coderre, Gérald Tremblay, etc., comme on peut le constater sur les photos ci-dessous. Et personne ne se rendait malade pour ça.

Capture d’écran

Ceux qui ont parti le bal sont les ex-journalistes G. Paquin et J.-P. Bonhomme, qui menacent de poursuivre la ville si les règlements ne sont pas suivis à la lettre. Mais ont-ils déjà été appliqués? Il semble que non. En outre, Mme Plante est sans doute l’une des maires les moins « fédéralistes » à avoir défilé à l’hôtel de ville depuis que la procédure existe (1996).

Pourquoi s’acharner sur elle uniquement? Puis doit-on rappeler qu’elle représente une ville et non un État?

La montée de mouvements « patriotes » identitaires (Union patriote, Front patriotique du Québec), se définissant par opposition ferme à l’immigration et à la diversité, n’est pas étrangère à cette frénésie anti-Plante et anti-gauche.

La question des drapeaux dans les institutions publiques peut ouvrir un débat légitime, mais la controverse actuellement montée en épingle est mal entamée et s’attaque à Mme Plante de façon tout à fait disgracieuse. Est-ce vraiment de cette manière qu’on doit promouvoir l’indépendance?

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus