Les paradoxes de Justin

Justin veut être l’ami de tout le monde. Il donne des millions à différentes nations et fait la promotion de son agenda progressiste, le multiculturalisme à outrance. Tout le monde est beau et toutes les cultures sont égales et valables.

Mais au fait, le « twit » à l’attention de l’Émir d’Arabie Saoudite demandant la libération immédiate d’activistes saoudiens est le parfait exemple que finalement toutes les sociétés ne se valent pas et que la compréhension des coutumes est importante avant de déclencher pareille guerre diplomatique. L’immaturité de notre Justin et de ses ministres est responsable de la situation.

Bien sûr, certains diront que perdre quelques milliards n’est rien par rapport à nos valeurs et notre volonté de promouvoir les droits de l’homme. Pourtant, nous continuons à importer le pétrole saoudien pendant qu’eux, de leur côté, ils ont retiré leurs étudiants de nos universités, liquidé leurs actifs au Canada. Au final, le Canada a tout perdu et continue à importer le pétrole saoudien. Cherchez l’erreur.

Une petite leçon d’histoire

Il serait bien de se rappeler que le droit de vote au Québec a été définitivement accordé à toutes les femmes, le 25 avril 1940.

Les Canadiens et Canadiennes de provenance asiatique obtiendront aussi un droit de vote en 1948, et les femmes aborigènes en 1969.

Au fait, l’historique démocratique canadien et québécois est plutôt récent. Alors pourquoi s’offusquer que certains pays aient du retard par rapport à nos valeurs? Et aussi paradoxal que cela puisse être, alors que les libéraux de Justin forcent le multiculturalisme à l’extrême, ne serait-il pas prétentieux de dire que les valeurs canadiennes sont meilleures que les valeurs saoudiennes? Et si vous répondez non, eh bien, il faudrait donc dire que le multiculturalisme aurait atteint ses limites et que finalement les valeurs canadiennes devraient prendre le dessus sur les autres valeurs.

Gouverner avec un « Twit »

Non je ne parle pas de Justin, mais bien la façon de faire passer le message. Imaginez-vous que le grand Donald Trump est allé en personne en Arabie Saoudite pour faire passer son message. Justin lui fait cela via un Tweet.

Le problème de Justin c’est qu’il n’est pas capable de comprendre qu’il est le premier ministre et que les gens lisent ce qu’il écrit. Alors qu’il envoyait un autre Tweet en disant comment le Canada était bon et que tout le monde était bienvenu dans notre beau et grand pays. Cela a entraîné une vague migratoire impressionnante et celle-ci a finalement coûté des millions aux contribuables canadiens.

Encore une fois, donner publiquement des ordres au roi d’Arabie Saoudite était d’une totale maladresse. Comme si le gouvernement canadien pouvait s’adresse au roi via un Tweet et espérer avoir une réponse positive. Imaginez vous l’inverse, le roi faisant un Tweet demandant au gouvernement canadien de faire une enquête sur la disparition des femmes autochtones. Le gouvernement canadien serait justifié de dire que le roi d’Arabie Saoudite n’a pas le droit de s’ingérer dans les affaires internes du Canada.

La solution au problème

Au fait, je ne crois pas que Justin soit en mesure de revenir en force en Arabie Saoudite. Toute tentative de communiquer ou de reculer sur le sujet serait vu comme un signe de faiblesse de sa part. Compte tenu de son égo, cela est difficilement imaginable.

Pour ce qui est du côté saoudien, c’est une victoire sur toute la ligne. Non seulement tous les autres pays seront contents de recevoir les boursiers saoudiens mais les autres se partageront également les contrats de vente d’armes. Surtout, cela fait comprendre qu’il y a des conséquences à parler publiquement des droits de l’homme au roi saoudien.

Occasion ratée

Il y avait 12 000 étudiants saoudiens au Canada. Des hommes et des femmes qui allaient passer de 4 à 6 ans au Canada à étudier et à être en contact avec nos valeurs. Quelle belle façon d’influencer la vie des gens et d’ainsi faire évoluer les choses. De plus, notre beau Justin qui a certainement gardé son costume de Laurence D’Arabie dans une de ses boîtes à déguisement aurait pu rendre visite au roi lors d’un entretien privé afin de discuter de la situation de Badawi et espérer ainsi le ramener au Canada comme un champion.

Et bien non. Le grand Twit aura fait un « Twit » de trop.

 

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus