L’astéroïde Cruithne, « 2e lune de la Terre »

perreault-pieces

Un astéroïde de cinq kilomètres de diamètre appelé Cruithne croise l’orbite de la Terre depuis environ 100 000 ans, lors de son voyage annuel autour du Soleil.

Par Ghislain Loiselle

Ceci fait en sorte qu’il a pas mal été considéré comme une deuxième lune de notre planète depuis sa découverte en 1986.

Ce géocroiseur, dont une vue d’artiste accompagne le présent texte, devrait poursuivre sa translation pendant encore 5000 ans, estiment les scientifiques. Pour la suite, rien n’est sûr.

Pourquoi l’équilibre des forces attribuables à la gravitation serait-il rompu après 105 000 ans de « succès »? Je l’ignore. Qu’adviendra-t-il de lui au terme de ces cinq milliers d’années? Peut-être sera-t-il précipité directement sur le Soleil.

Cruithne est attiré par la Terre

Cruithne coupe l’orbite de la Terre depuis 100 000 ans.

Au sens strict, un astéroïde géocroiseur en est un dont l’orbite croise celle de la Terre. On dit d’ailleurs, en anglais, coorbital object. On compare Cruithne à un satellite naturel de la Planète bleue parce que, bien que tournant d’abord et avant tout autour du Soleil, il est « affecté » par la présence de la Terre, bref, attiré par elle. La Terre est l’un de ses deux foyers.

Tout comme la Lune, d’ailleurs, qui orbite principalement autour de notre étoile, mais est perturbée, elle aussi, par la présence de notre planète. Ceci lui fait faire à la Lune 12 révolutions par année autour de la Terre. Ça donne une hélicoïdale de 12 cycles.

Un équilibre de marée a fini par amener la Lune à présenter toujours une même face à la Terre. Elle est moins massive que notre planète. Le plus fort l’a emporté.

L’orbite de Cruithne entretient donc un rapport particulier avec la Terre. Elle est par ailleurs en forme de fer à cheval. Cruithne porte le numéro 3753, parmi tous les géocroiseurs de la Terre. Comme on peut le constater, plusieurs corps croisent l’astre terrestre.

La Terre et la Lune formant ensemble le système Terre-Lune, ceux-ci orbitent autour du Soleil dans le même temps, soit 365,25 jours. Cruithne, lui, fait sa révolution en 364 jours. On constate ici une certaine solidarité entre la Terre et cet astéroïde. En tout cas, il est clair que la Terre est résolument un de ses foyers avec le Soleil. Il reste toujours relativement proche de la Terre.

En L4, dans les points de Lagrange

À preuve, il se situe au point L4 des points de Lagrange, le plus stable avec L5. Les points de Lagrange sont les endroits où la force de gravitation s’équilibre entre deux corps célestes. Il y a L1 entre la Terre (ce pourrait être toute autre planète) et le Soleil. Puis L2 à droite de la Terre. Et L3 de l’autre côté du Soleil, à gauche,  d’où l’idée farfelue d’une anti-Terre.

L4 se trouve dans la partie supérieure d’un triangle équilatéral formé avec le plan de l’orbite de la Terre. Enfin, L5 est localisé dans la partie inférieure cette fois d’un autre triangle aux côté égaux formé avec le plan dit de l’écliptique (orbite de notre planète).

Il faut savoir qu’au point L5 (celui opposé à L4 où est localisé Cruithne), on retrouve également un corps qui accompagne la Terre dans son orbite autour du Soleil. En fait, il s’agit dans ce cas d’un nuage de poussières et de roches de différentes granulosités.

Comme Cruithne, cet amas que je viens d’évoquer a une tendance naturelle à demeurer toujours au même endroit par rapport au Soleil et à la Terre. Ceci tout en étant bien sûr en mouvement comme tout le reste.

Je le rappelle, un point de Lagrange, c’est un lieu où les forces d’attraction sont exactement équilibrées.

On en vient à se demander, face à cela, si les points de Lagrange n’attirent pas la matière, ne favorisent pas les amoncellements, par un quelconque mécanisme, de par leur réalité physique.

Son orbite calculé en 1997

Après la découverte de Cruithne, en 1986, il a fallu attendre 11 ans avant de venir à bout de calculer l’orbite de cet astéroïde. Comment cela? À cause du problème que posent trois corps en présence en mécanique céleste.

Petite précision. Des problèmes que posent les interactions entre deux corps peuvent être aisément résolus. Il n’en est pas de même lorsque le système comprend trois corps. On doit se contenter, alors, de résultats approximatifs, quoique très proches de la valeur exacte.

Il est, par exemple, pratiquement impossible de déterminer exactement la position instantanée d’un engin spatial qui serait sollicité à la fois par le Soleil, la Terre et la Lune. Mais on peut serrer la réalité de près en considérant séparément les perturbations que ces astres exercent deux à deux. Il en est ainsi en mécanique céleste. D’où le délai pour localiser Cruithne.

 

 

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus