BLOGUE | Le roi Trudeau est nu

perreault-pieces

Je vous propose mon adaptation personnelle du conte classique « Les Habits neufs de l’empereur » (The Emperor’s New Clothes) d’Hans Christian Anderson, publié pour la première fois en 1837.

À une triste époque, sur la colline d’un grand pays, régnait un roi. Ce roi était très attaché aux apparences. Il y consacrait toute son attention. Il ne prêtait pas beaucoup de temps aux tâches sérieuses et pressantes de son pays, ni ne daignait porter attention aux citoyens qu’il était pourtant censé servir. Non, ce roi empreint de vanité préférait de loin se pavaner aux yeux des gens qui lui donnaient de l’attention et prendre des « selfies » avec eux. Non pas qu’il respectait les citoyens, mais c’est uniquement qu’il adorait être le centre de l’attention.

Les vêtements

Le petit roi était d’ailleurs très attaché aux vêtements, car il croyait que ceux-ci lui accordaient aux yeux des gens encore plus d’admiration. Il avait des vêtements pour chaque occasion. Même chose pour sa reine, et ce, bien qu’elle ne possédât pas le titre de reine ni de mandat royal comme c’est parfois le cas dans certains pays. Lors d’une visite en Inde, le couple se vêtit de costumes nationaux de l’endroit, se montrant en dansant pour attirer l’attention des photographes. Pour les marches de grande fierté, le roi portait toujours sa chemise rose aux manches retroussées pour faire croire au peuple qu’il était travaillant comme eux. Dans les temples de cultures différentes, il se plaisait à porter à nouveau des costumes. Même aux réunions internationales avec ses pairs, il prenait soin de mettre de petits chaussons multicolores et de les montrer fièrement!

Aveugle et sot?

Voyez-vous, l’aveuglement avait rendu ce roi sot au point qu’il ne réalisait même pas qu’il faisait rire de lui par ses pairs et par les médias dans les pays étrangers. Un Noël, il publia même une photo de lui portant un chandail qui ridiculisait le repas final du Christ, car, doit-on le répéter, il ne respectait pas l’opinion des citoyens, tout comme son père avant lui; le roi à la boutonnière. Le problème était aggravé par le comportement de ses conseillers qui n’osaient dire au petit roi que dans les faits, son comportement et ses décisions le faisaient paraître nu aux yeux de tous ses sujets (et à leurs propres yeux aussi).

Voyez-vous, dans les faits, une dictature de la bien-pensance imposée par le roi faisait que si quelques personnes osaient contredire l’opinion du roi, elles seraient désormais dépeintes comme étant stupides et emplies de préjudices, pouvant même être vues comme un non-citoyen (ou non-citoyennes) de ce qu’il considérait comme SON royaume! Alors, ses conseillers n’osaient parler et dire au roi qu’il avait l’air nu et fou. Même chose pour plusieurs citoyens qui de toute manière aimaient eux aussi les apparences de piété, bien davantage que la raison.

La dénonciatrice

Un certain jeudi 16 août, un événement qui était ouvert au public fut organisé. Le roi, toujours en quête d’attention, décida d’aller s’y pavaner avec (bien entendu) sa chemise aux manches retroussées. Cependant, alors que la foule l’admirait dans toute sa vanité habituelle, il se trouva dans la foule une dame qui vit sa nudité. Elle lui demanda quand il allait rembourser tous ces faux vêtements qu’il payait avec l’argent des citoyens. Le roi, toujours fidèle à son édit tyrannique de bien-pensante, lui répondit que puisqu’elle ne voyait pas les choses comme lui, elle n’avait pas sa place dans SON royaume! Des gardes du roi tentèrent même de s’emparer de la dame! Les médias, qui avaient tendance à appuyer le roi par crainte de la dictature de la bien-pensante de celui-ci, firent tout ce qui était en leur pouvoir pour salir la dame par la suite. Ils omirent, à dessein ou non, de parler du plus important : le coût de cette dictature et le fait qu’elle prouve que…

Le roi est nu, vaniteux, et faux.

Le roi Trudeau est nu, vaniteux, et faux. Pourquoi? Par sa propre faute! Parce qu’il a oublié quelle était sa place et que son rôle est plutôt de servir et protéger ses citoyens, de tenir compte de leurs opinions, volontés, et inquiétudes. Voilà le rôle d’un bon roi! Ce petit roi (tout comme sa gendarmerie royale) a enfreint la charte de son papa qui assurait la protection des « libertés fondamentales (article 2) : liberté de conscience, liberté de religion, liberté de pensée, liberté de croyance, liberté d’opinionliberté d’expression » et droits de circulation et d’établissement (article 6garanties juridiques : le droit des personnes dans leurs relations avec le système judiciaire et les forces de l’ordre, dont :

Article 7 : vie, liberté et sécurité de la personne.

Article 8: protection contre les fouilles, les perquisitions ou les saisies abusives.

Article 9 : protection contre la détention arbitraire.

En disant à une citoyenne de se taire dans un lieu public, il a enfreint la charte de la liberté d’OPINION et la liberté d’EXPRIMER cette opinion, même si elle diffère de celle du roi. Bref, le petit roi a oublié qu’il est lui-même soumis à la loi, car c’est la loi qui le fait roi. Il ne peut donc opérer en dehors d’elle et les règles sont les mêmes pour lui que pour l’ensemble des citoyens.

En fait, le roi a oublié qu’il n’est pas roi du tout, mais bien simplement un représentant des citoyens, choisi démocratiquement. Bien qu’il dépasse les limites légales de sa position, il compte sur ses manipulations pour demeurer en poste comme son père l’a fait avant lui.

Le conte n’est pas terminé. Il faut attendre l’année 2019 pour voir si les citoyens du royaume auront été suffisamment aveuglés par la dictature de la bien-pensance pour le réélire ou si au contraire ils se seront aperçus que dans les faits, le roi Trudeau est nu.

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus