Jean-François Lisée, le tricheur

Aidez DixQuatre en partageant et likant !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Xavier Camus

Prof de philosophie au Collège Ahuntsic et blogueur. Résolument progressiste, je valorise l’égalité en droit et de fait de tous les êtres humains. Je m’intéresse tout particulièrement aux questions de racisme, d’islamophobie et à l’essor de l’extrême-droite identitaire. Pour finir, je suis pour l’émancipation des peuples, puis pour l’émancipation et la reconnaissance des minorités plurielles.

En 1994, M. Lisée avait fait paraître une biographie critique de Robert Bourassa, intitulée « Le Tricheur ».

Il avait voulu démontrer que « la malhonnêteté intellectuelle était le modus operandi de l’ancien premier ministre » et qu’à l’époque « la duperie et le double langage […] [prenaient] presque toute la place ».

L’élève a-t-il dépassé le maître?

Rien qu’hier, Lisée a menti au moins trois ou quatre fois au sujet de Québec solidaire et en général. Il fait une guerre de propagande mesquine au lieu de débattre d’idées.

En voici quelques exemples :

(1) Il a affirmé que le programme de QS était « caché », qu’il était introuvable sur le net. Faux : il y est depuis le Congrès de décembre 2017. Lisée répand des « fake news », dans le sillage de ses allusions à un soi-disant « chef » de QS qui tirerait les ficelles dans l’ombre.

(2) Il soutient qu’il « parle d’indépendance chaque jour », mais que les journalistes rapportent mal ses propos. En fait, Manon Massé a davantage parlé d’indépendance que lui lors des débats des chefs et Lisée se fait volontairement discret. Voir ce résumé dans le Huffington Post .

« Force est de constater que lui et les ténors du PQ se sont jusqu’à présent montrés plutôt discrets sur cette question. Même Jean-Martin Aussant, […] semble avoir été relégué dans l’ombre. » (21 sept.)

(3) Le chef du Parti québécois prétend que QS veut « nationaliser toutes les grandes entreprises » : Faux.

(4) Lisée ajoute que QS voudrait nationaliser le tiers des CELI du Québec pour financer la rénovation de bâtiments énergivores : Faux.

Comme l’a spécifié Nadeau-Dubois, « [o]n ne touche pas au CELI existant ». Par la suite, les épargnants québécois pourraient choisir d’investir dans un CELI dont le tiers des sommes servirait à financer les rénovations vertes. « Ce serait volontaire ».

(5) Le chef péquiste répète sans cesse que 87% des électeurs solidaires étaient favorables à une alliance avec le Parti québécois, mais que les décideurs auraient trahi leur base : Faux.

Le sondage Léger auquel Lisée fait référence n’a jamais demandé aux sympathisant(e)s s’ils souhaitaient une alliance, mais s’ils allaient voter QS « malgré » une alliance. La nuance est importante, car en réalité l’écrasante majorité des délégué(e)s solidaires a rejeté la proposition d’une alliance avec le PQ en Congrès.


Sondage Léger:

(Le PQ n’a jamais déposé de projet d’alliance de son côté non plus.)

Bref, M. Lisée ment et il sait qu’il ment.

À la manière de l’époque de Bourassa qu’il décrivait, il use de duperie, de double langage et de malhonnêteté intellectuelle…