Une activiste islamiste sera de passage à Toronto en octobre

Aidez DixQuatre en partageant et likant !
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Pascal Bergeron

Pascal Bergeron

Pascal Bergeron est le fondateur et le président actuel du journal Le Peuple – Les vrais enjeux. Il travaille à bâtir un nouveau média sérieux, fiable et documenté qui permettra aux gens d'obtenir un point de vue différent sur les défis que doivent affronter nos sociétés occidentales. Il considère que l'un des grands problèmes est le manque de diversité d'information et d'opinions dans le monde des médias traditionnels. Il déplore aussi les attaques constantes sur nos libertés.
Pascal Bergeron

Linda Sarsour, ce nom vous dit-il quelque chose ? Si votre réponse est négative, ne craignez rien : vous risquez d’entendre parler d’elle très bientôt. Mme Sarsour participera à un congrès qui se tiendra à l’International Centre de Mississauga, en Ontario, les 6 et 7 octobre prochains. Appelé « Carry the Light », le congrès est parrainé par l’Islamic Circle of North America (ICNA).

Proche du Parti démocrate, Mme Sarsour a été fortement critiquée pour sa rhétorique antisémite. En outre, elle se plaît à minimiser la gravité des attaques terroristes qui se sont produites aux États-Unis et s’en prend souvent aux mesures antiterroristes qui y ont été mises en place. De nature désinvolte, elle avait eu de bons mots à l’endroit de l’ex-dictateur irakien Saddam Hussein parce qu’il avait appuyé les Palestiniens dans leur lutte contre Israël.

Mme Sarsour ne manque évidemment pas de s’attaquer à la question de l’islamophobie, un courant qui serait devenu dominant aux États-Unis selon elle. Une islamophobie qu’elle qualifie d’historique : « L’islamophobie s’est produite tout au long de l’histoire de notre pays [qui] était basé sur […] un génocide contre les Amérindiens [et] sur l’esclavage […] ».

Elle voit d’ailleurs des « anti-musulmans » partout : chez les policiers de New York, au sein du FBI, au Congrès et même dans l’armée. Cette problématique aurait provoqué, selon Mme Sarsour, une crise de confiance chez la communauté musulmane envers les forces de l’ordre.

Malgré tout ce verbiage creux, en décembre 2011, elle avait été honorée par l’ex-président Barack Obama qui avait parlé d’elle comme d’une « championne du changement ».

On imagine donc le type de discours qu’elle prononcera au congrès de Mississauga. Un congrès qui, au demeurant, est promu par un organisme du nom de torontomuslims.com, qui retransmet sur son site des discours d’imams extrémistes.

Sources de l’article : Centre for Investigative Research Canada et The Investigative Project on Terrorism (Via Le Peuple – Les vrais enjeux)

Source de la photo : Festival of Faiths, FlickrCC BY 2.0