Maxime Bernier…. Pourquoi pas?

Dernièrement, une journaliste du Devoir me demandait mon avis concernant mon appui éventuel au nouveau parti de Maxime Bernier. Pour ma part, j’ai eu la chance de travailler avec Maxime mais également avec Andrew. Le nouveau chef du PCC est absolument un chic type. Son intégrité est sans doute un de ses points forts. Par contre, depuis qu’il est en place, j’avoue avoir trouvé les conservateurs plutôt calmes et sans saveur. Pourtant, les failles libérales sont multiples et Justin est vulnérable en ce moment.

Plusieurs reprochent à Maxime de diviser le vote et ainsi permettre à Justin de gagner un second mandat. Je tiens à rappeler à certains qu’avant même que Maxime annonce sa démission du PCC et qu’il annonce qu’il fondait un nouveau parti, les sondages n’étaient pas nécessairement favorables aux conservateurs et donnaient les libéraux gagnants. De plus, si Maxime peut se retrouver déjà avec plus de 17% des intentions de votes sans avoir encore d’organisation, c’est selon moi tout simplement un indice de la faiblesse de la classe politique qui est en place.

Voici les postions à contre-courant de Maxime par rapport aux autres partis politiques.

Ces positions font de lui l’opposition officielle.

Une gestion l’offre en fin de vie

Il y a fort à parier que la gestion de l’offre ne survivra pas à l’an 2018. Le président Trump aura sans doute réglé le problème en augmentant la pression sur l’administration libérale. L’imposition d’une taxe à l’importation dans le secteur automobile canadien ferait plier les genoux à Justin très rapidement. Au moment d’écrire ces lignes, le gouvernement canadien devrait travailler à trouver des solutions pour compenser les éleveurs canadiens et adoucir les changements qui s’imposeront d’une façon ou d’une autre. Au fait, tous les partis politiques sauf Maxime sont pour le maintien de la gestion de l’offre.

Un multiculturalisme extrême

Le célèbre chemin Roxham est sans doute le chemin de terre le plus connu au monde. Il faut voir les installations mise en place par le gouvernement canadien pour comprendre l’envergure du problème que représentent les « demandeurs d’asile ». Au cours des dernières années, j’ai eu la chance de voyager un peu. Peu d’entre vous ont eu la chance de visiter un camp de réfugiés. Je parle ici de personnes qui vivent dans des tentes et couchent sur des lits de camp depuis des mois voire des années. Ils ont une petite carte qui leur permet de se présenter afin de recevoir leurs repas et quelques items tels que du savon ou de l’huile pour s’éclairer. Il y en a même qui ont vu le jour dans ce genre d’installation.

Ici au Canada, chaque fois qu’une personne décide de passer par le chemin Roxham et se déclare réfugié, eh bien, il passe devant tous les gens qui attendent depuis des années pour être reçus officiellement au Canada. Pendant qu’un faux réfugié prend 2 ou 3 ans afin d’écouler tout le processus avant de retourner dans son pays d’origine, ils prennent la ressource, demandent des soins de santé, soins dentaires, logement, alimentation et argent qu’un vrai réfugié aurait pu avoir.

Quoi dire des changements apportés au livre donné aux nouveaux arrivants. Pour Justin, l’excision et les crimes d’honneur ne sont plus des actes barbares. Bref, il y a tant à dire sur le dossier de l’immigration. Alors que pour Justin, le sujet de l’immigration est une question de nombre; alors que dans la réalité l’immigration devrait être avant tout de s’assurer que les immigrants soient bien intégrés et deviennent des membres actifs de la société; une reconnaissance de leurs compétences souvent ignorées devient un boulet pour les nouveaux arrivants.

Eh non, ce n’est pas du racisme que de s’interroger sur cette situation.

Des criminels de guerre en liberté

Alors que tous les pays du monde traitent avec attention leurs citoyens ayant séjourné sur le territoire de l’État Islamique, Justin leur a donné carte blanche. Bon retour au pays et faites comme si rien ne s’était passé. Justin a même dit qu’il pouvait les reprogrammer. Au minimum, le gouvernement canadien devrait s’assurer que les ressortissants canadien ayant participé aux crimes contre l’humanité soient jugés et subissent des peines d’emprisonnement. Alors que même les Nations Unies se disent inquiètes de la gestion canadienne de ces personnes, Justin ne voit aucun danger à laisser des criminels de guerre se promener en toute liberté.

Radio-Canada et les médias en général

Les responsables de Radio-Canada ont accepté de vendre leur intégrité journalistique en échange de millions de dollars promis par Justin. Il est de plus en plus important de revoir le mandat de Radio-Canada. Si les Canadiens financent cette organisation qui devrait informer la population canadienne objectivement, Radio-Canada devient de plus en plus l’organe de communication du parti libéral du Canada. Vous vous souviendrez sans doute de l’affaire Duffy qui avait occupé l’actualité politique pratiquement les 18 mois précédant les élections. Une histoire de 90 000 $ qui avait déjà été remboursée et qui finalement après avoir été jugé a été qualifié de non fondé…. Au fait, cette histoire avait été fabriquée de toute pièce et avait pour but de faire tomber le gouvernement Harper. Objectivement, dites-moi si les libéraux de Justin avec toutes leurs histoires ne mériteraient pas le même genre de couverture. Encore aujourd’hui, c’est à peine si Radio-Canada trouve du temps pour parler des malversations libérales.

Une ingérence américaine dans les dernières élections sous silence

Les conclusions de l’enquête sur Tides Fondation sont sans équivoque. Plus de 113 organismes canadiens ont reçu des fonds de cette fondation, leur but étant de battre les conservateurs dans des comtés ciblés et permettre à Justin de devenir premier ministre du Canada.

Au fait, non seulement Maxime aura mon support mais je dirais même plus. Les Québécois sont tous préoccupés par ces questions qui seront des enjeux électoraux lors de la prochaine élection. Avec un parti conservateur qui s’est écarté de ses valeurs de base, je crois sincèrement que Maxime sera en mesure de récolter beaucoup plus que 17% des intentions de votes aux prochaines élections. Si un parti multimillionnaire comme le PCC blâme Maxime pour leur échec, cela serait donner beaucoup de pouvoir à un simple homme ayant un parti n’ayant pas encore de nom ni d’argent pour faire une élection.

Peu importe, tu auras mon vote Maxime.

 

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus