Québec solidaire, l’opposition officielle ? Hélas oui…

perreault-pieces

Notre prêtresse marxiste, Manon Massé de Québec solidaire (QS), prétend qu’elle et ses députés seront l’opposition officielle à l’Assemblé nationale du Québec. Eh bien, pour la prochaine année, ce sera vrai.

Le Parti libéral du Québec (PLQ) n’a plus de chef. Philippe Couillard a démissionné et Pierre Arcand a pris l’intérim. Pendant un intérim, la coutume veut que le tenant du titre ne prône pas de grandes positions au nom du parti, laissant cette option entre les mains du futur chef et, surtout, afin d’éviter de faire des vagues pendant la course à la chefferie en prenant une position que supporte plus ou moins l’un ou l’autre des candidats. Le PLQ est donc une opposition plus « officielle » que réelle.

Droits de parole

Le Parti québécois n’est même plus un parti reconnu à l’Assemblée nationale et, tout comme QS, n’a que peu de droits de parole, mais QS va quand même avoir son mot à dire. QS n’hésitera pas à faire communiqué par-dessus communiqué et à aller hors de l’Assemblée nationale pour crier haut et fort ses positions. Aller dans la rue, non seulement cela ne les dérange pas, mais ils adorent.

Comme nous avons pu le voir lors de la dernière campagne, « l’exposure » de Québec solidaire a été beaucoup trop intense chez nos chers médias. Est-ce parce que les médias voulaient se foutre de la gueule de QS ou est-ce par conviction ? Je ne sais pas, sauf que dans la dernière semaine, j’ai eu l’impression que les médias tentaient de remettre le génie dans sa bouteille, ou la pâte à dent dans le tube. Ils auraient tout aussi bien pu proposer la 5e alternative, le Parti conservateur du Québec, au lieu de donner 17% des votes à QS. Si je dis cela, c’est parce que le 8% de hausse de QS est sensiblement le même pourcentage perdu par la Coalition avenir Québec (CAQ) et le Parti libéral dans le même temps.

En gros, disons que François Legault n’aura pas d’opposition vivante avant un bon 2 ans. Il le sait et c’est peut-être pour cela qu’il commence par ses dossiers chauds qui attireront assurément les controverses.

En fait, sa grosse opposition viendra probablement de l’intérieur.

Jusqu’à aujourd’hui, il a toujours tout (et tous) dirigé dans la CAQ. À partir de maintenant, il devra former une équipe qui n’a pas beaucoup d’atomes crochus. Juste à penser à Yourri Chassin qui a mis de côté son gros leitmotiv de la gestion de l’offre pour être candidat de la CAQ ou Sonia Lebel qui n’est pas le genre à jouer 2e violon. Marguerite Blais est revenue en politique pour s’occuper des aînés, ce que son « ex » n’avait pas voulu faire. Pourtant, les promesses pour les aînés que Legault a faites vont lui coûter une beurrée. C’est à se demander s’il restera de l’argent pour le tramway, le REM, le 3e lien ou le pont sur la rivière Saguenay.

Le plus gros défi pour François Legault sera d’éviter l’implosion de son parti et à transformer sa coalition en parti où tous rament dans le même sens..

Chargement ...
DixQuatre
DixQuatre.com est un média en Abitibi-Témiscamingue couvrant l’actualité locale et régionale. Nous avons une équipe de collaborateurs et collaboratrices réputés qui offrent, chaque jour, une couverture des faits divers, des événements et des enjeux qui vous concernent.

Ce site utilise des cookies pour améliorer votre expérience d'utilisation. Nous vous invitons à en lire davantage sur notre politique de confidentialité. Accepter En savoir plus